Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dessaisir’

SONNET DES VAINS SOUVENIRS (André Berry)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2020




    
SONNET DES VAINS SOUVENIRS

Souvenirs, Souvenirs, tristes spectres des choses,
Sans étoffes de chair que vous voilà déchus!
Avec quelle rigueur me paraissent recluses
Vos formes de brouillard dans les registres clos!

Des vers inconsistants, d’insaisissables proses
Rendront-ils leur substance à vos êtres abstrus?
Aux implacables dieux, aux intraitables Muses,
Je réclame des corps et n’obtiens que des mots.

Ombres des jours perdus, par les Champs-Elysées
Vous avez beau mener vos mornes thalysies,
Vous avez beau vous tordre en un bal éploré.

Lorsque de nos amours nos mains sont dessaisies,
Vos ouates de vapeur, vos gazes irisées
Ne sont qu’un mince emplâtre au coeur endolori.

(André Berry)

 

Recueil: Poèmes involontaires suivi du Petit Ecclésiaste
Traduction:
Editions: René Julliard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

A la Grâce (Rafaël Alberti)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



A la Grâce

A toi, divine, corporelle, ravissante,
par qui l’aura imperceptible aère
le sein en suspens que recrée
la perfection tranquille de la rose.

A toi, fuyante, glissante, élégante,
caresse virginale, charme agitant les ailes
et qui devant la main gambadeuse dessine
la blondeur de ton dos furtif, ô déesse.

A toi, éclair délié, scintillement,
sourire plus léger que ne sont les cheveux,
moqueuse et ineffable espièglerie.

La grâce de ta grâce est de te résister,
de courir, de voler, de te saisir et dessaisir.
A toi, je ne sais quoi de la Peinture.

(Rafaël Alberti)


Illustration: Gustav klimt

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :