Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘destiner’

Là où pour toujours sommeille le mystèr (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018



Illustration: David Caspar Friedrich
    
Là où pour toujours sommeille le mystère,
Il est des champs étrangers.
Je ne suis qu’un hôte de hasard sur tes
Montagnes, ô terre.

Vastes forêts et eaux,
Souple puissance des ailes.
Mais tes ans et tes siècles
Voilent la course des astres.

Je ne t’ai pas embrassée.
Mon sort ne t’est pas lié.
Du couchant à l’orient,
Pour moi s’ouvre un nouveau chemin.

Je suis destiné à
Voler dans les ténèbres muettes.
À l’heure de l’adieu
Je ne laisserai rien à personne.

Au-delà de ton monde, depuis les hauteurs
Étoilées, dans cette quiétude où dort l’orage,
J’allumerai au-dessus des gouffres deux lunes
Comme deux regards qui ne se coucheront pas.

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Poèmes 1910-1925
Traduction:
Editions: La Barque
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai pas peur (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2016


2608661912_1

Je n’ai pas peur
je dois inventer l’aveu qui t’est destiné

(Adonis)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Chansons d’amant (Gustave Kahn)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2015



 

Chansons d’amant

Brèves sont les douces terres
lentes sont les mers
l’amer passé délétère
gît à mon diaphragme amer

Brève est la colline
si lente est la plaine
brève est la clairière
si lente la lapide

Par delà la colline et par delà la plaine
pas sur pas, coupe sur coupe, dans l’infini de ton haleine
je vais ma marche prisonnière

Mon bon cheval des luttes est mort le long des grèves
ma compagne mémoire s’est assoupie de rêve sans trêve
mon glaive s’est brisé contre Vécu du chevalier-frère
mon bouclier je l’ai laissé aux chanteuses de la taverne
ah ! des sources méconnues pour en onder mon front malade
et des seins portraits des siens pour que ma lèvre hiverne
Vers des cloches argentines
Vers des lèvres matutines …

Porche inconnu peut-être asile de celle qu’on destine
au misérable fils inéluctable des héros
peut-être ayant vaincu la menace de tes créneaux
verrai-je un sourire épanouir la fête de mourir
au pèlerin des morts d’aimer, -opposez vos haches et vos carreaux

(Gustave Kahn)

Illustration: Georges Antoine Rochegrosse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Juste le poids du secret (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2015



Ce qu’il tient dans sa main
Pour se réconforter

Ne doit pas être lourd,
Ni trop léger.

Juste le poids du secret
Qu’il se destine.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

VEILLEUSE (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2015



VEILLEUSE

Elle n’est ni ta gaieté ni ta tristesse.
Ni ton silence ni le poème né du silence.
Elle n’est ni tes victoires ni ta chute, définitive ou pas.
Elle n’est pas ta démesure mais non plus elle n’est ta quiétude, le calme.
Elle est étrangère à tes actions autant qu’à ce qui les provoque, elle ne participe pas.
Elle est tout auprès, mais tu l’ignores.
Ou plutôt tu devines qu’elle est peut-être, qu’elle pourrait surgir,
mais rien ne vous conduit, ne vous destine.
Elle ne pourrait te perdre pas plus qu’elle ne pourrait te prolonger.

Elle est de surcroît.

(Robert Momeux)


Illustration: Ivan Calatayud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :