Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘désespoir’

Ce n’était pas la Mort (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Ce n’était pas la Mort, car j’étais debout
Et que tous les Morts, gisent –
Ce n’était pas la Nuit, car toutes les Cloches,
Langue dardée, sonnaient Midi.

Ce n’était pas le Gel, car sur ma Chair
Je sentais – ramper – des Siroccos –
Ni le Feu – car le seul Marbre de mes pieds
Eût gardé frais, un Sanctuaire –

Pourtant, j’éprouvais tout cela ensemble,
Les Formes que j’ai vues
Apprêtées, pour l’Enterrement,
Me rappelaient la mienne –

Comme si pour l’adapter à un cadre,
On eût rogné ma vie,
Et qu’elle ne pût respirer sans clé,
On aurait dit Minuit –

Quand tout ce qui tictaque – stoppe –
Et que partout – bée l’espace –
Ou que l’Affreux gel – aux matins d’Automne,
Abolit le Sol Palpitant –

Mais surtout, le Chaos – Sans bornes – froid –
Sans une Chance, ou un espar –
Ni même l’Annonce d’une Terre –
Pour justifier – le Désespoir.

(Emily Dickinson)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nos plus Beaux Moments (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2017


beauté

Nos plus Beaux Moments, s’ils duraient –
Détrôneraient le Ciel –
Que peu d’instants – et par Risque -procurent –
Aussi n’en est-il – dispensé –

Que comme stimulants – dans
Les cas de Désespoir –
Ou de Stupeur – Une Réserve –
Sont ces Célestes Heures –

Un Don du Divin –
Qui Tout comme il est Venu –
Se retire – laissant l’Ame éblouie
Dans son Appartement nu –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enfin j’ai pu entendre son nom (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2017


amour

« Enfin j’ai pu entendre son nom –
Sans – progrès Enorme –
Cette sensation d’Arrêt – en mon Ame –
Et ce Tonnerre – dans la Chambre –

Enfin j’ai pu franchir
Cet Angle du plancher
Où il a tourné ainsi – et moi – ne sais –
Et tous nos Nerfs se déchiraient –

Enfin j’ai pu remuer le Coffret –
Où ses lettres s’entassaient
Sans cette pression, dans mon souffle –
Comme des Rivets – qu’on enfonce –

Ai pu vaguement me rappeler une Grâce –
Je crois qu’on la nomme « Dieu »,
Connue pour adoucir l’Extrémité –
Quand la Formule, a échoué –

Et joindre mes Mains –
En geste de prière,
Quoique ignorant un mot
Par l’Ordination – prononcé –

Mon Affaire, avec le Nuage,
S’il est derrière, un quelconque Pouvoir
A l’abri du Désespoir –
Qui se soucie, lointainement,
D’un incident aussi mineur
Que le Malheur –
Trop grand, lui-même, pour s’arrêter – plus longtemps –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fait du désespoir (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



Fait du désespoir
un mot
de renaissance

(Rose Ausländer)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

A QUELQUES PASSANTES (Louis Duchosal)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



A QUELQUES PASSANTES

Mon âme est en fleur comme au mois de mai,
Et mon rêve arbore un drapeau de joie…
O le bon rayon que le ciel m’envoie!
Ma vie est un chant, mon cœur est aimé.

Tout le désespoir qui mouille ce livre
Provenait d’un pli de rose en mon lit,
Mon cœur est oiseau dans le bois de l’oubli…
Comme l’air est doux, comme il fait bon vivre!

Bonjour grand soleil: voici mon espoir,
Voici mon orgueil, fais-leur un peu signe;
Ils voulaient la grappe, ils ont une vigne;
Je t’offre un baiser, étoile du soir.

Je suis comme un roi, je porte une épée
Et l’ambition me brûle le sang;
Je vais te conter mon âme, ô passant!
Mon cheval hennit pour une épopée.

(Louis Duchosal)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il devrait n’être point de désespoir pour toi (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2017



 

 

Il devrait n’être point de désespoir pour toi
Tant que brûlent la nuit les étoiles,
Tant que le soir répand sa rosée silencieuse,
Que le soleil dore le matin.

Il devrait n’être point de désespoir, même si les larmes
Ruissellent comme une rivière :
Les plus chère de tes années ne sont-elles pas
Autour de ton cœur à jamais ?

Ceux-ci pleures, tu pleures, il doit en être ainsi ;
Les vents soupirent comme tu soupires,
Et l’Hiver en flocons déverse son chagrin
Là où gisent les feuilles d’automne

Pourtant elles revivent, et de leur sort ton sort
Ne saurait être séparé :
Poursuis donc ton voyage, sinon ravi de joie,
Du moins jamais le cœur brisé.

***

There should be no despair for you
While nightly stars are burning —
While evening sheds its silent dew
Or sunshine gilds the morning —

There should be no despair — though tears
May flow down like a river —
Are not the best beloved of years
Around your heart forever ?

They weep — you weep — It must be so —
Winds sigh as you are sighing,
And winter pours its grief in snow
Where autumn’s leaves are lying

Yet they revive — and from their fate
Your fate can not be parted
Then man journey onward not elate
But never brokenhearted —

(Emily Brontë)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Je remplace (Isidore Ducasse)

Posted by arbrealettres sur 24 février 2017



mana-neyestani-espoir-desespoirx

Je remplace la mélancolie par le courage,
le doute par la certitude,
le désespoir par l’espoir,
la méchanceté par le bien.

(Isidore Ducasse)

Illustration: Mana Neyestani

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

ET TA SOEUR (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017




ET TA SOEUR

C’est la beauté,
dit la détresse,

la volupté,
dit la douleur,

la cruauté,
dit la tendresse,

l’indifférence,
dit le désespoir,

la mort,
dit le malheur.

Ma soeur
c’est l’amour,
dit l’heur
le bon heur.

(Jacques Prévert)

Illustration: James Tissot

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Chacun s’en va sur les talons (Renée Rivet)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2017



Chacun s’en va sur les talons
Les talons de la nuit maline

Chacun s’en va à reculons
Au fond des granges de la lune

Les étoiles montées en graines
Qui penserait à les cueillir?

Les laboureurs n’ont plus d’enfants
Pour les espoirs démesurés

La moisson mûrit aux ténèbres

Des pierres chuchotent entre elles
Leurs souvenirs d’anciens déluges

(Renée Rivet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Garde la plume (Zbigniew Herbert)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2017



garde la plume elle a les couleurs
de la peur l’amour du désespoir
avec elle tu créeras peut-être un poème
sur le sort des oiseaux en des temps rigoureux

(Zbigniew Herbert)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :