Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dépossédé’

On croit aimer (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2022



 

Adrian Borda   My_Summer_Wine_by_borda [1280x768]

On croit aimer, c’est soi qu’on aime
et l’on s’épuise aux précipices de ses joies
la chute épouse l’air dépossédé qui tremble
avec les mots qu’on prête à l’autre voix
avec la voix offerte aux mots de l’autre
avec tant de vertus qui sont des fautes
tant de vertiges qu’on donne et reçoit
et tant d’ombres vives qui nous ressemblent
Se perdre à deux, se retrouver quand même
ô grand amour, bonheur des erreurs très sereines
et secourable espoir de se tromper ensemble
au même instant, au même lieu, d’un même poids.

(Robert Mallet)

Illustration: Adrian Borda 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PROMESSE (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2021



 

Charles West Cope -« The Thorn »

PROMESSE

Quand tu me donnes ta main c’est ton être entier
Nous voilà dépossédés copropriétaires de deux corps
Un coq flambera entre nos souffles
et nous nous évanouirons une seule présence réelle

(André Frénaud)

Illustration: Charles West Cope

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ci-gît Jack Kerouac (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2020



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ci-gît Jack Kerouac

Dernier des Dépossédés
Mandala d’Étincelles Vivantes
Résonneur des Mille Poèmes en Amont du Poème

Arrêteur des Suicides
Exacte Pulsation des Sphères
Semeur des Confiances Illimitées
Gardien des Terres où le Corps Avance dans l’Esprit

(Zéno Bianu)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu prononces mon nom (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2020



Tu prononces mon nom
comme celui d’un étang

Tu as dépossédé mes rives
tu règnes sur mes eaux

(Anise Koltz)


Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Regarde ! (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018


 


Fidel Garcia  (16) [1280x768]

Regarde !

Une illusion, la forme
Qui se déploie, un rêve
Qui enlace la forme, et va tomber
Avec elle, brisée,
Dépossédée de soi, à ces confins,
Là-bas, de notre nuit d’ici,
L’heure présente.

Regarde, vois.

(Yves Bonnefoy)

 Illustration: Fidel Garcia

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dissocié de moi-même (Jean Tortel)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2018



Dissocié de moi-même,
dépossédé de toute forme dès que l’inexprimable m’envahit,
je n’ai plus de nom et rien ne me concerne plus,
pas même une Mort qui ne peut être appréhendée
que dans une absence totale de contact

(Jean Tortel)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La beauté (Yves Bonnefoy)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2018



sorcière  [800x600]

La beauté

Celle qui ruine l’être, la beauté,
Sera suppliciée, mise à la roue,
Déshonorée, dite coupable, faite sang
Et cri, et nuit, de toute joie dépossédée
– O déchirée sur toutes grilles d’avant l’aube,
O piétinée sur toute route et traversée,
Notre haut désespoir sera que tu vives,
Notre cœur que tu souffres, notre voix
De t’humilier parmi tes larmes, de te dire
La menteuse, la pourvoyeuse du ciel noir,
Notre désir pourtant étant ton corps infirme,
Notre pitié ce coeur menant à toute boue.

***

Beauty

She who ruins being, beauty
Shall be tortured, broke on the wheel,
Dishonoured, found guilty, made into blood
And cry, and night, of all joy dispossessed –
O you, torn apart on iron gates before the dawn,
O you, trampled on every road and pierced,
Our high despair shall be to see you live,
Our heart that you may suffer, and our voice
To humiliate you in your tears, to name you
Liar, procuress of the darkened sky,
Yet your crippled body is our object of desire,
Our pity this heart leading only to mire.

(Yves Bonnefoy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

DÉPOSSÉDÉS (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017




    
DÉPOSSÉDÉS

comme un jeune écureuil
choisit son arbre
tu m’as choisi pour devenir en moi
plus vive
que dans tes propres veines
et te voici debout
qui prolonges mes os
et surgis de ma bouche
puis t’échoues sur une île nouvelle
ô toi dépossédée de toi
pour la joie d’être mon jouet,
ô moi dépossédé de moi
par ambition de t’habiter
l’échange est accompli
deux jeunes écureuils
cherchent en vain leur arbre

(Joë Bousquet)

 

Recueil: Poèmes, un
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la rencontre de l’inconnu masqué (Jean Laude)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017



 

Agnès Bockel 66874

A la rencontre de l’inconnu masqué
Qui suis-je à ces confins dépossédés par le sable et le vent,
surpris d’une douceur de cendres ?

Devant la nappe intacte de la mer.

Qui suis-je en cette chambre où je ferme les yeux ?

Une barque s’enfonce en la vase attentive. Happé par l’épaisseur,
je m’ensable et dérive

(Dépossédé par le fer gris de l’eau,
la neige a goût d’étoile entre les dents, nuit du métal amer
étendu dans le vent,
surpris d’une douceur, l’attente me divise, et me retire.)

(Jean Laude)

Illustration: Agnès Bockel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’accueille ta vision dans le coeur (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Rafal Olbinski
    

j’accueille ta vision
dans le coeur du coeur noir
l’écho de ta blessure

tout est à vif
dans la bouche des nuées
tout est offrande

j’appartiens à ton souffle
dans le coeur du coeur noir
à la source sans retour

la rage au ciel
enfin dépossédé
j’invoque ta brûlure

renversé
dans le coeur du coeur noir
j’en fais mon visage

ta voix promise
j’en dis l’horizon
et la faille si douce

plus bas sans appui
dans le coeur du coeur noir
je me saigne à ton étoile

la nuit tremble
et je la recueille
pour t’engloutir enfin

l’infini se lève
dans le coeur du coeur noir
avec le ciel ravivé

avec le coeur à l’écoute
dans la saison du souffle
aux confins de l’intime

le lait de l’éveil
dans le coeur du coeur noir
je l’offre à ta nuit

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »