Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dernière fois’

Fraîche journée ensoleillée d’automne (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2018



Fraîche journée ensoleillée d’automne,
je vais tondre la pelouse
une dernière fois

***

Cool sunny autumne day,
I’ll mow the lawn
one last time

(Jack Kerouac)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Chanson de la dernière fois (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2017



Chanson de la dernière fois

J’avais froid sans recours à la poitrine.
Et pourtant je marchais légèrement.
J’ai mis par mégarde à la main droite
Le gant de la main gauche.

J’ai pensé: il y a beaucoup de marches.
II y en a trois. Je le savais.
Entre les érables une voix d’automne
Me chuchotait: «Meurs avec moi! »

II m’a trompée, il est lugubre,
Il est changeant, méchant, mon destin.
J’ai répondu: «Mon amour! mon amour!
Moi aussi. Je vais mourir avec toi! »

C’est la chanson de la dernière fois.
J’ai jeté un coup d’oeil dans la maison obscure.
Rien, sinon, près du lit, dans la chambre,
Les bougies, leur lumière jaune, indifférente.

(Anna Akhmatova)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous nous sommes revus pour la dernière fois sur le quai (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2016



Nous nous sommes revus pour la dernière fois
Sur le quai, là où toujours avaient lieu nos rencontres.
L’eau de la Néva était très haute;
Dans la ville on craignait une inondation.

Il parlait de l’été; il disait aussi
Qu’être poète, pour une femme, est absurde.
Je me suis rappelé le haut palais impérial
Et la forteresse de Pierre-et-Paul.

Il disait que l’air n’est pas du tout à nous;
Que c’est un don de Dieu, et magnifique.
C’est en cet instant que me fut donnée
La dernière de toutes les chansons folles.

(Anna Akhmatova)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les seins (Yi Pyông-Ki)

Posted by arbrealettres sur 4 septembre 2015


maman

Le jour où elle se coucha pour la dernière fois
Reposant sa tête sur mon giron
Elle ne pouvait supporter la douleur dans sa poitrine
Elle délia le noeud de sa blouse
Laissa apparaître ses seins

Ses têtons étaient bleu foncés
Comme jadis
Moi et huit ou neuf de mes frères et soeurs
S’étaient nourris à ces seins

(Yi Pyông-Ki)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :