Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘égayer’

UN IMMENSE DÉSESPOIR (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2019



 

Edvard Munch - Melancholía,   00

UN IMMENSE DÉSESPOIR

Un immense désespoir
Noir
M’atteint
Désormais, je ne pourrais
M’égayer au rose et frais
Matin.

Et je tombe dans un trou
Fou,
Pourquoi
Tout ce que j’ai fait d’efforts
Dans l’Idéal m’a mis hors
La Loi ?

Satan, lorsque tu tombas
Bas,
Au moins
Tu payais tes voeux cruels,
Ton crime avait d’immortels
Témoins.

Moi, je n’ai jamais troublé,
Blé,
L’espoir
Que tu donnes aux semeurs
Cependant, puni, je meurs
Ce soir.

J’ai fait à quelque animal
Mal
Avec
Une badine en chemin,
Il se vengera demain
Du bec.

Il me crèvera les yeux
Mieux
Que vous
Avec l’épingle à chapeau
Femmes, au contact de peau
Si doux.

(Charles Cros)

Illustration: Edvard Munch

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Poète mangeant une tête de veau (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




    
Poète mangeant une tête de veau

Succulence de cette chair
tendre et parfumée,
égayée d’un rien de vinaigre
et d’un hachis de ciboulette.

«Vous en reprendrez bien» dit l’hôtesse.

Souvenir alors d’une table d’enfance,
de ma mère penchée
vers le plat bleu
où la viande doucement fume,

puis soudain ce tableau touchant:
un jeune veau près de sa mère,
au fond du pré fleuri,
son doux regard humide d’enfant.
«Non, merci, je n’en reprendrai pas!»

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je rêve à des planètes mortes (Jean de la Ville de Mirmont)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018



Quand les bureaux et les usines
Par le peuple sont désertés,
Et que Paris semble en gésine
D’une trop vaste humanité,

Alors que l’homme au rire bête
Et son épouse aux airs penchés
Croient égayer ce jour de fête
Parce qu’ils sont endimanchés,

Mon âme, loin des foules grises,
Dont le tumulte est odieux,
Se recueille, avant tout éprise
De la solitude des dieux.

Sur le monde fermant la porte
Et tisonnant mon poêle éteint,
Je rêve à des planètes mortes
Comme à des paradis lointains.

(Jean de la Ville de Mirmont)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Forêts (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



Illustration
    
Forêts

Forêts là-bas, que je vous aime
de promettre à mes pas votre ombre.
Je saurai rencontrer la ronce
dont les fleurs égaient vos clairières

Et vous forêts de Germanie,
vous avez connu mon jeune âge.
J’écoutais du fond de ma nuit
la voix du vent dans vos feuillages.

Le soleil est né dans vos branches
et meurt le soir entre vos mains.
Je n’ai pas voulu d’autre enfance
que votre art d’être 1à demain.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Les parvis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Feuilles mortes (Roger Foulon)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017




    
Feuilles mortes que le vent chasse en cette fin d’automne,
Vous êtes les signaux de la nature sauvageonne
Nous menant malgré nous vers des espaces sans message,
sans oiseaux, sans bourgeons pour égayer notre passage.

On n’entend que la vie, mais est-ce un cri ce craquement
Des feuilles sur le monde obéissant aux lois du vent?
N’est-ce pas plutôt cette peine offerte à tout vivant
Et que rien ne peut entraver puisque s’use le temps?

(Roger Foulon)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La campanule (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2017



La campanule est la fleur la plus suave
Ondoyant dans l’air de l’été
Ses clochettes ont le suprême pouvoir
D’apaiser le souci de mon âme

Il y a dans la pourpre bruyère un charme
Trop violemment, tristement cher
La violette a une haleine parfumée
Mais le parfum ne peut égayer

***

The blue bell is the sweetest flower
That waves in summer air
Its blossoms have the mightiest power
To soothe my spirit’s care

There is a spell in purple heath
Too wildly, sadly dear
The violet has a fragrant breath
But fragrance will not cheer

(Emily Brontë)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Époux, cher à mon coeur (Poème Sumérien)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



 

Époux, cher à mon coeur,
Grande est ta beauté, douce comme le miel.
Lion, cher à mon coeur,
Grande est ta beauté, douce comme le miel.

Tu m’as captivée, laisse-moi demeurer tremblante devant toi :
Époux, je voudrais être conduite par toi dans la chambre.
Tu m’as captivée, laisse-moi demeurer tremblante devant toi :
Lion, je voudrais être conduite par toi dans la chambre.

Époux, laisse-moi te caresser :
Ma caresse amoureuse est plus suave que le miel.
Dans la chambre remplie de miel,
Laisse-nous jouir de ton éclatante beauté.
Lion, laisse-moi te caresser :
Ma caresse amoureuse est plus suave que le miel.

Époux, tu as pris avec moi ton plaisir :
Dis-le à ma mère, et elle t’offrira des friandises ;
À mon père, et il te comblera de cadeaux.

Ton âme, je sais comment égayer ton âme :
Époux, dors dans notre maison jusqu’à l’aube.
Ton coeur, je sais comment réjouir ton coeur :
Lion, dors dans notre maison jusqu’à l’aube.

Toi, puisque tu m’aimes,
Donne-moi, je t’en prie, tes caresses.
Mon seigneur dieu, mon seigneur protecteur,
Mon Shu-Sin qui réjouit le coeur d’Enlil,
Donne moi, je t’en prie, tes caresses.

Ta place douce comme le miel,
Je t’en prie, pose la main sur elle,
Pose la main sur elle comme sur un marteau-gishban,
Referme en coupe ta main sur elle
Comme sur un marteau-gishban-sikin.
Ceci est un poème-balbale d’Inanna.

(Poème Sumérien)

Illustration: Albena Vatcheva

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Beaux présents que la muse (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2015



Beaux présents que la muse

Beaux présents que la muse, hélas ! M’accorde encore,
O mes vers, autrefois
Vous étiez, au jardin, la fleur qui vient d’éclore
Et l’oiseau dans les bois ;

Vous étiez le ruisseau quand le soleil l’égaie
Et s’en fait un miroir.
Et maintenant, mes vers, d’une mortelle plaie
Vous êtes le sang noir !

(Jean Moréas)


Illustration: Henri Martin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est une caverne (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Dans un bois de Carie, bien-aimé des chasseurs, il est une caverne.
Des pins élégants s’y inclinent, laissant choir l’ombre de leur ramure.
L’entrée en est celée par les flots capricieux, librement sinueux
du lierre, amant des rochers, des crevasses. Un espiègle ruisseau,
inondant le fond de la grotte, de pierre en pierre jette les arceaux
sonores de son cours. Il s’est façonné là un lit profond et, serpentant,
il s’éloigne dans les halliers touffus qu’il égaie de murmures.

(Alexandre Pouchkine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Espoir (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2015



Espoir

Dans cet univers en attente
Je peins de la lumière
Sur l’ombre du mur
Des papillons sur les fleurs
Du jardin abandonné
Des vagues sur le fleuve asséché
Des flammes dans le foyer éteint
Des épis de blé ou de riz
Sur le sable des déserts
Et des étoiles sur les cailloux

Je peins le ciel d’un bleu plus pur
La rivière d’un vert d’eau plus claire
Et le soir en rouge
Pour égayer le paysage

Je peins des feuilles
Sur les arbres morts
De la joie sur les matins gris
Et les jours de pluie
Des messages d’amour
Sur les vents soufflant du Nord
Et des sourires retrouvés
Sur les lèvres blessées
Des filles violentées

Je peins sur les vitres
La vision de l’espace à conquérir
Et l’espoir de rebâtir
Sur les ruines des villes.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »