Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘élu’

le chat l’unique élu (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2019



    

le chat l’unique élu
du dieu de l’immanence
on le trouve assis
sur le manuscrit perdu

il le quitte la nuit
pour nourrir sa mémoire
en flânant dans les rues
il est maître du temps

il explore les lieux
qui sont toujours nouveaux
et l’herbe des talus
que défroisse la lune

(Jean-Claude Pirotte)

 

Recueil: Autres séjours
Traduction:
Editions: Le temps qu’il fait

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VARENNA (Leonardi Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2019



 Werner Heisenberg
    
VARENNA

Ce dimanche de Pentecôte
Heisenberg en chaire
expliquait le Principe d’indétermination
à un parterre d’élus.
Dans un angle Fermi et Dirac
se regardèrent un instant interdits,
puis s’échangèrent de brèves formules
écrites sur les paumes des mains.

***

VARENNA

Quella domenica di Pentecoste
Heisenberg in cattedra
spiegava il Principio di indeterminazione
a una platea di eletti.
In un angolo Fermi e Dirac
si guardarono un attimo sbigottiti,
poi si scambiarono brevi formule
scritte sui palmi delle mani.

(Leonardi Sinisgalli)

 

Recueil: Oubliettes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous nous prosternons (Zheng Xie)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2019



Nous nous prosternons
Devant le roc élu
qui rehausse nos désirs
Informulés

(Zheng Xie)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Il fut le premier à voler (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2019



La floraison du bâton

[11]
Il fut le premier à voler
(le héraut céleste)

mais non content d’abandonner
le troupeau éparpillé,

Il va et revient à jamais
entre les pôles du ciel et de la terre,

Il fut le premier à prendre vol
depuis cet Arbre si triste,

mais s’étant envolé, l’Arbre de Vie
porte des roses sur l’épine

et un vin odorant,
sur le bois stérile ;

Il fut le premier à dire,
pas aux quelques élus,

ses amis fidèles,
les sages et les bons,

mais à un paria et à un vagabond,
aujourd’hui tu seras avec moi en Paradis.

***

He was the first that flew
(the heavenly pointer)

but not content to leave
the scattered flock,

He journeys back and forth
between the poles of heaven and earth forever;

He was the first to wing
from that sad Tree,

but having flown, the Tree of Life
bears rose from thorn

and fragrant vine,
from barren wood;

He was the first to say,
not to the chosen few,

his faithful friends,
the wise and good,

but to an outcast and a vagabond,
to-day shalt thou be with me in Paradise.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOCTURNE (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2018




    
NOCTURNE

La nuit vient, un ange est là
qui mesure le temps des étoiles,
les vents sont immobiles, immobiles les heures.

La paix serait d’être étendu
immobile à travers les heures immobiles, aux pieds de l’ange,
sur une étoile en suspens dans le ciel étoilé
— mais le coeur bat à un autre rythme.

Chaque corps étendu, même dépourvu d’ailes,
fait naître et s’envoler un papillon de nuit
aux ailes délicates, aux yeux de pierrerie.

Certains sont jetés sur les rives du jour
et d’autres se perdent dans l’obscurité,
sous les vagues, au-delà du monde, là où affleurent
très loin les îles des élus.

***

NOCTURNE

Night tomes, an angel stands
measuring out the lime of stars,
stil/ are the winds, and still the hours.

It would be peace to lie
still in the still bours ai the angel’s feet,
upon a star bang in a starry sky,
but hearts another measure beat.

Each body, wingless as it lies,
sends out ils butter!!, of night
with delicate wings and jewelled eyes.

And some upon day’s shores are cast,
and some in darkness loti
in waves beyond the world, where float
somewhere the islands of the blest.

(Kathleen Raine)

 

Recueil: ISIS errante Poèmes
Traduction: François Xavier Jaujard
Editions: Granit

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’élu (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2018



 

Carlo Maria Mariani -  (40)

L’élu

Il passa sans nous voir
Sur la route du songe.
Connait-il son pouvoir
Ou craint-il nos mensonges ?
Nos fables coutumières
Ne le contentent plus;
Il est déjà l’élu
D’une étrange lumière.
Il est dans le secret
Des bêtes et des feuilles,
L’ami sûr et discret
Que les choses accueillent.
Il a quitté sans doute
Ce qui n’est plus pour lui
Qu’une image de route,
Qu’un semblant de pays.

(Maurice Carême)

Illustration: Carlo Maria Mariani

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et quand passera mon âme (Marie Noël)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2018




    
Et quand passera mon âme
Devant ton âme un moment
Éclairée à la grand’flamme
Du suprême jugement,
Et quand Dieu comme un poème
La lira toute aux élus,
Tu ne sauras pas lors même
Ce qu’en ce monde je fus…

Tu le sauras si rien qu’un seul instant tu m’aimes!

(Marie Noël)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’AI CHERCHÉ DANS CETTE VILLE (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2018



    

J’AI CHERCHÉ DANS CETTE VILLE

J’ai cherché dans cette ville une rue parfaite
pour son silence et la splendeur de ses pierres,

dans cette rue, la maison la plus simple, habitée
d’un peuple calme et désinvolte

d’artisans, d’ombres, d’oiseaux de nuit.

Une femme oppose au mur laiteux de ma chambre
le miel de ses jeunes épaules.

Insolite dans le grand deuil de son immense chevelure,
bougeant parfois comme une voile,
caressant la fenêtre, un livre,
un couteau
de ses doigts légers comme plume,

intouchable, intouchée,

elle occupe armée le mince territoire où je vaque.

L’ai-je vraiment élue ?
M’a-t-elle vraiment choisi ?
Une autre ne saurait-elle aussi bien, aussi mal, ouvrir et
fermer tour à tour mes yeux qui cherchent un miroir ?

(Jean Joubert)

 

Recueil: Anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’admets que l’intuition (René Char)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2018



Illustration: Isabelle Plante
    
J’admets que l’intuition raisonne et dicte des ordres
dès l’instant que, porteuse de clefs,
elle n’oublie pas de faire vibrer le trousseau des formes embryonnaires de la poésie
en traversant les hautes cages où dorment les échos,
les avant-prodiges élus qui, au passage, les trempent et les fécondent.

(René Char)

 

Recueil: En trente-trois morceaux et autres poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne sais pas ce que cela veut dire (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Je ne sais pas ce que cela veut dire :
aimer la terre, aimer le ciel trompeur,
aimer l’orage, aimer la jeune chair
plus navigable qu’une étoile, aimer.
Je ne sais pas ce que cela veut dire :
haïr une gazelle qui grelotte,
haïr comme un sorcier le vieux soleil
qui déshérite l’équateur, haïr.
Aimer, haïr, ce sont paroles d’homme,
et moi je suis un être élu des dieux :
tournesol au matin, sable à midi
et, vers le soir, une araignée heureuse.

(Joë Bousquet)

 

Recueil: Poèmes, un
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :