Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dit’

NUAGES (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018




    
NUAGES

Dits, dédits, amours, méprises,
et jour et nuit, l’un dans l’autre,
le blanc valant le noir et tous

fil blanc perdu dans les bois,
fleuve plein de gestes et d’appels,
mare aux canards miteux — tous

s’en vont finir dans le pur océan
et nul n’y revendique : moi, moi,
moi, comme ici, nul

qui cherche à bâtir pour lui seul
une barque pérenne, un nom
contre le temps et gravé

dans la pierre, nul
car le ciel est à eux, qu’ils dénouent
et font bouger, les nuages.

(Guy Goffette)

 

Recueil: Éloge pour une cuisine de province
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A l’heure des choses non dites (Eleusis)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
A l’heure des choses non dites,
De choses anciennes, de choses choisies,

Ouvre dans ton corps
Ce livre à dix syllabes
Cette prose de sang

Et regarde la mer
Pour mieux vivre le jour.

(Eleusis)

 

Recueil: Le Front contre le temps
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce qui peut se dire (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017




Illustration
    
Ce qui peut se dire
ne se dira pas
Ce qui ne le peut
sera dit sans cesse
Quel jour quelle nuit
quel moment d’oubli
Surgi du tréfonds
le pur dit humain
Rompant les entrailles
à fleur de peau, d’âme
Transmuant tout désir,
en appel-écho

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voir (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

Voir est cette autre torture, expiée
dans la douleur d’être vu : le dit,
le vu, enfermés dans le refus
de parler, et la semence d’une voix unique,
ensevelie dans une pierre au hasard.
Mes mensonges jamais ne furent miens.

(Paul Auster)

Illustration: Andrej Gorenkov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Allongée, légère (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2016



sabine-germanier-guettre4-800x600

Allongée, légère
Adossée à la mort
Entre les mains
Le bouquet des heures
Avec les mots jamais dits
Encore cachés là
Au rebord d’un pétale
Sous un pli de lumière
Que cela et tout cela
Un manquement comme bien
Une faille de la nuit
Pour amorcer le jour

(Heather Dohollau)

Illustration: Sabine Germanier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des choses si simples (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2016



Des choses si simples
Une chambre, un lit
quelqu’un qui dort
ou qui ne dort pas
une respiration de mots
jamais dits
entre les murs
qui abritent ailleurs
maintenant

(Heather Dohollau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Se sentir enveloppé (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2016



On entre dans les chambres. C’est facile.
Chacun le fait.

Dans des cours, dans un lit,
Dans un bois, dans la grange.

Il suffit de venir d’un endroit plus ouvert,
D’avancer, de pousser
La porte quelquefois, de se glisser.

Mais entrer dans l’espace ouvert
Quand il fait clair

Et se sentir enveloppé par un volume
Qui n’est pas dit.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TEL SOIT LE DIT (Philip Larkin)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2016



 

Mark Kostabi 1122

TEL SOIT LE DIT

Ils te niquent, tes père et mère.
Ils le cherchent pas, mais c’est comme ça.
Ils te remplissent de leurs travers
Et rajoutent même un p’tit chouïa – rien que pour toi.
Mais ils furent niqués en leur temps
Par des fous en chapeaux claques,
Tantôt sérieux et larmoyants
Et tantôt à s’traiter d’macaques.
L’homme refile la misère à l’homme.
Ça devient très vite abyssal.
Tire-toi de là, mets la gomme,
Et n’essaie pas d’avoir des mômes.

***

THIS BE THE VERSE

They fuck you up, your mum and dad.
They may not mean to, but they do.
They fill you with the faults they had
And add some extra, just for you.
But they were fucked up in their turn
By fools in old-style hats and coats,
Who half the time were soppy-stern
And half at one another’s throats.
Man hands on misery to man.
It deepens like a coastal shelf.
Get out as early as you can,
And don’t have any kids yourself

(Philip Larkin)

Illustration: Mark Kostabi

Découvert chez la boucheaoreilles ici

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :