Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘diriger’

le laboureur (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2018




    
Carré SATOR 

le laboureur à sa charrue dirige les travaux

***

SATOR
AREPO
TENET
OPERA
ROTAS

(Anonyme)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

MUSIQUE (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2018



MUSIQUE

Moins qu’une chanson,
Pas une voix,
Ni aucun air arrangé d’avance;
Un son frais
Qui coule tout seul
Comme le son d’une flûte
Qu’on aurait
Perdue en forêt
Et qui laisserait
Couler sa musique
À sa façon,
Sans façon
Et sans air,
Maintenant qu’aucune lèvre
Ne la dirige
Et que toute la forêt
La prie
De dire ce qu’elle a
De musique au cœur,
Au cœur
Et bien plus loin que le cœur,
Là où c’est sourd et plein,
Mystère et inconscience.
Moins qu’une chanson;
Un son frais
Qui coule tout seul
Comme le son d’une flûte
Qu’on aurait
Perdue en forêt.

(Anne Hébert)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RETOUR (Salvador Espriu)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



Illustration: Gilbert Garcin
    
RETOUR

L’archer dirige
le noble vol harmonique
de la flèche.
Fidèle au temps, je retourne
à ma silencieuse origine.

***

RETORN

L’arquer governa
el noble vol barmònic
de la sageta.
Fidel al temps, retorno
al meu callat origen.

(Salvador Espriu)

 

Recueil: Cimetière de Sinera
Traduction: Mathilde et Albert Bensoussan et Denise Boyer
Editions: Ibériques

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE SIGNE (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018




    
LE SIGNE

Signe, étoile au creux de ma main
Que je cache et que je retiens.
Pour quelle profonde aventure
Quel navire diriges-tu?
Verrai-je un jour son équipage
Et toucherai-je ses cordages?
Donnez-moi vite ces hublots
Pour que j’y passe un peu la tête,
Timon, filins et matelots,
Tout ce qu’il faut dans la tempête
Aveugle étoile, chaude et douce,
Par un clin d’oeil ou quelque mousse
Descendu d’un mât dans les nues
Réponds-moi que tu m’as compris,
Étoile, larcin que je fis
Un jour, au plus fort du sommeil,
Aux nuits mangeuses de soleil.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Coeur brisé (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2018



coeur_brisé

Que vers un coeur brisé
Nul autre ne se dirige
Sans le haut privilège
D’avoir lui-même aussi souffert.

***

Unto a broken heart
No other one may go
Without the high prerogative
Itself hath suffered too.

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

LA DOUCEUR DE L’ANGÉLUS… (Rubén Darío)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018



Illustration: Salvador Dali
    
LA DOUCEUR DE L’ANGÉLUS…

La douceur de l’angélus matinal et divin
que dispensent d’ingénues cloches provinciales,
dans l’air innocent, avec la force des pétales,
des prières, des visions virginales et des refrains

du rossignol, s’opposant en tout au rude destin
qui en Dieu ne croit pas… La pelote du jour en déclin
que le soir dévide derrière d’opaques cristaux
pour tisser d’une seule pièce l’étoffe de nos maux,

tout entiers faits de chair et parfumés de vin…
Et cette atroce amertume de n’avoir point de goût,
de ne pas savoir vers où diriger notre proue,

tandis que le pauvre esquif dans la nuit calfeutrée,
avance sur les vagues hostiles et de l’aurore privé…
(O cloches suaves, que l’aube fasse son entrée !)

(Rubén Darío)

 

Recueil: Chants de vie et d’espérance
Traduction: Lionel Igersheim
Editions: Sillage

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai déjoué (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2018



Illustration
    
J’ai déjoué

J’ai déjoué les pièges de l’aurore
et me voici tout nu comme autrefois,
si glorieux d’appartenir au monde
et de pouvoir le quitter quand je veux.

Je vous rends grâce, ô monde enténébré
qui m’accueillez avec quelques lumières,
de diriger mes pas vers la musique.
Sans que je danse elle danse avec moi.

Je n’ai plus peur. J’ai rencontré le feu.
Il me réchauffe et ne me brûle pas.
Qu’un froid m’habite et j’habite le froid.
Je reçois tout dès lors que je me donne.

Leçon de joie et leçon de ténèbres,
tout est ouvert et la souffrance même,
je la reçois en mes mains comme pluie.
J’invente un jour à couleur de mes larmes.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne lis pas (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018




    
Je ne lis pas

Je ne lis pas un livre, je suis lu
par tous les mots qui récitent ma vie.

Si je me tais, j’entends chanter ma voix
dans un silence où l’inconnu me parle.

Je n’écris pas, je suis une écriture
qui me dirige au-delà de mon corps.

Et quand le feu lèche et brûle ma page,
je suis le lieu de mon autodafé.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu rêves toi (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Tu rêves toi

Tu rêves toi d’être un peu tous les autres.
Pour te traduire il te faut cent langages.
Rien n’y suffit, pas même la nature
avec les voix de son choeur innombrable.

Petit maillon fragile dans la chaîne,
poumon léger du grand souffle cosmique,
aurais-tu peur de rester seul au monde
quand la seconde assassine le siècle ?

Tu es issu d’un poème sans fin
et tu le lis comme on soulève un roc
pour établir le socle millénaire
de l’inconnu qui dirige ta quête.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voudrais être seul dans le sud (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2017




    
Je voudrais être seul dans le sud

Peut-être mes yeux lents ne verront plus le sud
Aux légers paysages endormis dans l’espace
Aux corps comme des fleurs sous l’ombrage des branches
Ou fuyant au galop de chevaux furieux.

Le sud est un désert qui pleure en sa chanson,
Et comme l’oiseau mort, sa voix ne s’éteint pas ;
Vers la mer il dirige ses désirs amers
Ouvrant un faible écho qui vibre lentement.

A ce si lointain sud je veux être mêlé.
La pluie là-bas n’est rien qu’une rose entr’ouverte ;
Son brouillard même rit, rire blanc dans le vent.
Son ombre, sa lumière ont d’égales beautés.

***

Quisiera estar solo en el sur

Quizá mis lentos ojos no verán más el sur
De ligeros paisajes dormidos en el aire,
Con cuerpos a la sombra de ramas como flores
O huyendo en un galope de caballos furiosos.

El sur es un desierto que llora mientras canta,
Y esa voz no se extingue como pájaro muerto;
Hacia el mar encamina sus deseos amargos
Abriendo un eco débil que vive lentamente.

En el sur tan distante quiero estar confundido.
La lluvia allí no es más que una rosa entreabierta;
Su niebla misma ríe, risa blanca en el viento.
Su oscuridad, su luz son bellezas iguales.

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Un fleuve, un amour
Traduction: Jacques Ancet
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »