Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘déraison’

Paresseux morose (Henri Thomas)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2019




    
Paresseux morose
j’ai laissé passer
l’étoile et la rose
sans les regarder.

L’école des jours
instruit ses enfants :
« aimons-nous toujours,
mentons-nous souvent,

qui naît doit grandir
dans la déraison,
au mal du désir
pas de guérison ».

— Comprendre m’ennuie,
ces ruses, ces traits !
Le jeu de la vie
me trouve distrait.

A telle sagesse
je n’ai point de part,
je prends, je délaisse
au gré du hasard.

Derrière le voile
des métamorphoses
est-il une étoile,
est-il une rose?

(Henri Thomas)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un jour les muses (James Noël)

Posted by arbrealettres sur 25 septembre 2018




    
Un jour les muses poseront nues
pour les poètes
un jour la poésie sortira du marché de la poésie
la poésie sortira de sa tanière
et prendra la route toute seule
comme une grande

ce sera un jour de fresque
un jour peint
sans chevalet
avec des nuances hautes en couleurs
ce jour se boira clair comme une source
se mangera par grappes
mûres de fruits
de beaux fruits qui exploseront de rire
dans le jus de la bouche

l’horizon se donne couché
en toute déraison devant la phrase

un jour viendra
où les muses poseront nues pour les poètes

(James Noël)

 

Recueil: Le Pyromane adolescent suivi de Le sang visible du vitrier
Traduction:
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Confrontation (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018



Confrontation

Amour a frappé à la porte de Folie.
« Laisse-moi entrer, je suis ton frère, a-t-il dit.
Toi seule laveras la fangeuse infamie
dans laquelle par ma passion me voici mis.  »

La Folie ne fait nul cas de le recevoir,
sachant que de menterie Amour se nourrit,
mais la surprise la terrifie, à le voir
d’humain qu’il était, déshumanisé ainsi.

« Entre vite, s’exclame-t-elle, à toi ce gîte.
Plus que quiconque il est juste que tu habites
ma maison infernale, en poix toute construite,

tandis que je m’en irai, sans destination,
car je ne connais de plus triste déraison
que ce mal d’aimer, – la maladie sans pardon. »

(Carlos Drummond de Andrade)

Illustration: Jean-Jacques Grandville

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dors à l’ombre de mes cheveux (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2018



Illustration: Stefano Di Stasio
    
Dors à l’ombre de mes cheveux,
Me disait-elle ;
Dors dans le bois de déraison,
Les yeux ouverts comme un enfant
Et que ton sommeil soit de terre
Sans étoile pour t’y blesser.
Dors à l’ombre de mes cheveux,
Me disait-elle ;
Dors étonné comme un enfant

(Jean Joubert)

 

Recueil: Anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TOI (Michel Leiris)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2018



Illustration: Marcio Melo
    
TOI

Mon livre doré sur tranches que je veux lire de bout en bout.
Mon gâteau d’anniversaire qui n’a pas besoin de bougies pour être illuminé.
Mon alcool qui enivre sans nausée ni mal de tête.
Mon établi pour une espèce immatérielle de menuiserie.
Mon bateau de plaisance toujours prêt à prendre la mer.
Mon violon qui se fait mélodie dès que ma main effleure ses cordes.
Mon arme de précision que ne salit aucune piqûre de rouille.
Mon aube sur les jardins verts et sur les tas de charbon.
Mon sentier de forêt tout jalonné de cailloux blancs.
Ma fable trop merveilleuse pour comporter le post-scriptum d’une moralité.
Mon château à multiples tourelles, évanoui alors que son pont-levis vient à peine de s’abaisser.
Mon unité, dans la présence et dans l’absence.
Mon alphabet — d’arc-en-ciel à zodiaque — aux vignettes peintes des tons les plus acides et, aussi bien, les plus doux.
Ma déchirure et ce qui la recoud.
Ma preuve par neuf.
Ma partie et mon tout.
Ma panacée.
Ma chance.
Ma raison et ma déraison.
Ma fraîcheur et ma fièvre.

(Michel Leiris)

 

Recueil: Haut Mal suivi de Autres lancers
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Soleil à tue-tête (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



George Owen Wynne Apperley 79-andromede

Soleil à tue-tête
Sur la mer à midi
Flèches d’or
Ardente déraison
Je file sous l’eau verte
À la recherche de l’âme du feu
Qui brille parmi les algues

(Anne Hébert)

Illustration: George Owen 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’insu se tait (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2018




    
l’insu se tait l’inconnu se voile l’étonnement s’oublie. noeud sur
le chemin de la découverte déraison du monde en joue vieillir.
mal étrange

.

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: Salerni
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES AMOUREUX (Jaime Sabines)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2018


 


 

Benjamin Dominguez (3)

LES AMOUREUX

Les amoureux se taisent.
L’amour est le silence le plus fin,
le plus tremblant, le plus insupportable.
Les amoureux guérissent,
délaissent,
mutent, oublient.
Le coeur leur dit qu’on ne trouve jamais,
ils cherchent en vain, ils persistent.

Les amoureux passent à la déraison
parce que seuls, ils sont deux, deux, deux,
ils se livrent, se donnent, à chaque instant,
et se récrient de ne pas sauver l’Amour.
L’Amour les dévore. Les amoureux vivent
d’instants, impuissants à dépasser
les frontières du temps.
Ils cherchent toujours un aller
vers quelqu’autre lieu.
Ils attendent,
n’espèrent pas, mais languissent encore.
Ils savent trop bien que jamais on ne joint.
L’amour est perpétuel sursis
reste toujours le pas qui vient, et l’autre, et l’autre encore.
Les amoureux sont des insatiables
de leur solitude.

Les amoureux sont l’hydre de l’erne,
des tentacules en guise de bras,
leurs veines autour du cou se gonflent
les étouffant comme des serpents.
Les amoureux ne peuvent dormir,
s’ils ferment l’oeil, la vermine festoie.

A l’obscurité, ils ouvrent le regard,
la terreur au coeur.
Ils trouvent des scorpions sous leurs draps
et leur couche dérive sur le lac.

Les amoureux sont fous, simplement fous,
sans Dieu ni Démon.

Les amoureux sortent d’eux-mêmes
tremblants et affamés,
ils vont chasser les fantasmes.
Ils se rient des sages de l’amour,
de ceux qui aiment à jamais, en toute Vérité,
de ceux qui croient que l’amour est une lampe à la
flamme inusable.

Lies amoureux jouent au puits,
ils dessinent et tatouent les fumées, ils s’amusent à ne pas partir.
Ils jouent le long et triste jeu de l’amour.
ils récusent la résignation.
Ils clament qu’aucun règne ne doit se démettre.
Les amoureux ont honte de toute conformation

Vacants, vides de côte est en côte ouest,
fermentant la mort derrière leur regard,
ils avancent, de sanglot en sanglot, jusqu’à l’aube,
où équipages et chants du coq font leurs douloureux adieux.

Une odeur de terre nouvelle leur arrive parfois,
un parfum de femme doucement abandonnée, la main
fleurissant le mont,
une senteur d’eau tiède, un fumet de chair.
Les amoureux chantent, modulent
un phrasé nouveau.
Ils pleurent l’évanescence
de leur beau dérèglement.

(Jaime Sabines)

Illustration: Benjamin Dominguez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les lèvres nues (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2017



Les lèvres nues, la langue souveraine,
la nuit fendue, le partage des eaux,
dans la toison de chine incendiée
à flanc d’orage une rumeur d’oiseaux.
Puis le loup blanc traverse les collines,
l’arbre s’incline et la neige s’est tue.
Sous l’ombre rose un bel éclair triomphe:
ma déraison, ma source, mon jardin.

(Jean Joubert)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où le colibri suspend-il (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2017



Entends-tu des détonations
jaunes au milieu de l’automne ?

Quelle raison ou déraison
fait que la pluie pleure sa joie ?

Quels oiseaux dictent l’ordre à suivre
par la bande au cours de son vol ?

Où le colibri suspend-il
sa symétrie éblouissante ?

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :