Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘échanger’

Abîme (G.L Godeau)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2018


Le soir, quand tu sors tes clés pour fermer la salle de lecture, je suis le dernier.
Je remets les journaux à leur place.
Et tu me dis en rougissant: « Ne vous donnez pas la peine, monsieur; je suis là pour ça ».
Tes longs cheveux dénoués et ma veste souris iraient très bien ensemble.
Nous le savons aux sourires que nous échangeons pour affaires au-dessus du fichier.
Mais il y a tant de choses à remuer que nous nous suffisons à ces mots de vieillard.

(G.L Godeau)


Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Insoluble contradiction (Dominique Grandmont)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2018



 

Marie Hurtrel   contradictionl

Insoluble contradiction :
le poème tente, avec des mots, une sortie de tout langage.
Je suis d’un seul côté du monde, dit le poète.

Mais pour autant, je ne suis pas prêt à échanger mon poème contre la seule réalité du symbole.
Il faut que je m’en sorte, avec les moyens qui sont les miens, pas contre eux.
Car à force de vouloir court-circuiter les opérations (douteuses ou défectueuses) du cerveau,
on en arrive (il faudrait dire : on en revient) à des automatismes-rois et à légitimer une élaboration zéro.

Il faut donc que je me fasse une idée neuve du sens,
lequel ne coïncide pas avec celui de tous les jours, qui guide la lecture.
Ni pour ni parce que, cela veut dire que le poème ne devient un milieu de réfraction propre
qu’en faisant reculer les limites existantes,
celle aussi bien du préalable qu’à l’autre bout, la preuve par l’utilité.

On n’écrit pas pour atteindre un lecteur.
On écrit quand on est soi-même devenu ce lecteur,
quand on est — tel le traducteur devant son original —
le premier lecteur de ce qu’on écrit (et donc pas le dernier).

(Dominique Grandmont)

Illustration: Marie Hurtrel

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À LA FIN DU CONTE (Vangelis Kassos)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018




    
À LA FIN DU CONTE

à la fin du conte
commence une route sans arbres
sans une fontaine où le voyageur puisse se désaltérer
sans une auberge
où le cavalier puisse échanger
son cheval exténué
à la fin du conte
souffle le silence comme une tempête
non pas comme une tempête
il se penche plutôt comme une mère affectueuse
et borde les voix
qui brûlent de fièvre

(Vangelis Kassos)

 

Recueil: Cent poèmes
Traduction: Ioannis Dimitriadis
Editions: http://www.ainigma.net

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous avons ri ensemble (Gabrielle Althen)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2018




    
Nous avons ri ensemble en échangeant
de tout petits soleils.

(Gabrielle Althen)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Psyché, ma soeur (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2018



Illustration: Paul Delvaux
    
Psyché, ma soeur, écoute immobile, et frissonne…
Le bonheur vient, nous touche et nous parle à genoux.
Pressons nos mains. Sois grave. Écoute encor… Personne
N’est plus heureux, ce soir, n’est plus divin que nous.

Une immense tendresse attire à travers l’ombre
Nos yeux presque fermés. Que reste-t-il encor
Du baiser qui s’apaise et du soupir qui sombre?
La vie a retourné notre sablier d’or.

C’est notre heure éternelle, éternellement grande,
L’heure qui va survivre à l’éphémère amour,
Comme un voile embaumé de rose et de lavande
Conserve après cent ans la jeunesse d’un jour.

Plus tard, ô ma beauté, quand des nuits étrangères
Auront passé sur vous qui ne m’attendrez plus,
Quand d’autres, s’il se peut, amie aux mains légères,
Jaloux de mon prénom, toucheront vos pieds nus,

Rappelez-vous qu’un soir nous vécûmes ensemble
L’heure unique où les dieux accordent, un instant,
À la tête qui penche, à l’épaule qui tremble,
L’esprit pur de la vie en fuite avec le temps.

Rappelez-vous qu’un soir, couchés sur notre couche
En caressant nos doigts frémissants de s’unir,
Nous avons échangé de la bouche à la bouche
La perle impérissable où dort le Souvenir.

(Pierre Louÿs)

 

Recueil: Les chansons de Bilitis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TU FERAIS BIEN D’ÉCLAIRER TON ENFANT… (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018




    
TU FERAIS BIEN D’ÉCLAIRER TON ENFANT…

Tu ferais bien d’éclairer ton enfant :
Les croque-mitaines, ce sont les gens…
Les sorcières ? de vieilles harengères…
Et ce loup ? rien qu’un chien méchant qui crie.

Marchands, savants, tous, contre de l’argent
Échangent leur espoir lui-même.
Ils vendent du charbon, du sentiment…
Et certains vendent des poèmes.

Pour le consoler, dis à ton petit
(Si çа console!): le monde est ainsi!
Ou bien, berce-le d’un conte léger :
Le Communisme en fascisme changé ! …

Car enfin, il faut qu’il y ait de l’ordre !
Et cet ordre à ceci pour but :
Même un enfant, il faut que çа rapporte,
Et ce qu’on aime est défendu.

Quand ton enfant, bouche bée, te regarde
Ou se lamente d’une voix geignarde,
Ne sois pas dupe et ne crois pas vraiment
L’avoir pétri de ton enseignement.

Regarde-le : il lance avec astuce,
Pour être plaint, des cris stridents
Et, tandis qu’il rit au sein blanc qu’il suce.
Poussent ses ongles et ses dents.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Corolle (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018



Elle échange le lien
l’impossible parole
Les armes de la mort sont
ses ailes d’amour

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018



Illustration: Henri Matisse
    
La poésie ne change pas la vie,
elle l’échange.

Nous sommes portés.

(Edmond Jabès)

 

Recueil: Le Seuil Le Sable Poésies complètes 1943-1988
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Si les coeurs pouvaient s’échanger (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



 

Abraxsis Der Jen b

Si les coeurs
Pouvaient s’échanger
Mon amant apprendrait
Combien un amour non partagé
Est chose douloureuse!

(Anonyme)

Illustration: Abraxsis Der Jen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Langue sur lèvres et fièvres (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018



Illustration   
    
Langue sur lèvres et fièvres.
Langue à langue nous nous aimons
pour échanger soleils et poèmes.
Sang de langue dans le palais
que nous croyions désert
mais où le coeur émerge.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :