Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘émietter’

Rwanda (Alain Boudet)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2022




    
Rwanda

Encore un enfant
qui s’écroule

Encore mille enfants
émiettés par la guerre

Leurs yeux n’ont vu que l’incroyable
que l’innommable quotidien

Terre engraissée des longs massacres
où les corps n’ont aucun repos
que la mort portée par les fièvres

Terre abreuvée
des larmes rouges de l’innocence
exsangue et nue

Il en faudra
des nuits de sources des nuits lavées
sans hurlements
pour cicatriser les regards
blessés d’horreurs et de misère

Il en faudra des nuits sans peur
des nuits de mousse et de douceur
pour bercer les gorges à vif
et l’écorchure de leurs yeux

Il en faudra
du temps
pour les réconcilier avec l’enfance

(Alain Boudet)

Recueil: La révolte des poètes
Traduction:
Editions: Livre de poche Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sa brûlure (Sarah Friedland Ben-Arza)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2019



Sa brûlure

Sa brûlure j’ai essayé de la nier
mais j’étais pour elle une proie trop facile.
Avant même d’avoir été conçue,
affamée, des briques la question me guettait.
Et je tente trop tard une deuxième fois, puis une troisième fois
de voiler ou d’émietter ou de dissoudre
avec des outils inadéquats
et brisés
la Question qui est ma place.

(Sarah Friedland Ben-Arza)


Illustration retirée sur demande de l’artiste

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La femme émiette un pain friable (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2019




…la femme
émiette un pain friable
au cercle des oiseaux bénis

(Jean Follain)

Illustration: Jean-Honoré Nicolas Fragonard

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Une tristesse inexprimable (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



Une tristesse inexprimable
A ouvert deux yeux immenses.
Le vase de fleurs s’éveillant
Nous éclabousse de cristal.

Toute la chambre est imprégnée
De langueur — délicieux remède
Penser qu’un si petit royaume
A englouti tant de sommeil.

Il n’y a qu’un peu de vin rouge
Et qu’un peu de soleil de mai —
La blancheur des doigts les plus fins
Émiette le mince biscuit.

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Allez on aura fait son exercice du matin (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017




    
Allez on aura fait son exercice
du matin
ses ablutions spirituelles
l’âme purgée des scories
de la nuit
rinçant à grande eau son corps obscur
(une autre toujours plus absente
s’abrite derrière la familière
qui s’obstine
et se défait dans les mots qu’on émiette)

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Emiette-la sur tes lèvres (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2016



Hier lors de notre rencontre
Je libérais mon âme de la nuit de ses chaînes.
J’apprenais à ses cils
Comment te regarder

Regarde-la voilà qui coule entre nous
La nommerais-tu vague?
La nommerais-tu rose? Prends-la
Emiette-la sur tes lèvres.

(Adonis)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A peine effleurent (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2016


 

Sentiment de l’heure aboli
devant l’homme
qui ne parle plus
assis sur une marche usée
émiette à un oiseau du pain noir.
Il n’y a plus de silence
si l’on écoute loin les chiens
l’idée de mort
de résurrection
à peine effleurent pour s’effacer.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :