Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘échoué’

NOCTURNE (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2018



 

peinture-canal-martin-paris-hiver -3 [1280x768]

NOCTURNE

J’habite les reflets d’un vieux canal qui tremble
Fenêtres sans rideaux faites de frissons d’eau
Palpitations des murs couverts de grands lambeaux
De dentelle menue que percent les oiseaux
Hirondelles d’été qui deviendront mouettes

On a levé le pont pour que le soleil passe
L’horizon comme un mort laisse un monde d’encens
Quelques notes
des gouttes
lentes à nous atteindre
A travers les rumeurs mal éteintes du jour
Un remorqueur entraîne les dernières lueurs

On n’allume plus les fanaux tout autour
De l’endroit où viendra se refléter la lune
Quand les arbres éteindront leur torche dans la brume

Comme un coucher de voiliers noirs au fond des eaux
La nuit n’a plus de mâts pour promener ses lampes
On tend partout des chaînes dont sonnent les anneaux

C’est la nuit le canal déjà rêve plus haut
Des noyés de naguère atteignent la surface

O nuit je sais qu’au loin la houle infranchissable
Qui errait sur les mers est maintenant en rade
On ne peut plus partir le canal est réduit
A cette flaque étroite égout du clair de lune
Beaux bateaux échoués dans la boue du port
Vous êtes condamnés ne cherchez plus le nord
Grands coquillages noirs on entend dans vos cales
Non le chant du travail mais la rouille qui râle

Le désespoir est une retraite salutaire
Un sommeil volontaire aux rêves dirigés
On ferme les yeux le temps d’y voir plus clair
On ouvre les yeux le monde est transformé

L’abîme s’ouvre à pic au bord de la fenêtre
Le balcon ne domine que le vide ou peut-être
Deux fleuves l’un de nuit l’un de lait l’un est mort
L’autre naît à peine ce n’est qu’un brouillard qu’une haleine
De la mer traversant tout le pays qui dort

Ces fleuves sont unis où l’homme en lui les mêle
Pour t’embellir ô nuit d’un pavillon rebelle

(Ernest Delève)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Orties et fleurs (Jean-Paul Hameury)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2018



Patientes aussi
sont les graines du désespoir.

Et le vieil homme échoué
au bord du printemps
sent renaître en lui les chiendents
que l’hiver ne tue pas.

Naguère encore il espérait
qu’il s’en délivrerait.

Désormais oublieux
des chemins trop sûrs
il se contente de regarder
orties et fleurs s’entremêler.

(Jean-Paul Hameury)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ESPACES ÉCHOUÉS (Guillermo Fernández)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2018


 


 

Alexander Anufriev  (12)

ESPACES ÉCHOUÉS

Devant l’éternité, qu’est-ce qu’un pas de plus ou un de moins ?

Les châteaux du jour s’écroulent comme le sable qui s’échappe des mains d’un ange distrait,
et une goutte de temps augmente sa misère par la découverte amère d’un chemin,
encadré de soi-disant fantasmes, trébuchant à chaque pas sur des luths abandonnés par le rêve.

Au bord de l’abîme, elle s’arrête et, abandonnée, joue de longs espaces de lumière ramollie :
l’air est plus épais et laisse naviguer dans ses entrailles l’ancre détachée qui jaillit du noeud de la blessure.

La dernière humidité infiltre ses doigts torves dans les plis de la tunique égarée.
Et dans sa voix renoue la profondeur du désastre qui effaça en un seul voyage le port aux murs invisibles.

Marche dans ta recherche…

(Guillermo Fernández)

Illustration: Alexander Anufriev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un morceau de bois échoué au pied de la dune (Ishikawa Takuboku)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2017



 

Un morceau de bois échoué au pied de la dune
Un coup d’oeil alentour
j’essaie de lui dire quelques mots

Comme le pauvre chant de cet insecte
on ne sait où
ce jour encore sans réconfort

Comme les joues brûlantes contre la neige
délicatement rassemblée
j’aimerais aimer

Sans raison
l’envie de courir à travers les prés
à bout de souffle

Mon ami, ne sois pas dégoûté
par les mendiants
J’étais comme eux quand j’avais faim

Il ne se passe rien
je prends aisément du poids
certainement quelque chose me manque

(Ishikawa Takuboku)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Galet parmi les galets (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2016


galet_coeur_

 

Te rappelles-tu l’ancien giron
Rotation des flammes ronde des étoiles
Désir insensé de nage, de vol
Au travers d’inapaisables tempêtes
Jusqu’à cette ultime plage

Où tu étais échoué galet parmi les galets
Désormais tout entier livré
aux inapaisables marées
tel un orphelin égaré
pleurant à l’appel de sa mère

(François Cheng)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

L’ennui t’enfonce au milieu des ronces (Sandra Lillo)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



L’ennui t’enfonce au milieu des ronces
Il te raconte une autre histoire que la veille

Tu perds

Les rues sont engorgées de bois mort
des radeaux échoués

Quoi faire dans la nuit qui vient

dans quel sens te tourner pour ne pas entendre
que tu te trompes

Les rêves qui couvent sous ton front
sont-ils autre chose que des lieux de mémoire

(Sandra Lillo)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :