Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dépassé’

Avenir (Mireille Gaglio)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2020




Avenir

Sautons un millier d’années…
Les hommes ont évolué
Et ne sont plus que pensée.

Ils n’ont plus ni mains, ni pieds,
Ils se sont tant développés…
Et ils ont même un cœur d’acier !

Pour conjuguer le verbe  » aimer  »
Doivent s’en référer
Aux rapports ultra secrets
D’un monde dépassé.
Pour respirer, n’ont plus de nez,
D’ailleurs à quoi bon respirer,
Puisqu’ils ne sont plus que pensée… ?
Ils ne connaissent plus la beauté
Car elle est surannée !
Non, ils ne sont plus que pensée…
Les fleurs, les odeurs,
Le bonheur, le malheur,
Ne savent plus ce que c’est…
Même mourir, c’est terminé !
– Insensé ! –

A vivre sont condamnés,
Dans ce monde d’acier
Sans beauté…

(Mireille Gaglio)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

LE JOUEUR DE FLÛTE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



 

Illustration
    
LE JOUEUR DE FLÛTE

Un cheval est mort dans la rue
Tout au fond de son oeil une étoile remue
Et tandis que sonnent les heures
Dans d’autres rues
Il y a d’autres chevaux, qui meurent

Des chevaux comme des enfants
Et aussi des enfants qui meurent
Celui qui tient entre ses doigts
Sa longue vie comme une flûte
Descend le fleuve et ne sait pas
Que ces enfants le dévisagent
Que dans la nuit des portes s’ouvrent
Et que soudain dans l’escalier
Des pas répondent à l’appel
De sa chanson au bord du fleuve

Mais seulement devant la mer
Quand fatigué par le voyage
Doucement son regard se pose
Sur toutes choses méritées
Il s’aperçoit qu’il n’est plus seul
Que les enfants l’ont devancé
A l’intérieur de sa vie même
Que son amour est dépassé.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Encore une commotion ! (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017




    
Encore une commotion !
J’avance avec la vie.
Les portes tremblent comme font
les feuilles sous la pluie.

Que de secousses dans le coeur
le sang et la pensée!
Encore un pas vers la splendeur
des formes dépassées!

Terre profonde comme l’eau,
de lumières mêlée
ce qui est là vient de si haut,
que d’étoiles tombées!

Tout ce que vous m’avez appris
s’est chargé de souffrance,
tout ce que vous m’avez repris
s’est comblé de silence.

Le vin de mon âme, le vin
dans mes membres bouillonne.
Ô jours! serait-ce donc en vain
que vos routes résonnent?

(Jean Tardieu)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dépassé par le ciel (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2017



Zdzislaw Beksinski 58beksinskio

Dépassé par le ciel, par ma voix
j’entretiens le feu que j’étais
avec la dernière flaque tranchée
la dernière feuille ensoleillée,
et dans mon cœur pèse
tout un caillot déteint
qui n’a connu que la lumière.
Je ne suis plus qu’une tache de terre
encerclée par la mort
je suis quelques pas
que je n’ai pu compter.
Les fenêtres sont fermées
autour de mon sang
qui boite à la place des tempes,
tirant ses ponts de souffrance.
L’eau bue à pleine source
dans le voyage de l’enfance
n’a pas donné de larmes
et je sens mieux la coupure
que mon corps fait avec le Monde.

(Lucien Becker)

 Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA FIGURE (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



Zdzislaw Beksinski 2522_orig

LA FIGURE
A Jacques Duron.

SOMMES NOUS, par nous seuls dépassés ou détruits,
Ces errants, déserteurs d’un combat sans conquête,
Cette chair mise à nu par celle qui nous guette,
Obstinée à survivre au souffle de ses nuits ?

Pourquoi n’as-tu choisi qu’un corps pour cette tête,
Amour, arbre à soleil qui prend peur de ses fruits ?
Des grappes de l’éclair les chiffres éblouis
N’ont jamais dénoncé que ma seule tempête…

– Coeur lié nuit et jour au devoir de s’ouvrir,
Quel secret te condamne au secret de mourir,
Étoilé, dans un coeur qui t’écrase et t’emmure?

— Si je te vois encor quand je brûle de moi
Et ai l’astre éclaté donne au ciel sa figure,
L’ange né de mon sang ne ressemble qu’à toi…

(Louis Emié)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Printemps de ma vie dépassé (Mizuhara Shuoshi)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2015



Printemps de ma vie
Dépassé
Je croque une fraise.

(Mizuhara Shuoshi)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :