Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dévastation’

Amour (Mireille Gaglio)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018




Amour

Sur ma palette, j’ai dessiné l’arc-en-ciel de l’amour,
L’amour sur tous ses tons.
Ah! L’amour…
Il y a:
L’amour-passion
Qui renie toute raison,
L’amour-tendresse
Qui console des tristesses…
L’amour-toujours,
On ne se quitte pas un jour…
L’amour déchaîné
L’amour éperdu
L’amour enchaîné
L’amour-prison…
L’amour-isolation…
L’amour-amitié
L’amour-bonté
L’amour-pitié…
L’amour-habitude,
L’amour-solitude
L’amour -platitude
L’amour platonique
L’amour-tromperie,
L’amour-duperie,
L’amour-gâterie
L’amour-haine
L’amour aberration,
L’amour-malédiction,
L’amour funeste…
L’amour-ennui
L’amour d’une nuit…
L’amour-idolâtrie,
L’amour-divagation,
L’amour-dévastation…
L’amour-papillon…
L’amour concertation
L’amour-complicité
L’amour secret…
L’amour ardent,
L’amour éclatant,
L’amour absolu :
L’amour céleste…
L’amour-consolation…
L’amour heureux
L’amour malheureux…

ET toi ?
Dis-moi qui tu es…

(Mireille Gaglio)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Devant la dévastation (Dominique Fourcade)

Posted by arbrealettres sur 9 juin 2016



devant la dévastation l’horreur l’urgence les mots tous les mots se réunirent et élurent l’un d’entre eux
le mot myosotis fut instantanément choisi pour survivre
et monter dans l’arche
parce qu’il fallait un mot printanier
un mot extrême
un mot qui signifiât ne m’oubliez mie
qui est mie ? qui est mienne ?
l’espèce humaine bien sûr
les mots sont l’espèce humaine
(tout cela est arrivé alors que je m’étais baissé pour photographier tes chevilles
toi mon amour qui es l’espèce humaine
moi qui t’appartiens n’appartenant qu’aux mots)
et maintenant ce mot est seul dans l’arche
les mots ne sont pas des possédants
les mots de l’espèce sont des possédés
mais ce n’est pas l’espèce qui les possède

le mot myosotis n’est pas sur une orbite de bonheur
il a à voir avec l’absence l’éloignement l’interruption
il est lié à du très vivant à du très impossible à de l’arraché à de l’extrême impossible
ainsi qu’à l’angoisse de l’oubli
mots du souffleur
ô mots qui ne se possèdent pas
qui ne possèdent même pas le mot oubli
mots qui êtes tous des myosotis

ce n’est aucun homme qui est le souffleur

c’est le souffle

c’est un mot qui joue de dos
et ne me dit rien sur lui-même ni sur toi
ni sur moi
il est seulement le dernier mot dans l’angoisse de l’amour
avant l’abandon de tout mot
les mots sont des possédés de réel des possédés d’amour d’angoisse
et celui-là plus qu’aucun autre
possédé d’oubli

mot bleu
sûreté dramatique
ouvrant au temps sans mot
temps tout autre

posant la question d’un temps autre
celle d’un autre mot
à temps sans sol
comment le vivre

monde à temps sans temps

espèce
désastre
ô mienne

les hommes doivent des excuses à la poésie (ce ne sont pas les hommes qui sont l’espèce humaine)

(Dominique Fourcade)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :