Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘écuyère’

Fier et fou de vous (William Sheller)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2017



Fier et fou de vous

On pour-rait croir’ qu’on lui fait des mi-sè-res
À sa fa-çon de pleu-rer sur mes ge-noux mais
J’veux êtr’ son pa-pa ni son grand frè-re
C’sont pas des rôl’s que j’peux jouer jus-qu’au bout pas du tout
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui chant’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui pleur’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

Pour-tant est-c’que j’peux ê-tre plus sin-cè-re
J’ai par-fois du mal à join-dre les deux bouts mais
De-puis l’an-née où j’suis rev’-nu d’la guer-re
J’ai ja-mais man-qué à ses ren-dez-vous pas du tout
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui pleurn’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui dans’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

Dé-jà quand ell’ vou-lait êtr’ é-cuy-è-re
Ell’ m’é-cri-vait qu’ell’ n’é-tait pas bien chez vous mais
Qu’ell’ n’vou-lait pas ris-quer sa vie en-tiè-re
Sur mon his-toir’ qui n’te-nait pas de-bout voy-ez-vous
J’lui dis y’a des gens sur terr’ qui dans’nt au-tour de nous
Moi je n’vois rien je suis fier et je suis fou de vous
Ell’ s’en fout

(William Sheller)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un soir (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017


La musique résonnait dans le jardin
D’un indicible chagrin.
Sur un plat, des huîtres glacées
Sentaient la fraîcheur âcre de la mer.

Il m’a dit : «Je suis un ami fidèle!»
Et il effleura ma robe.
Combien ressemble peu à une étreinte
Le frôlement de ces mains-là.

Ainsi caresse-t-on les chats et les oiseaux,
Ainsi regarde-t-on les sveltes écuyères…
Le rire seul anime ses yeux calmes
Sous l’or léger des cils.

Mais les voix déchirantes des violons
Chantent derrière une brume qui s’étire :
«Bénis donc le Ciel:
Pour la première fois tu es seule avec lui.»

(Anna Akhmatova)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Chevaux d’Aubervilliers (Mano Solo)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2016



Les chevaux d’Aubervilliers
M’ont rendu l’âme cavalière
Les chevaux juste là derrière le cimetière
Répondent à mes prières
Un cabanon au milieu du campement
Juste comme une maison d’enfant
Résonne d’une course de nos cœurs battants
Et dans un galop apaisant
Ondule la marche des sentiments

Et si la caravane s’en va
Je m’en vais avec elle
Et c’est mon chien qui aboie
Car lui aussi la trouve si belle

La pluie sur le haut vent
Cataclope quand à l’abri
On se surprend
A aimer la vie

Les chevaux d’Aubervilliers
Ne battent pas leurs fers sur le pavé
Mais forgent en moi une vérité
Celle que la chance ne m’a jamais quitté

Et si la caravane s’en va
Je m’en vais avec elle
Et c’est mon chien qui aboie
Car lui aussi la trouve si belle

Les cris d’hier sont la crinière à laquelle s’accroche
Une écuyère en or
Les chevaux d’Aubervilliers
Galopent dans mon cœur
Comme une machine à cheval vapeur

Et si la caravane s’en va
Je m’en vais avec elle
Et c’est mon chien qui aboie
Car lui aussi la trouve si belle

(Mano Solo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :