Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘démolir’

ROMAN DU SAULE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 16 septembre 2018



 

vieux saule

ROMAN DU SAULE

D’abord, ce dut être une plante,
petite et souple juste assez
pour s’écouter chanter le vent.

Une plante qui se taisait
pour apprendre son métier d’arbre
dans la mémoire des racines.

Un beau jour, toutes les idées,
tous les raisonnements d’écorce
qui la gonflaient ont giclé drus.

Comme une grande véhémence
d’un coup se vide par la bouche
et laisse l’homme titubant,

cette verdure échevelée
a démoli l’énergumène
qui n’en pouvait plus de pousser.

Maintenant l’arbre ne vit plus
que de couleuvres et de rats
dans le creux de sa réussite,

et répète inlassablement
un mot énorme et sédentaire
qui fait se presser les nuages.

(Axel Toursky)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je bâtis mon silence (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




Illustration: Johann Heinrich Füssli
    
Je bâtis mon silence.
Vide guide mes pas.
Visite mes rêves.
En démolit
l’architecture
raffinée.

Dehors, au-dehors.
Suis à l’extérieur
de ma chair.
En sursis.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On a démoli la petite école (Marc Alyn)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2017



On a démoli la petite école
Qui semblait immense à mes yeux d’enfants.
Il n’en reste rien : le présent nous vole
Les billes perdues de nos jeux d’antan.
Le préau de bois, la maîtresse blonde,
Les lilas légers qui parfumaient tant,
Tout a disparu, ainsi va le monde,
Et l’institutrice a les cheveux blancs.
Si vaste la terre aux côtes bleuies
Par les océans des cartes murales !
Il me semble encore entendre le bruit
De nos voix unies chantant la Morale !
Parfois, quand j’écris une poésie
Je sens les lilas d’alors – idée folle !
Les jours sont passés, l’enfance est finie :
On a démoli la petite école.

(Marc Alyn)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

A M. HAUSSMANN (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2017



Arturo Souto pair-1951 [1280x768] [1280x768]

A M. HAUSSMANN
Ancien Préfet de la Seine

La maison est démolie,
Le petit nid est en l’air
Où j’eus ton coeur et ta chair
Ma maîtresse si jolie !…

Je vois toujours dans l’ouest clair
Cette comète abolie.
Tombez pierres, ciment, fer !
L’amour jamais ne s’oublie.

Démolissez les maisons
Changez le cours des saisons,
Plongez-moi dans l’opulence,

Vous ne pourrez effacer
La trace de son baiser.
Le vrai c’est ce que je pense.

(Charles Cros)

Illustration: Arturo Souto

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La lumière qui me guide (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2016



La lumière qui me guide m’égare
Me démolissent, au sein de ma maison, mes remparts

(Adonis)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

PRES DE L’EAU (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2015




PRES DE L’EAU

Avant que l’eau ne bouille tristement
elle tressaille en son étendue
dans le soir de couleur

et mains et vêtements
de celle qui la surveille
et timbre de sa voix

sont juste ceux des pauvres
tels qu’en image on les figure
dans les paysages de neige.

Derrière le papier de tenture
l’insecte pourtant meurt réfugié
la terre tourne et reverdit

dehors à la clarté dernière
on démolit de vieilles murailles
qu’entourent ronces et ciguës

de lourds chapelets de pierres tombent
des chevaux se cabrent et hennissent
pour peupler de bruits l’univers.

(Jean Follain)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :