Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘désertion’

Le vol de tes regard (Rina Lasnier)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2017



le vol de tes regards me caressait
mieux qu’un effleurement d’aile ;
rien ne s’efface, ni les ors des blés,
ni l’étoile de ta joie,
excepté le chemin de tes pas;

j’envoie au devant de toi
le vent avec l’odeur des phlox
et les bêlements éperdus des brebis;
j’ai fermé les yeux sur ta désertion,
abritant ma solitude derrière les volets.

Voici le vent… et si, d’un geste brusque,
il vient de m’arracher à ma nuit,
c’est que là-bas pointe l’aube de ton retour…

(Rina Lasnier)

Illustration: Stanislav Shpanin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sortie (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



James Mensor  la-mort-et-les-masques [800x600]

Sortie, comme on se glisse par mégarde dans une ville, une foule ;
comme on se découvre à la fois démuni et protégé.
Comme on s’effraie de ces silhouettes grotesques
dont toute vie véritable semble s’être retirée.
On nage en pleine désertion.

Le choc est d’autant plus fort
que l’on se sait démuni, fragile ;
avec une sorte d’angoisse
(pourvu qu’il ne m’arrive rien dans la rue…)
qui ne veut pas céder.

Je songe aux masques d’Ensor.
La grande danse macabre, le carnaval d’inconsistance.
Mon Dieu comment faire pour que la vie retrouve
cette folle dignité qui devrait être la sienne ?
Ou bien ma vue est-elle si déformée ?

Démuni, disais-je, et protégé.
À l’écart, sur un banc.
Pas un tonneau, non.
Et quelques lueurs que je garde encore,
à l’abri dans le creux de mes mains
comme une flamme vacillante,
comme une promesse qui restera promesse.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: James Mensor

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :