Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘démodé’

De hautes dames se promènent sur les vertes prairies d’Avalon (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



 

Avec des garçons et des filles tout autour,
Avec n’importe quel genre d’habit,
Avec un chapeau démodé,
Avec de vieux souliers rapetassés,
Avec un manteau de brigand tout en lambeaux,
Avec des yeux de faucon,
Avec un dos bien droit et raide,
Avec une démarche d’oie qui se rengorge,
Avec une bourse pleine de monnaie,
Avec un singe au bout d’une chaîne,
Avec une grande plume de coq,
Avec un vilain vieux refrain.
De hautes dames se promènent sur les vertes prairies d’Avalon.

***

With boys and girls about him,
With any sort of clothes,
With a hat out of fashion,
With old patched shoes,
With a ragged b andit cfoak,
With aneye like a hawk,
With a stiff straight back,
With a strutting turkey walk,
With a bag fullof pennies,
With a monkey on a chain,
With a great cock’s feather,
With an d old foul tune.
Tall dames go walking in grass-green Avalon.

(William Butler Yeats)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les mots bleus (Daniel Bevilacqua)(Christophe)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



mots_bleus-jpg

Les mots bleus

Il est six heures au clocher de l’église
Dans le square les fleurs poétisent
Une fille va sortir de la mairie
Comme chaque soir je l’attends
Elle me sourit
Il faudrait que je lui parle
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Parler me semble ridicule
Je m’élance et puis je recule
Devant une phrase inutile
Qui briserait l’instant fragile
D’une rencontre
D’une rencontre

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Je l’appellerai sans la nommer

Je suis peut-être démodé
Le vent d’hiver souffle en avril
J’aime le silence immobile
D’une rencontre
D’une rencontre

Il n’y a plus d’horloge, plus de clocher
Dans le square les arbres sont couchés
Je reviens par le train de nuit
Sur le quai je la vois
Qui me sourit
Il faudra bien qu’elle comprenne
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile
Qui gâcherait l’instant fragile
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Une histoire d’amour sans paroles
N’a plus besoin du protocole
Et tous les longs discours futiles
Terniraient quelque peu le style
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
les mots qu’on dit avec les yeux
Je lui dirai tous les mots bleus
Tous ceux qui rendent les gens heureux
Tous les mots bleus

(Daniel Bevilacqua)(Christophe)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Demain est aux vingt ans fiers (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2017



 

Demain est aux vingt ans fiers;
Leurs rires passent, et l’on reste accoudé;
On a honte, un peu, de ses joyeux hiers,
Comme d’un habit démodé.

Demain, c’est l’automne qui parle
De plus près à l’oreille qui l’écoute.
Je suis sans regret, mais j’ai mal;
Je suis sans effroi, mais je doute;

Non certes, de ma journée:
J’ai vécu, au mieux, le poème;
Mais l’âme reste étonnée
De n’être plus elle-même.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Demain est aux vingt ans fiers (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2017



Rockwell Kent   (6)

 

Demain est aux vingt ans fiers ;
Leurs rires passent, et l’on reste accoudé ;
On a honte, un peu, de ses joyeux hiers,
Comme d’un habit démodé.

Demain, c’est l’automne qui parle
De plus près à l’oreille qui l’écoute.
Je suis sans regret, mais j’ai mal ;
Je suis sans effroi, mais je doute ;

Non certes, de ma journée :
J’ai vécu, au mieux, le poème ;
Mais l’âme reste étonnée
De n’être plus elle-même.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Rockwell Kent 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :