Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘désir’

Chaque soir (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017



    

    

Chaque soir
les oiseaux dorment dans leur solitude

ils regardent leur corps
comme si c’était un corps de femme
fragile
où luttent l’eau et le vent

chaque soir
les oiseaux et les ours rêvent
de mains qui les caressent

les chats s’étirent
pour lécher leur corps
sans se soucier
du regard de Dieu
qui s’étend
sur le plafond et les murs

sans se soucier du temps
sans se soucier des bavardages
ni des juges ni des prisons de l’amour
ni des mites dont les mandibules
dévorent les robes
du désir

satisfaits de leur être
dans l’insouciance de leur corps
ils jouissent
du matin

(Maram al-Masri)

 

Recueil: Par la Fontaine de ma Bouche
Traduction: Maram al-Masri – Bruno Doucey
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je te donne deux seins (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017



Illustration: Théodore Chassériau
    
Je te donne deux seins
emplis de désir
emplis de tendresse
emplis de crainte
et de lait

deux seins emplis
d’un liquide débordant
de vie

je te donne un ventre doux
qui souffre
conçoit
enfante

un ventre qui désire
embrasse
et jouit

(Maram al-Masri)

 

Recueil: Par la Fontaine de ma Bouche
Traduction: Maram al-Masri – Bruno Doucey
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le désir (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2017



 

Le désir,
ce chemin couru
d’avances.

(Laurent Albarracin)

Illustration: Antonio Canova

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

CONJUGAISON D’AMOUR … POUR UN ENFANT (Jacqueline Commard)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2017



CONJUGAISON D’AMOUR … POUR UN ENFANT

Un vent d’Amour a conjugué
Au « présent » le verbe s’aimer
Et c’est ainsi qu’en doux murmures
La vie engendra le « futur ».

Le « passé », « simple ou composé »
De rêve et de réalité
Se voit subitement refait
Par un désir « plus-que-parfait » …

Au « présent » du « conditionnel »
L’espérance prendra des ailes
Criant son bonheur à tout prix
D’un « verbe » haut ! Avec des si …

Si l’on peut ceci … ou cela …
Si l’enfant est beau comme un Roi …
S’il a la grâce de sa mère …
La force tranquille de son père …

Mais, le « futur » n’en a que faire
Il dort … tout au creux de sa mère
Ne demandant que de l’Amour
A partager jour après jour.

Il pourra bientôt « conjuguer »
A tous les « temps » le « verbe » aimer
Et celui d’ « être » à part entière
Au milieu de cet Univers !

Le « passé » a fermé ses portes
C’est le vent d’Amour qui l’emporte
Il se tient fier, droit comme un if
Le Bonheur est « impératif » ! …

(Jacqueline Commard)

 Illustration: Jean Louis Jabalé

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au bord du désir (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2017



Lorsque l’automne est avancé,
Le bois que tu sais

Est encore un lieu
Où l’on peut aller

Quand on est un couple
Au bord du désir.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Dans l’air (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2017



Dans l’air il y a ces passages
peuplés de lézards pour un soleil
qui s’illuminera bientôt

Air embrasse ton amie
Caresse ton enfant
soleil du désir

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô cygne d’autrefois (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Ô cygne d’autrefois, raconte-moi ton histoire
De quel pays tu viens, cygne ? pour t’envoler vers quel rivage ?
Ô cygne où veux-tu prendre ton repos, que cherches-tu ?
Ce matin même, ô cygne éveille-toi, prends ton essor, suis-moi!
Je connais un pays où le doute ni le chagrin n’ont d’empire; où la terreur
de la mort n’existe plus.
Où les ramures du printemps sont fleuries et où le vent promène un « Il est Moi » embaumé
où l’abeille du coeur est immensément submergée et d’autre joie n’a plus désir.

***

Tell me, O Swan, your ancient tale.
From what land do you come, O Swan ? to what shore will you fly ?
Where would you take your rest, O Swan, and what do you seek ?
Even this morning, O Swan, awake, arise, follow me!
There is a land where no doubt nor sorrow have rule : where the terror of Death is no more.
There the woods of spring are a-bloom, and the fragrant scent « He is Me » is borne on the wind :
There the bee of the heart is deeply immersed, and desires no other joy.

(Kabîr)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Celui qui aime (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Jouant jour et nuit j’étais parmi mes camarades;
maintenant ma frayeur est grande.
Si élevé est le palais de mon Seigneur,
devant les escaliers mon coeur défaille :
mais si je veux goûter son amour, il ne faut pas être timide.
Que mon coeur s’attache à mon Amant;
et que je dépouille mon voile;
je dois le rencontrer de tout mon corps.
Que mes yeux accomplissent le rite des lampes de l’amour.

Kabîr parle : Écoute, ami : celui qui aime,
Il le comprend. Mais si tu ne ressens pas,
pour l’Aimé, l’angoisse du désir d’amour,
— à ton corps toute parure est vaine,
vain le fard au bord de tes yeux.

***

I played day and night with my comrades,
and now I am greatly afraid.
So high is my Lord’s palace,
my heart trembles to mount its stairs :
yet I must not be shy, if I would enjoy His love.
My heart must cleave to my Lover;
I must with draw my veil, and meet Him with all my body :
Mine eyes must perform the ceremony of the lamps of love.

Kabîr says : « Listen to me, friend : he understands who loves.
If you feel not love’s longing for your Beloved One,
it is vain to adorn your body,
vain to put unguent on your eyelids. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Argile pétrie (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



 

Argile pétrie de rêves durables
De corps que l’eau départage
Rêves de jade et de rosée
Corps de souffles et de sang
Quelle main hors de la mémoire
Pétrissant l’un et puis l’autre
Pétrissant le vide médian
Où tout désir sera échange
Qui est brisé sera comblé
Qui est comblé sera tout autre
Argile pétrie de corps durables
De rêves dont les corps sont nés
Rêves de souffles et de sang
Corps de jade et de rosée

(François Cheng)

Illustration: Pascal Renoux

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des lieux gisaient en lui comme des mares (Jacqueline Saint-Jean)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2017



Des lieux gisaient en lui comme des mares
Locmariaquer Bucarest ou Bavière
leurs noms luisent dans le silence
Il faut une barque aux étés perdus
déteinte échouée au fond de la plage
la grisaille douce des fins d’image
où le désir lève sa ligne d’écume
Il faut une ville au fond du voyage
pour l’ineffaçable au fond de l’hiver
Des lieux refusés frémissaient encore
quand la vie bifurque au bord de la voix
Bavière de rêve Lothlorien d’hier
et le mot jamais tremble de lumière

(Jacqueline Saint-Jean)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :