Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dernier’

SEPTEMBRE I (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2019



vanneau

SEPTEMBRE I

A la frontière des mots tirerai-je un dernier songe
Comme un vanneau perdu dans l’arrière-saison ?
Les chemins du coeur restent en suspens
On se couronne de mensonges
Une loque sanglante prend forme à l’horizon
La mémoire des mères caille et clot sa bouche sombre.

Seigneur ont-ils donc le droit
De me ravir à l’amour
Et de disposer de moi
Pour leurs immondes labours ?

(Jean Rousselot)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dialogue (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
Dialogue

Le soleil du premier jour
Avait interrogé
L’émergence nouvelle de l’Être :
Qui donc es-tu ?
Point de réponse.

Années après années se sont écoulées,
Le dernier soleil du jour
Posa la dernière question
au bord de l’océan du couchant,
Par le soir muet :
Qui donc es-tu ?
Il n’y eut pas de réponse.

***

Dialogue

The sun of the first day
Had asked
At the new advent of the Being :
Who are you ?
No answer came.

Year after year passed.
The last sun of the day
Uttered the last question on the shore
of the Western sea,
By a mute evening :
Who are you ?
Received no answer.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Tantôt Dièse, Tantôt Bémol
Traduction: Prithwindra Mukherjee
Editions: Shahitya Prakash

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sentir les derniers grains (Stéphane Bataillon)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2019




    
Sentir les derniers grains
de la poignée de sable

Avoir ce privilège.

(Stéphane Bataillon)

 

Recueil: Où nos ombres s’épousent Vivre l’absence
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Si le poème allait chanter (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2019



 

Chantal Larriviere    atoll

Si le poème allait chanter…
La page blanche est l’harmonie avant l’épreuve du langage, avant
que ne vienne le forgeron nubile, avant le souffle du troubadour.
Si le poème allait chanter… On attend.
On attend un miracle en forme d’atoll sous la vague.
On attend aussi morose que le temps chez les truands de province.
On attend ! On attend, Tamarie, dans l’éparpillement soyeux des
étamines du printemps
On attend, on attend le dernier Jugement.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Chantal Larriviere  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’est ni Vie ni Mort (Mina Loy)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2019



    

Il n’est ni Vie ni Mort

Il n’est ni Vie ni Mort
Seulement l’activité
Et dans l’absolu
Nulle déclivité.

Il n’est ni Amour ni Désir
Seulement la générosité
Qui voudrait posséder
Est nullité.

Il n’est ni Premier ni Dernier
Seulement l’égalité
Et qui voudrait régner
Rejoint la majorité.

Il n’est ni Espace ni Temps
Seulement l’intensité
Et les choses apprivoisées
N’ont nulle immensité.

(Mina Loy)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Recueil: Il n’est ni vie ni mort, poésie complète
Traduction: Olivier Apert
Editions: Nous

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Version du monde (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2019



Illustration: René Magritte
    
Version simple du monde :
le lieu que nous trouvons.

Version mieux ajustée :
le lieu que nous laissons.

Version améliorée :
le lieu où chercher un autre monde.

Version presque définitive :
le lieu d’une absence.

Et une autre encore :
le lieu qui nous prouve
qu’être n’est pas un lieu.

Et la dernière version :
le monde est le lieu où apprendre
qu’être n’a pas besoin de lieu.

***

Versión simple del mundo:
el lugar que encontramos.

Versión mas ajustada:
el lugar que dejamos.

Versión perfeccionada:
el lugar para buscar otro mundo.

Versión casi definitiva:
el lugar de una ausencia.

Y otra más todavía:
et lugar que nos prueba
que ser no es un lugar.

Y la última versión:
el mundo es el lugar para aprender
que ser no necesita lugar.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La dernière tâche (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2019




    
La dernière tâche:
élever entre les mains vides,
une tour de rien
au bord de l’abîme.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Fragments verticaux
Traduction:
Editions: José Corti

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mettre en chaque vide une image (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2019



Mettre en chaque vide une image:
une aile dissoute dans la lumière
ou un silence vêtu d’un rayon.

En arrivant au dernier vide,
le laisser libre dans le doute.
Il pourrait être la plus belle image.

(Roberto Juarroz)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je suis dans l’esprit d’un mort (Miriam Silesu)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2019



Illustration: Odilon Redon
    
Je suis dans l’esprit d’un mort
dont je suis la dernière pensée,
et son va-tout

(Miriam Silesu)

 

Recueil: Cinéraire
Traduction:
Editions: Lettres vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Je suis la dernière fleur de l’automne (Edith Södergrun)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



Je suis la dernière fleur de l’automne.
Je suis la plus jeune graine du printemps mort,
Il est facile de mourir la dernière.

(Edith Södergrun)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :