Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘déprimant’

FIN DU MONDE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



fantasia-une-nuit-sur-le-mont-chauve

FIN DU MONDE

Ce qui enveloppa le monde pour finir,
ce fut un grand ricanement.
Ricanement d’une résonance profonde.
On sentait que ça venait de loin et que ça irait partout.
Mais savoir qui ricanait : le créateur, le destructeur ?
Absolument impossible à dire.
En tout cas,
ce fut déprimant pour ceux qui attendaient
la juste trompette des anges.

(Norge)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES REGRETS (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2016



LES REGRETS

Bien sûr c’était agaçant
D’avoir chaque matin à réchauffer l’envie
De varapper un jour de plus
A scruter la paroi
A trier les grappins

Bien sûr c’était déprimant
D’avoir à regarder les autres
Grimper les yeux fermés
Comme arbres palissés

Bien sûr c’était humiliant
D’avoir à partager comme un mal nécessaire
Le peu de cas que l’on faisait de nous

Bien sûr c’était terrifiant
D’avoir à être
Sans besoin de paraître

Tout de même c’était excitant
La reverdie
L’odeur des frites

L’invraisemblable manque de clé
A la voûte de l’esprit
Et à la fourche des filles

Qui mourra verra
Qu’il regrettera
Jusqu’à la laisse et la jachère
En lesquelles il fut tenu.

(Jean Rousselot)

Illustration: Latoya Smile

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les quatre sans cou (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2015



Les quatre sans cou

Ils étaient quatre qui n’avaient plus de tête,
Quatre à qui l’on avait coupé le cou,
On les appelait les quatre sans cou.

Quand ils buvaient un verre,
Au café de la place ou du boulevard,
Les garçons n’oubliaient pas d’apporter des entonnoirs.

Quand ils mangeaient, c’était sanglant,
Et tous quatre chantant et sanglotant,
Quand ils aimaient, c’était du sang.

Quand ils couraient, c’était du vent,
Quand ils pleuraient, c’était vivant,
Quand ils dormaient, c’était sans regret.

Quand ils travaillaient, c’était méchant,
Quand ils rôdaient, c’était effrayant,
Quand ils jouaient, c’était différent,

Quand ils jouaient, c’était comme tout le monde,
Comme vous et moi, vous et nous et tous les autres,
Quand ils jouaient, c’était étonnant.

Mais quand ils parlaient, c’était d’amour.
Ils auraient pour un baiser
Donné ce qu’il leur restait de sang.

Leurs mains avaient des lignes sans nombre
Qui se perdaient parmi les ombres
Comme des rails dans la forêt.

Quand ils s’asseyaient, c’était plus majestueux que des rois
Et les idoles se cachaient derrière leur croix
Quand devant elles ils passaient droits.

On leur avait rapporté leur tête
Plus de vingt fois, plus de cent fois.
Les ayant retrouvées à la chasse ou dans les fêtes,

Mais jamais ils ne voulurent reprendre
Ces têtes où brillaient leurs yeux,
Où les souvenirs dormaient dans leur cervelle.

Cela ne faisait peut-être pas l’affaire
Des chapeliers et des dentistes.
La gaîté des uns rend les autres tristes.

Les quatre sans cou vivent, c’est certain.
J’en connais un au moins un
Et peut-être aussi les trois autres.

Le premier, c’est Anatole,
Le second, c’est Croquignole,
Le troisième, c’est Barbemolle,
Le quatrième, c’est encore Anatole.

Je les vois de moins en moins,
C’est déprimant à la fin,
La fréquentation des gens trop malins .

(Robert Desnos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SPLEEN DE FIN D’OISE (Jean-Charles Michel)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2015




SPLEEN DE FIN D’OISE

Rien n’est tant déprimant qu’un ennui sans partage,
Quand le choc d’aucun verre au contact du comptoir,
Ne vient porter secours au broyage du noir ;
La nuit dort sans étoile et sans Lune en servage.

Le charme désuet d’un très vieux paysage,
Oublié dans le lit d’un affluent miroir,
N’ose quitter le fond, du matin jusqu’au soir,
Et laisse gésir seul son voile de veuvage.

La brume au ras du sol emmitoufle un chat gris,
Aux rives des trottoirs se butent les aigris ;
Le talus sous le joug d’une bête de somme,

Nous concède un long train pesant comme un intrus,
Au milieu des vergers sans groseille et sans pomme,
En rupture d’ailleurs, que nul n’espère plus.

(Jean-Charles Michel)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :