Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘éclaireur’

Sous les arbres reparle la fontaine (René Char)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2019



Parfois la silhouette d’un jeune cheval,
d’une enfant lointain,
s’avance en éclaireur vers mon front
et saute la barrière de mon souci.

Alors sous les arbres reparle la fontaine.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alors sous les arbres reparle la fontaine (René Char)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2019



 

Alors sous les arbres reparle la fontaine

Parfois la silhouette d’un jeune cheval,
d’un enfant lointain,
s’avance en éclaireur vers mon front
et saute la barre de mon souci.
Alors sous les arbres reparle la fontaine.

(René Char)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’obéissance (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2018



 

Illustration: Edward Hopper
    
L’obéissance
To the dark lady

Encore une fois l’appel ancien se lève
dans le chant habituel de la guitare
et une solitude double nous amarre
nuit à nuit dans un bar, et je ne t’aime pas,

ceci n’est pas l’amour mais l’Éclaireur
avec ta peau, ta salive et cette griffe
qui nous déchire avec délicatesse
chaque fois qu’entre tes cuisses je me répands.

Deux corps en veille à voix basse se parlent
devant l’inébranlable sentinelle
du simulacre de cet amour gisant,

quelle servitude amère réconcilie
la ligne équinoxiale qui te modèle
avec ce pâle aura de l’occident.

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Crépuscule d’automne
Traduction: Silvia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Certains confient leurs enfants à la mort (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018



    

Certains confient leurs enfants à la mort
Est-ce si tentant de mourir
qu’on envoie des éclaireurs

Lâches bouchers vendant la chair
de leur chair leur prunelle arrachée
l’avenir confisqué la bave aux lèvres

À hurler leur impuissance au bord de l’abîme

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enfermés dans un fort (Jacques Jouet)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2017



Sans plus jamais de cadeaux éclaireurs
y a-t-il à faire taire, on fait taire
des langues prohibées, des peintures faciales, des signes de la main
tous enfermés dans un fort

(Jacques Jouet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sachant que dire (Jacques Jouet)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2017



Divine étreinte
un baiser pain complet dans la bouche
pain d’os et pain de sang, de mots en formation
sachant que dire

(Jacques Jouet)

Illustration: Canova

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Vieux Mendiant (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2017



Le Vieux Mendiant

J’ai vu de bonnes gens, j’ai vu de saintes gens,
mais je n’ai jamais vu mon chapeau plein d’argent.

Il tremble tout crasseux devant ma mine grise…
Une gargouille en vie est tombée de l’église ?

Je grogne. Ô jeune enfant, ton sou neuf me désarme.
Pardon, si j’ai la gueule argentée de mes larmes.

J’en ai pourtant compris, estimé, vu des choses,
hommes-loups, femmes-chiens et la neige et les roses.

Aux socs de mes pieds nus raboteurs des ornières,
j’ai vu par grands copeaux se lever la poussière.

J’ai vu la fée un jour au bord de mes vingt ans,
et de l’avoir vu fuir je pleure en mon vieux temps.

Que de fois j’aurai vu — tendresse de mon cœur !
— la flamme du fusil abattre un lièvre en fleur.

Hôte de ces bois noirs, souvent j’ai vu l’orage
nous balayer le ciel d’un balai de feuillage.

Ah ! tout ce que j’ai vu !
J’ai vu pendant nos guerres saint Michel éclaireur de Jeanne la Guerrière.

Il la baisait au front, torche haute en avant.
J’ai vu bien des guirlandes d’Amours dans le vent.

Hier j’ai vu, c’était la Sainte-Niquedouille,
à travers l’arc-en-ciel, l’averse des grenouilles.

Mais je n’ai jamais vu — pieuses bonnes gens
— non, je n’ai jamais vu mon chapeau plein d’argent.

(Paul Fort)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MES ECLAIREURS (Gyula Illyès)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2017



 

Abrishami  Hessam_

MES ECLAIREURS

Posés sur tes seins, mes doigts souriaient. Dans ta main, ils avaient
confiance. Sur ta nuque, ils disaient merci. Oui, tout cela, ils le pouvaient vraiment.

Et ils savaient me réduire à néant, moi prisonnier de mon orgueil et
de mes doutes, afin que nous puissions renaître, ensemble, ainsi que des jumeaux.

Il y eut des regards et il y eut des mots, et des soupirs de délivrance.
Mon avenir et mon passé purent ainsi passer en toi.

Mais mes alliés les plus fidèles, ce furent cependant mes doigts. Oui, ce
sont eux qui te donnèrent mon coeur en ce juste moment.

Mes doigts purs, éclaireurs ennoblis d’avoir bu ton visage.

(Gyula Illyès)

Illustration: Abrishami  Hessam

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :