Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dernière’

Le semeur (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018


Le semeur

Il jeta toutes ses graines, sauf la dernière.
La terre les recevait dans sa grande lèvre de chaleur et d’humidité.
La dernière graine, il la tenait au creux de sa main.
La terre ne l’aurait pas tout de suite.
C’est si bon, disait-il, de tenir une petite forêt dans le creux de la main.

(Norge)


Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

De même que Rousseau jadis fondait en pleurs (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018



 

pervenche

De même que Rousseau jadis fondait en pleurs
À ces seuls mots : « Voilà de la pervenche en fleurs, »
Je sais tout le plaisir qu’un souvenir peut faire.
Un rien, l’heure qu’il est, l’état de l’atmosphère,
Un battement de coeur, un parfum retrouvé,
Me rendent un bonheur autrefois éprouvé.
C’est fugitif, pourtant la minute est exquise.
Et c’est pourquoi je suis très heureux à ma guise
Lorsque, dans le quartier que je sais, je puis voir
Un calme ciel d’octobre, à cinq heures du soir.

(François Coppée)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chiffre (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



 

Le chiffre

L’amitié silencieuse de la lune
(je cite mal Virgile) t’accompagne
depuis, cette nuit, aujourd’hui perdue
dans le temps, cette soirée où tes yeux
vagues l’ont déchiffrée pour toujours dans
un jardin, un patio qui sont poussière.
Pour toujours ? Je sais qu’une fois quelqu’un
pourra te dire en toute vérité :
Tu ne reverras pas la lune claire.
Tu viens d’épuiser la somme des chances
que t’accorde le destin. Inutile
d’ouvrir toutes les fenêtres du monde.
Il est tard. Tu ne la trouveras plus.
Nous vivons découvrant et oubliant
cette douce coutume de la nuit.
Regarde. C’est peut-être la dernière.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: Lori Earley

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Appuyé du menton à la dernière étoile (Saint-John Perse)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018



 

étoile filante

Appuyé du menton à la dernière étoile,
il voit au fond du ciel à jeun
de grandes choses pures qui tournent au plaisir.

(Saint-John Perse)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Feuille de millepertuis (Pierre Menanteau)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2017




Feuille de millepertuis

Comme si, par la serrure,
On épiait d’aventure
Quelque chose qui se passe,
Dans les trous du haut espace
As-tu vu la Voie Lactée,
As-tu vu Cassiopée,
Le Chariot, la Grande Ourse?
As-tu suivi dans sa course
Cette lune de magie?
Ô mon elfe, si ta vie
Tourne encore avec la terre,
Prends cette feuille plus claire,
Mets-y ton oeil qui clignote.
Lorsque le grillon grignote
Le silence de la croûte,
Fin pertuis, l’oreille écoute,
Et je transcris ton extase,
Et le poème est un vase
Où la feuille un peu trouée
Aspire cette rosée
Qu’il fallait la dernière
Etoile entre ciel et terre.

(Pierre Menanteau)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE PASTEUR (Giorgio Caproni)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2017




    
LE PASTEUR

Protégez
Protecteur. Sauvez
le mourant Sauveur. »
Ainsi prêchait le Pasteur
dans le gel de l’église vide, à la lueur
de la dernière bougie restée
sur le Grand Autel allumée.

***

IL PASTORE

« Proteggete il nostro
Protettore. Salvate
il Salvatore morente. »
Cosi predicava il Pastore
nel gelo della chiesa vuota, al lucore
dell’ultima bugia rimasta
accesa sull’Altar Maggiore.

(Giorgio Caproni)

 

Recueil: Le mur de la Terre
Traduction: Philippe Di Meo
Editions: Atelier la Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Abeille (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017


abeille-couverte-de-pollen

Elle Se cache la dernière –
Est la première, à se lever –
A peine si sa Nuit la récompense
D’avoir Clos Ses paupières –

Elle accomplit Sa Pourpre Besogne –
Et Se retire
Dans les bas Appartements du Gazon –
Aussi Louablement que Nous.

Imiter Sa vie serait
Aussi impossible
Que fabriquer avec Nos Menthes imparfaites
Le Sirop – de l’Abeille –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La dernière pomme qui la cueillera ? (Marcel Saint-Martin)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2017



La dernière pomme
qui la cueillera ?
la dernière pomme
qui la mangera ?
à l’heure noire des dernières mouches
quand la terre se couvrira d’ombre
sous la cendre des dernières colères
la dernière pomme
qui la mangera ?….
qui de nous sera
le dernier Adam
et la dernière Ève
la dernière dent
la dernière fève…
qui de nous sera
le dernier serpent
ou le dernier rat…
la dernière pomme
qui la mangera ?
la dernière pomme…
qui la cueillera ?
d’une main tremblante et froide
quand la mer reprendra sa place
ne laissant de terre aucune trace
la dernière pomme
qui la croquera ?
– non, ce n’est pas vous…
– non, ce n’est pas moi…

(Marcel Saint-Martin)

Illustration: Pierre Marcel

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’aurore (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



L’aurore effeuille en secret
les pétales des dernières lampes

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 7 Comments »

Une carte du 7 septembre 1943 (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2016



Une carte du 7 septembre 1943,
jetée du train à l’adresse de Christine Van Nooten,
cachet de la poste du 15 septembre 1943 :

Christine, j’ouvre la Bible au hasard et trouve ceci :
« Le Seigneur est ma chambre haute.
» Je suis assise sur mon sac à dos,
au milieu d’un wagon de marchandises bondé.
Papa, maman et Mischa sont quelques wagons plus loin.

Le départ est tout de même venu à l’improviste.
Ordre subit de La Haye, spécialement pour nous.
Nous avons quitté ce camp en chantant,
père et mère très calmes, Mischa également.

Nous allons voyager trois jours.
Merci de tous vos bons soins.
Les amis restés au camp vont écrire à Amsterdam,
peut-être te fera-t-on suivre ?
Peut-être aussi ma dernière longue lettre ?

Un au revoir de nous quatre,

Etty.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :