Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dénudé’

La lampe attend l’invisible (Israël Eliraz)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2018




    
la lampe attend l’invisible, le
jour dénudé. Qui a dit, l’oiseau
qui grandit tandis qu’il chante?

Des poèmes nus s’amassent
comme des ustensiles
près du seuil

(Rois, II, 4,4)

(Israël Eliraz)

 

Recueil: Août, à la limite des choses perdues
Traduction:
Editions: José Corti

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lierre (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2018



Illustration: Arbreaphotos
Cimetière de Recoleta
    
Le lierre
Dans la Recoleta, Buenos Aires

Mer d’oreilles attentives, que te dit-elle la pierre ?
Tu glisses sur les tombes, tu collectionnes des noms,
tu frissonnes quand le vent de l’été te réveille

pour explorer tes mains et leur ravir les voix
que tu rassembles minutieux, masquant le temps,
veilleur des dialogues et des adieux fiévreux.

Ton rêve solitaire veille sur les tombes
ô origine des langues, ô lierre frémissant
où peu à peu la nuit des morts se réunit —

En vain les jeux de la tempête te réclament ;
les fontaines de lumières et les statues du jour
depuis longtemps t’attendent pour s’offrir dénudées

tandis que toi, reclus, tu habites les stèles.

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Crépuscule d’automne
Traduction: Silvia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’immense marronnier (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018



l’immense marronnier
que l’hiver a dénudé

obscur travail
des racines

puissance
du tronc

atteindre
ce dépouillement

(Charles Juliet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes rêves errent (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2017



Tombé malade en voyage
Mes rêves errent
Sur une plaine dénudée.

(Bashô)

(dernier poème de Bashô 1644-1694)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La robe de tissu d’or (Tou Ts’ieou-Niang)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2017




    
La robe de tissu d’or

Ne chéris pas tant la robe de tissu d’or,
Chéris plutôt les jours de ta jeunesse!

Les fleurs épanouies et prêtes à être cueillies,
cueille-les sans hésiter,

N’attends pas qu’elles ne soient plus,
pour cueillir les branches dénudées!

(Tou Ts’ieou-Niang)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Brise-lames (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017



Illustration: Hinke Schreuders
    
Brise-lames
femme des eaux marines
je plonge mon bras
dans tes dentelles blanches
et je touche ton horizon de coton
dénudée
les mains sur la nuque
tu te moques du vent
et de ses caresses aveugles
mais le vent
comme la vague qui vient
te touche de sa langue verte

(Luis Mizón)

 

Recueil: Poèmes d’eau et de lumière
Traduction:
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Douce symphonie (James Denis)

Posted by arbrealettres sur 25 septembre 2017



Illustration: Marie-Paule Deville Chabrolle
    
Douce symphonie

Une écharpe d’iris fleurissait à mes yeux,
La beauté éphémère est une jeune nymphe
Éplorée, une fleur, c’est le sang et la lymphe
En exaltation — Un éclat radieux !

Les notes de la vie ont davantage hâlé
Le fil de nos carats, et des flots limpides
Resculptaient ta cambrure et l’été des sylphides
Auréolait ta grâce, un vertige épousé !

Mille pétales d’or éclaboussaient ton âme
Pérenne, une rivière en corps dénudé ! Femme
Vêtue en baiser d’Ô, un art si sensuel.

L’horizon extravague ainsi que mes pensées
Qui soufflent mes élans, des fougues aiguisées
Comme cette orchidée où brille l’arc-en-ciel

(James Denis)

Découvert ici: https://petalesdecapucines.wordpress.com/

 

Recueil: Symphonie amoureuse
Editions: Books on Demand Editions

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Tu donneras (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 16 septembre 2017



Illustration
    
Tu donneras

Tu donneras ce qu’on ne peut te prendre
en ajoutant ce qui te fut volé.

Face au néant, ne retiens que l’énigme.
Entrevois-tu ce vide et ce trop-plein ?

Amant du jour, tu chantes pour la nuit.
Te tairas-tu quand l’encre sera blanche ?

Ton écriture en tes mains se déchire
dans ce combat du nuage et de l’ange.

De ton passé, j’écarte les broussailles,
je lis ton nom sur la peau d’un serpent.

Corps dénudé, tu le sais, sous la mer,
une autre mer est ton pays futur.

Ferme ta main sur une pierre noire
et de tes os compose un témoignage.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES POUVOIRS DE L’AMOUR (IX) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2017



 

Illustration: Serge Marshennikov
    
LES POUVOIRS DE L’AMOUR (IX)

Le jour commence à reconnaître les fenêtres
avant de s’avancer sur la terre
dans les tessons de la rosée,
parmi les cailloux qui veulent te voir, nue.

Dans la chambre où tu dors,
il trace une presqu’île de clarté,
haute seulement de ta gorge dénudée
et d’un visage d’où tu dois éclore.

Le soleil passe à travers ta lingerie
comme si elle était le plus pur des nuages.
Il y demeure jusqu’au moment
où elle reprendra la forme de ton corps.

Tu attends qu’il se couche sur toi
pour le serrer contre ton ventre
et, lorsque tu lui en ouvres les bords,
il devient bleu dans tes yeux.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Froid à l’intérieur des pierres (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Phyllis Mantik de Quevedo
    
froid à l’intérieur
des pierres

ténèbres autour
des branches
dénudées

par là je vais
contre le vent
qui ne frôle pas
le silence

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :