Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘effondré’

Ni vent perdu ni ruisseau effondré (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019



    

Ni vent perdu ni ruisseau effondré
ne prétendent à l’amour.
Mais toi dans l’unique voisinage

De cette mort dont tu rêves,
pareille aux passions cachées,

Mort secrète et qui s’ouvre comme
une trappe,
tu as le corps empli de voix,
sa musique est sans mémoire
et ne s’achève pas.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Comme un château défait suivi de Syllabes de sable
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DES CHEVAUX DE CORAIL (Jules Tordjman)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2018



Des chevaux de corail effondrés sur la mer,
Et cette musique insolite
Charmant un arc-en-ciel que le rêve suscite,
Traduisent ton orgueil amer.

Es-tu l’écorché vif, l’ange chu de l’échelle
De Jacob, après le combat ?
Ta force s’est réduite à cette aile qui bat,
Et t’appartient ce sang qui gèle.

Grande comme un soleil une nocturne main,
Encense la rue où tu passes,
Et, sous ses doigts pourtant si bleus, les maisons lasses
Ferment leur coeur, et ton chemin.

(Jules Tordjman)

Illustration: Marcio Melo

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jamais jamais (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



visage-homme-terre

je descends voir
ce que les autres ne voient pas
tombé abandonné basculé cassé chu
défailli descendu
dévalé effondré
renversé abattu abîmé accompli envolé
éteint déposé succombé trébuché versé

jamais jamais
je ne serai
un objet de plus dans le monde

(Zéno Bianu)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ON PEUT DIRE AUSSI QUE JE PERDS MON TEMPS (Yves Artufel)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



la-pensee-buissonniere_banniere-e-800x600

ON PEUT DIRE AUSSI QUE JE PERDS MON TEMPS

Je construis des murs effondrés, des sentiers, des orties

il vaudrait mieux me dit-on une parole solide et sûre
en harmonie avec les miroirs des forêts, les saisons

mais non je me plais à passer dans les buissons
je construis des branches, des sommeils, des jeunes herbes

(Yves Artufel)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

FRAÎCHEUR NOCTURNE (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2015



FRAÎCHEUR NOCTURNE

Limbe de paix céleste descendue
— heure humide, refermée déjà
sur la nuit blanche qui se hâte :
dix heures en mon pauvre village ! — ;
puits blanc et fatal,
où vous devrez être tous enfouis
— songeant à moi peut-être —, parmi le lourd trésor
de ce ciel, automnal déjà, de septembre
— vendange, lit froid —, effondré
sous le poids de ses étoiles uniques.

***

RELENTE

¡Limbo de descendida paz celeste
—hora húmeda, cerrada
ya en su temprana trasnochez:
filas diez del pobre pueblo mío!—;
pozo blanco y fatal,
donde estaréis todos hundidos
—soñando en mí quizás—, entre el tesoro bajo
de este cielo, otoñal ya, de setiembre
—vendimia, cama fría—, con el peso
de sus estrellas únicas caído!

(Juan Ramón Jiménez)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Effondrés (Mario Wirz)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2015



effondrés dans la lumière soudaine des instants
personne ne se souvient

(Mario Wirz)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :