Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dérangé’

DEUXIÈME CHANSON DE LA DAME (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



 

DEUXIÈME CHANSON DE LA DAME

Quelle sorte d’homme est-il, celui qui vient
S’allonger entre tes jambes ?
Qu’importe, nous ne sommes que des femmes.
Lave-toi; parfume ton corps ;
J’ai des armoires pleines de fleurs séchées,
Je puis en parsemer les draps.
Le Seigneur aie pitié de nous.

ll aimera mon âme comme si
De corps il n’était point du tout,
Et il aimera ton corps
Sans être dérangé par l’âme.
Que l’amour emplisse les deux mesures de l’amour
Mais garde intacte sa substance.
Le Seigneur aie pitié de nous.

ll faudra bien que l’âme apprenne
L’amour que réclame mon sein,
Et tout le corps un amour qu’il a en commun
Avec les animaux les plus nobles.
Si l’âme peut voir, le corps toucher,
Où est la plus grande béatitude ?
Le Seigneur aie pitié de nous.

***

THE LADY’S SECOND SONG

What sort of manis coming
To fie between your feet?
What matter, we are but women.
Wash; make your body sweet;
I have cupboards of dried fragrance,
I can strew the sheet.
The Lord have mercy upon us.

He shall love my souf as though
Body were not at all,
He shall love your body
Untroubled by the soul,
Love cram love’s two divisions
Yet keep his substance whole.
The Lord have mercy upon us.

Soul must fearn a love that is
Proper to my breast,
Limbs a love in common
With every noble beast.
If soul may look and body touch,
Which is the more blest?
The Lord have mercy upon us.

(William Butler Yeats)

Illustration: Alain Bonnefoit

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HEURE CREUSE (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Francine Van Hove
    
L’HEURE CREUSE

C’est le matin

Café lové
au fond des mains
j’avale le silence,
étreins
le jour délavé
ses danses,
écoute loin
réveil des pavés

La maison, un désert
encore dérangé
des rires d’hier,
pleine de nuit
attend que je la prépare
aux heures de lumière
le retour en fanfare
des petites vies

Je goûte
à cette paix
de cristal cher
puis je le vivrai
mon temps sur terre
qui s’ajoute

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :