Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘division’

Je veux tout donner (Miriam Silesu)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2019




    
Je veux tout donner.
Je sais trop bien que tout ce que j’aurais pu garder sera anéanti.

La division sans reste est la victoire.
Le reste est la faille qui parcourrait mon éternité d’une faille fatale.

Je dois tout donner ou il ne me restera rien.

(Miriam Silesu)

 

Recueil: Cinéraire
Traduction:
Editions: Lettres vives

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La division du travail (Elisabeth de Fontenay)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2018



Élisabeth de Fontenay

    

La division du travail
d’exploitation et d’abattage,
le découpage des responsabilités,
permet de masquer
notre participation individuelle
à la maltraitance et au meurtre.

(Elisabeth de Fontenay)

 

Auteur: Frédéric Lenoir
Recueil: Lettre ouverte aux animaux (et à ceux qui les aiment)
Traduction:
Editions: Fayard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Connaissez-vous l’Addition ? (Lewis Carroll)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2018



Illustration
    
Connaissez-vous l’Addition ? demanda la Reine Blanche.
Combien font un et un et un et un et un et un et un et un et un et un ?

Je ne sais pas, dit Alice, j’ai perdu le compte.

Elle ne connaît pas l’Addition, trancha la Reine Rouge.

Connaissez-vous la Soustraction ? Retirez neuf de huit.

Huit moins neuf, je ne sais pas faire, répondit aussitôt Alice, mais…

Elle ne connaît pas la Soustraction, conclut la Reine Blanche.

Connaissez-vous la Division ?
Un pain divisé par un couteau, quelle est la réponse à ça ?

Je suppose…, commença Alice.

Mais la Reine Rouge termina à sa place.
Un pain divisé par un couteau égale une tartine de beurre, bien sûr !
Essayons une autre Soustraction.
Sur un chien je prends un os, que reste-t-il ?

Alice réfléchit :
Pas l’os, bien sûr, puisque je le retiens.
Le chien ne resterait pas, il viendrait me mordre.
Et dans ce cas, je suis sûre que je ne resterais pas non plus !

Alors vous pensez qu’il ne resterait rien ? demanda la Reine Rouge.

Oui, je crois que c’est la réponse.

Faux, comme d’habitude, dit la Reine Rouge.
Il reste le calme du chien.

Mais je ne vois pas comment…

Ecoutez donc un peu ! cria la Reine Rouge.
Le chien perdait son calme, n’est-ce pas ?

Peut être bien, répondit prudemment Alice.

Alors si le chien s’en allait, il resterait son calme !
s’exclama la Reine triomphante.
Le calme pourrait s’en aller dans une autre direction,
dit Alice, aussi gravement que possible. […]

Elle est incapable de faire la moindre opération !
déclarèrent en même temps les Reines,
avec beaucoup de conviction.

(Lewis Carroll)

 

Recueil: Alice au Pays des Merveilles / De l’autre côté du Miroir
Traduction:
Editions: Folio

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis en tout (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2016



Je suis en tout, tout est en moi,
Hors de moi, il n’y a rien.

Je me suis dilaté à la mesure des trois mondes,
Et la transmigration est le jeu que je joue…

Les six systèmes ne décrivent que mon vêtement :
Je suis transcendant, sans formes ni division.

Je me suis donné à moi-même le nom de Kabîr,
Moi-même, j’ai donné cette manifestation de moi-même.

(Kabîr)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :