Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘éclaircir’

ODE À TES MAINS (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2018



Illustration: Eliane Marque
    
ODE À TES MAINS

Sur un marché
ou dans une mer de mains,
moi je reconnaîtrais
les tiennes
comme deux oiseaux blancs,
distincts
entre tous les oiseaux :
elles volent parmi les mains,
migratrices,
elles naviguent dans l’air,
transparentes,
mais
reviennent
à ton flanc,
à mon flanc,
se replient, endormies, sur ma poitrine.
Diaphanes elles sont fines
et nues,
lumineuses comme
une vitrine de cristaux,
et vont
comme
des éventails dans l’air,
comme des plumes du ciel.

Au pain, aussi, à l’eau elles ressemblent,
au blé, aux pays de la lune,
au profil de l’amande, au poisson sauvage
qui palpite d’argent
sur le chemin
des sources.
Tes mains vont et viennent
au travail,
loin, elles résonnent
en touchant des fourchettes,
font le feu et soudain clapotent
dans l’eau
noire de la cuisine,
picorent la machine éclaircissant
les broussailles de ma calligraphie,
clouent aux murs,
lavent du linge
et reviennent à leur blancheur.

Il y a bien une raison
pour qu’il fût décidé sur la terre
que dormirait et volerait
sur mon coeur
ce miracle.

(Pablo Neruda)

 

Recueil: Nouvelles odes élémentaires
Traduction: Jean-Francis Reille
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Abandon (Bernard Perroy)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2018


 


 

 

Abandon,
lente approche du secret.

La lumière
éclaircit notre soif,

dépose sa paix
sur nos plages d’ombre

et dans le cœur
un simple chant suffit

pour que le ciel se rende
à hauteur d’homme.

(Bernard Perroy)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Paul Delvaux

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Souveraine (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018



Illustration: Alexander Nedzvetskaya
    
Souveraine

Parente
Et souveraine de l’exil
Un grand désordre d’astres te comblait

De tes pas nus tu froisses les oiseaux du serment
Et je suis la mesure éclaircie de tes mains
Je suis dans la fragilité des vergers
Sous les pas
Et toi le souvenir aggravé de la lumière

Un arbre permanent servait ton grand courage
Et tu es parmi ceux pensifs et abrasés
Qui ont sombré plus bas
Que la rosée d’été qui meurt sous l’orage

Parente et souveraine la nuit te dit l’ardente
Tes pas nus sont au-delà des forêts les plus sombres

Ils traversent ma voix avec un chant du monde
Aux limites de ma voix de roches
Et de pensées.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le rossignol (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018



Illustration: Heiko Müller
    
le rossignol chante la nuit.
Le chant qu’il a écouté en silence tout le jour
les étoiles l’ont aussi écouté.

par son chant le merle n’éclaircit rien:
comme le poète
il crée des énigmes.

le rossignol peint par touches
l’aube avant l’aube.

(Pierre Garnier)

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sous son crâne (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2018



https://arbrealettres.wordpress.com/2017/08/08/supposons-hilary-putnam/
    
sous son crâne
l’homme noeud-gordien
(n’éclaircit rien) crée des énigmes.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Éclaircir (Stéphanie Ferrat)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



    

éclaircir

ne plus bouger

à l’inverse du temps

(Stéphanie Ferrat)

 

Recueil: Caisson
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Écrire (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Écrire
non tant pour éclaircir
que pour creuser encore
dans l’obscur
où les mots enfoncent leurs racines

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a rien de tel (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2018



Illustration: Annie Predal
    
Il n’y a rien de tel que de partager un oreiller.
Ça vous éclaircit les idées.

Parfois même ça les supprime carrément,
comme ça on est tranquille.

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Les Armes secrètes
Traduction: Laure Bataillon
Editions: Folio

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une pièce de condensation (Daïô)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2016



 

Une pièce de condensation transparente est pure jusqu’au fond.
Elle reflète avec froideur l’image des montagnes,
Elle fait se batailler les fraîches verdures.
Si nous comprenons immédiatement ce sens profond,
Nous éclaircirons les vagues vertes dans l’espace immense
En nous frottons les yeux.

(Daïô)

Illustration: Niko Guido

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai reconnu (André du Bouchet)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2015


glacier

J’ai reconnu le jour exact
dans sa nudité
qui s’éclaircit et se glace
son exacte nudité
la paroi sans tableau les ardoises
les glaciers
la neige des vitres
des glaciers

(André du Bouchet)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :