Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘durée’

Cimetière aérien (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2019



 

René Lannoy _Cimetiere-d-Arlinde-Gard

Cimetière aérien

Beau cimetière à tous vents,
en haut du mont vers la France,
dans mon manchon de silence,
je pense et me ressouviens.

Toi qui passes sur ma rive,
dis ton Ave, joins les mains.
La mort toujours en chemin
guette ceux qui veulent vivre.

Sonne le soir, le matin,
l’Angélus à la volée :
Je ne suis que la durée
sans hier et sans lendemain.

***

Chim’tière au vint (en dialecte picard)

Bieau chim’tière à tous lés vints
in heaut du Meont vers la France,
acouveiné dins l’silence
ej’busie et j’m’orsouviens.

Ta qui t’pourmèn’ d’zeur em’rife,
dis t’n’ave et jouins tés mains,
el’mort est toudis in qu’min
et guett’ « ceus’» qui veul’tent vife.

Séonn’ el’soir, séonn’ el’matin
l’Ingélus à plein’ volée,
je n’sus pus foqu’ que l’durée
sans hier et sans lind’main.

(Géo Libbrecht)

Illustration: René Lannoy

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POSSIBILITÉ FLOTTANTE (Armand Robin)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2019



POSSIBILITÉ FLOTTANTE

Ahanant âprement, jamais confiante, la conscience
Vient jusqu’à la vie ;
Chaos placides, aplanis,
Nous sommes superposés au monde !
L’homme, lorsque le songe le prend,
Est grossement modelé d’origine et de fin
Et de toutes les étoiles rassemblées
Et de toutes les lueurs les plus dispersées.

Anarchiste de la grâce !

Il se trouve être le même bras que la poussée de Dieu dans les
choses. Alors un énorme état le surprend.

Anarchiste de la grâce, il se tend
En jongleur tendant ses mains en fleurs,
En blés, en étés saccagés, en automnes mécontents

Il demande…

(Possibilité flottante,
Efficience éparse,
Familière durée en malhabile temps,
Grande chute !)

(Armand Robin)

Illustration: Michael Parkes

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ah! leur raison (Armand Gaudoy)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2019



 

Gurbuz Dogan Eksioglu (35) [1280x768]

Ah! leur raison, triste machine délabrée,
Torturant l’arbre afin d’avoir plus tôt son fruit,
Creusant des trous dans l’étendue et la durée,
Pour les boucher avec les cendres de l’ennui!

(Armand Gaudoy)

Illustration: Gurbuz Dogan Eksioglu

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Durée (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2019



 

Courte est la journée,
Courts sont tous les jours.

Courte encore est l’heure.

Mais l’instant s’allonge
Qui a profondeur.

(Guillevic)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Durée (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2019


 

Courte est la journée,
Courts sont les jours.

Courte encore est l’heure.

Mais l’instant s’allonge
Qui a profondeur.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

CIMETIÈRE AERIEN (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2019



 

Zdzislaw Beksinski  002445

CIMETIÈRE AERIEN

Beau cimetière à tous vents,
en haut du mont vers la France,
dans mon manchon de silence,
je pense et me ressouviens.
Toi qui passes sur ma rive,
dis ton Ave, joins les mains.
Le mort toujours en chemin
guette ceux qui veulent vivre.
Sonne le soir, le matin,
l’Angelus à la volée :

Je ne suis que la durée
sans hier et sans lendemain.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Zdzislaw Beksinski 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le jour (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2019


geotop

Chaque jour
le soleil met au monde un enfant
qu’il appelle matin
Sa vie est de courte durée

*****

C’est l’aube –
Des fleurs sur la terrasse se frottent les cils
Dans l’embrasure de la fenêtre
ondoient les nattes du soleil

*****

Le jour ne voit que par ses mains
La nuit voit avec son corps tout entier

(Adonis)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nouez l’instant et la durée (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2019



 

Julia Perret     le-gouffre

Nouez l’instant et la durée
pour la fuite de tous les temps
jusqu’à l’éternel poème.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Julia Perret  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Printemps du corps (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019



Printemps du corps

Mon corps ici, mon corps ailleurs, mon corps
Ensoleillé par la mort et qui glisse
De source en fleuve et de fleuve en caresse
Pour se mêler à d’autres floraisons.

Que ma non-mort en ses terres vitales
Soit cet oiseau, ce poisson, ces parures
De fleurs et d’ors dans le jardin des mots
Et que ma nuit ne soit qu’une apparence.

Ma bouche parle en d’intenses corolles,
Mon oeil regarde au-delà du rosier,
Mes bras unis sont rives de l’étang
Où nénuphar je chante au ras des eaux.

Ainsi mes mains, les ultimes semeuses,
Sont la semence éparse du blé noir
Et mon échine à tous les vents frissonne
La mort en moi, la mort qui danse encore.

Ce doux pollen aux ailes de l’abeille :
Un peu de moi. Ce bourgeon qui s’entrouvre :
Mon vieux délire ici ressuscité
Par le savoir infini de l’aurore.

Mon corps en moi, mon corps en vous, mon corps,
Cette parcelle éminente du jour,
Pour t’affranchir frère de la durée
Et composer la musique des gestes.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VEILLE de l’émerveillement (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2019




    
VEILLE de l’émerveillement,
postériorité de l’émerveillement.
Entre les deux durées
uniquement un trou.
L’imminence et son couchant :
rives du vide.

Rien que le temps suspendu.
Rien qu’une clairière
dans la forêt du temps.

C’est la plus pure clarté :
s’étonner du rien.
Le rien s’étonne du rien.

***

VÍSPERA del asombro.
Posterioridad del asombro.
Y entre ambas duraciones
únicamente un hueco.
La inminencia y su ocaso:
orillas del vacío.

Sólo tiempo suspendido.
Sólo un claro
en el bosque del tiempo.

Es la más pura claridad:
maravillarse de la nada.

La nada se maravilla de la nada.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Onzième Poésie Verticale
Traduction: Fernand Verhesen
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :