Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dernière’

Dernière rencontre (Bernard Delvaille)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2016



Lorsque la mort viendra,
aurai-je assez de paix en moi,
et de désir, et de silence?
Faudra-t-il rencontrer pour la dernière fois,
dans le miroir du vent,
celui que je n’ai pas su être ?…

(Bernard Delvaille)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

LA DERNIÈRE PROMENADE (Chang Wou Kien)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2016



tulipe m

LA DERNIÈRE PROMENADE

Tu as laissé tomber dans la poussière
la tulipe rouge que je t’avais donnée.
Elle était devenue blanche.
En ce bref instant il avait neigé sur notre amour.

(Chang Wou Kien)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’empreinte (Béatrice Bastiani-Helbig)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2016




En nous serrant si fort
peut-être espérions-nous
garder sur nos deux corps
l’empreinte
de la dernière étreinte

(Béatrice Bastiani-Helbig)


Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 4 Comments »

Boire un grand bol de sommeil noir (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



Boire
Un grand bol de sommeil noir
Jusqu’à la dernière goutte.

(Paul Eluard)

découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Audrey Kawasaki

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

LA PORTE TOURNANTE (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




LA PORTE TOURNANTE

La porte tourne,

J’y suis,

La porte a tourné,

Je n’y suis pas,

La porte me regarde
La porte se nettoie d’un coup de langue
La porte se gratte et s’endort,

La porte s’est raidie
Et ses yeux sont éteints,

J’attends
Cependant je sais bien
Que la porte a tourné
Pour la dernière fois.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

HYMNE À LA PLUIE (Agnès Marin)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2015




HYMNE À LA PLUIE

J’aime la pluie sur les branches,

Ces bracelets d’argent portés sous un ciel gris,

La goutte d’eau qui tremble et s’accroche à la vie,

La perle qui en jaillit.

Et mes yeux éblouis suivent à l’infini

Celle qui poussera l’autre vers la lumière.

Ô sauver la dernière de l’oubli!

Et quand elle tombe,

Le soleil luit.

(Agnès Marin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :