Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘divers’

Un oeil brouillé (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2018




    
Un oeil brouillé
lourd passé
savoir confus
conflits divers
il lui faut un long temps
pour parvenir
à se clarifier

(Charles Juliet)

 

Recueil: L’Opulence de la nuit
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Divers (Edouard Glissant)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017



Illustration: Catherine Thiam-Vernanchet
    
Le Divers n’est donné à chacun que comme une relation,
non comme un absolu pouvoir ni une unique possession.

Le divers renaît quand les hommes se diversifient concrètement
dans leurs libertés différentes.

Alors il n’exige plus que l’on renonce à soi.
L’Autre est en moi, parce que je suis moi.

(Edouard Glissant)

 

Recueil: L’Intention poétique
Traduction:
Editions: Seuil

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le divers décroît (Victor Segalen)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017




    
Le divers décroît.
Là est le grand danger terrestre.

C’est donc contre cette déchéance
qu’il faut lutter, se battre,

– mourir peut-être avec beauté.

(Victor Segalen)

 

Recueil: Essai sur l’exotisme
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enigme (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2015



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enigme

La vie
Secrète
L’insondable énigme

Le temps
Réduit
Cette aventure du souffle
A l’aune d’un sablier

En nos corps dissemblables
En nos visages divers
Quelle symphonie traduisons-nous
Quel récit, Quel livre ouvert
De notre chair si concrète
D’où tirons-nous lumière ?

Chacun côtoie
Le fleuve des présences
Personne n’escorte
La mer.

(Andrée Chedid)

 

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis une Forme sentie (Kamal Ibrahim)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2015



Je suis une Forme sentie
Par trois images

Si l’eau diverse est de moi
Et si ma main est le rêve que j’assassine

Parce que j’ai très froid on me pendra

(Kamal Ibrahim)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :