Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘émettre’

ATTENTE (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2019




    
ATTENTE

Tu restes toujours présent
À la lisière de mes chants,
Mes mélodies sont à Tes pieds
Sans que je puisse T’atteindre.
Le vent supplie avec insistance :
« Ne laisse pas ton rafiot amarré ! »
Gouverne vite pour parvenir
Au centre de mon cœur.

Avec Toi le jeu de mes chants
Est un jeu venant de loin,
Sa flûte émet des notes chagrines
Tout le long du jour.
T’emparant de ma flûte donc, quand voudras-tu
La remplir de Ton souffle,
Dans la dense obscurité
Par une nuit joyeuse et muette ?

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Tantôt dièse tantôt bémol
Traduction: Prithwindra Mukherjee
Editions: La Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La solitude infinie de la pensée (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2019




    
La solitude infinie de la pensée
terrifie les espaces célestes.

Des êtres cloués à des capsules de chair
étouffent, font des signes et meurent.

Entre-temps ils démantèlent une planète
qui paraissait leur maison,
ils s’entre-tuent
et émettent des sons divers et des paroles pour tout.

Ils détiennent un acte invraisemblable
qu’ils appellent pensée.

Nul ne connaît son but.
C’est comme un miroir
inversé du monde.

Il semble seulement parfois
que cette activité fantomatique
répare l’univers,
et de sa solitude illimitée

et son éphémère pauvreté,
lui offre la compagnie abyssale
d’être tout au moins pensé.

***

La soledad infinita del pensar
aterra los espacios celestes.

Seres clavados en cápsulas de carne
se abogan, hacen señas y se mueren.

Desmantelan mientras tanto un planeta
que parecía su casa,
se matan entre ellos
y emiten diferentes sonidos y palabras para todo.

Llevan adentro un acto inverosímil
que llaman pensamiento.

Nadie conoce su objeto.
Es como un espejo
dado vuelta del mundo.

Sólo parece a veces
que ese hacer fantasmai
repara el universo
y desde su soledad ilimitada

y su pobreza efimera
le brinda la abismal compania
de ser por lo menos pensado.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je pleure … de Beauté (Viviane-Josée Restieau)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2018



Je pleure … de Beauté
Tellement un Grand est Grand
Quand il est si simple
Il est particule d’Amour à la Source
Il n’a rien à dire
Il ressent, Il émet
Il unifie ceux qui sont prêts
Sans le savoir car
Le Grand ne le sait pas lui-même
Le silence déploie son souffle
Et le vent emporte son étincelle divine …
… Étincelle qui Elle-même
Viendra éclore l’Innocent
Le Grand sait qu’il ne sait pas,
Qu’il ne sait plus.
Il devient …
Il devient …
Il devient …
… l’Unité de l’Instant au cœur de la Vie
Il s’est quitté pour se répartir
Sans le savoir
Dans l’Infini Récepteur du Tout : …
… Battement du Cœur Universel.

(Viviane-Josée Restieau)

Illustration: Viviane-Josée Restieau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS LES JARDINS DES LODI (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



Lodi Garden, New Delhi

DANS LES JARDINS DES LODI

Dans le bleu unanime
les dômes des mausolées
— noirs, concentrés, pensifs —
émirent soudain
des oiseaux

(Octavio Paz)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon esprit est un gros morceau de néant irrévocable (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018




    
mon esprit est
un gros morceau de néant irrévocable dont le toucher et le goût et
l’odorat et l’ouïe et la vue ne cessent de frapper et de tailler avec
des outils fatals tranchants
dans une agonie de ciseaux sensuels j’accomplis des contorsions
de chrome et exécute des enjambées de cobalt
néanmoins je
sens que je ingénieusement suis modifié que je légèrement
deviens quelque chose d’un peu différent, en fait
moi-même
Là-dessus impuissant j’émets des hurlements lilas et des
mugissements écarlates.

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: XLI Poèmes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: La Nerthe

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant de rêve (Chants Chippewa)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2017




    
Chant de rêve

Cela
Qui habite l’autre moitié
Du ciel
Approche et émet un bruit

(Chants Chippewa)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’abats pas d’arbre (Hamo Sahian)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017



N’abats pas d’arbre
pour mon cercueil
dépose-moi au creux
du tronc d’un vieil arbre
au bord du bois
au sommet de la colline
afin que je puisse
aller trouver
afin que je puisse
aller embrasser
ses racines
et qui sait, peut-être qu’un jour
j’émettrai un jeune arbre
dans la lumière du monde.

(Hamo Sahian)

Découvert ici Poèmes arméniens

Illustration: Aron Wiesenfeld

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Dans les jardins des Lodi (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015




Dans les jardins des Lodi

Dans le bleu unanime
les dômes des mausolées
– noirs, concentrés, pensifs –
émirent soudain
des oiseaux

***

En los jardines de los Lodi

En el azul unánime
los domos de los mausoleos
– negros, reconcentrados, pensativos –
emitieron de pronto
pájaros

(Octavio Paz)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et si je ne puis pas parler… (Constantin Cavafy)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2015



 

Derek Gores ect [1280x768]

Et si je ne puis pas parler…

Et si je ne puis pas parler de mon amour
Si je ne parle pas de tes cheveux,
De tes lèvres,
De tes yeux,
Ton visage que pourtant je garde dans mon âme,
Le timbre de ta voix que je garde dans ma tête,
Les jours de septembre qui se lèvent dans mes rêves,
Façonnent et colorent mes paroles et mes phrases,
Quel que soit mon sujet
Quelque idée que j’émette.

(Constantin Cavafy)

Illustration: Derek Gores

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Chant du rêve (Indiens d’Amérique)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2015


invocation-des-esprits

Cela
Qui habite l’autre moitié
Du ciel
Approche et émet un bruit

(Indiens d’Amérique)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :