Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Emily Dickinson)’

Sois ce que tu as toujours été (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023




    
Sois ce que tu as toujours été,
l’Infini

***

Be what you have ever been,
Infinity

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Ne sachant pas quand l’Aube viendra (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023



Illustration: Marc Chagal
    
Ne sachant pas quand l’Aube viendra,
J’ouvre toutes les Portes,
Peut-être a-t-elle des Plumes, comme un Oiseau,
Peut-être des Vagues, comme un Rivage —

***

Not knowing when the Dawn will come,
I open every Door,
Or has it Feathers, like a Bird,
Or Billows, like a Shore —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si les grandes Eaux dorment (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023



Illustration: Helene Fuhs
    
Si les grandes Eaux dorment,
De leur Profondeur même,
Nous ne pouvons douter.
Nul Dieu vacillant
N’a allumé cette Demeure
Pour l’éteindre.

***

Though the great Waters sleep,
That they are still the Deep,
We cannot doubt.
No vacillating God
Ignited this Abode
To put it out.

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A l’intérieur de cette petite Ruche (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023




    
A l’intérieur de cette petite Ruche
Il y a de telles Allusions de Miel
Comme si la Réalité faisait un Rêve
Et les Rêves, la Réalité —

***

Within that little Hive
Such Hints of Honey lay
As made Reality a Dream
And Dreams, Reality —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La voir est un Tableau (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023



Emily Dickinson
    
La voir est un Tableau —
L’entendre est une Mélodie —
La connaître, le dénigrement de toute autre Bénédiction
Ne pas la connaître, Affliction —
L’avoir pour Amie
Une chaleur aussi proche que si le Soleil
Rayonnait dans votre Main —

***

To see her is a Picture —
To hear her is a Tune —
To know her, a disparagement of every other Boon —
To know her not, Affliction —
To own her for a Friend
A warmth as near as if the Sun
Were shining in your Hand —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelle bravoure l’Ame contient-elle (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023




    
Quelle bravoure l’Ame contient-elle,
Pour endurer ainsi
L’accent d’un Pas qui approche
— L’ouverture d’une Porte —

***

What fortitude the Soul contains,
That it can so endure
The accent of a coming Foot —
The opening of a Door —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ceux — qui mouraient alors (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023



Illustration: Van der Weyden
    
Ceux — qui mouraient alors,
Savaient où ils allaient —
Ils allaient vers la Main Droite de Dieu —
Cette Main est aujourd’hui amputée
Et Dieu est introuvable —

***

Those — dying then,
Knew where they went —
They went to God’s Right Hand —
That Hand is amputated now
And God cannot be found —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme la petite Pierre est heureuse (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023




    
Comme la petite Pierre est heureuse
Qui se promène seule sur la Route,
Et ne se soucie pas des Carrières
Et ne craint pas les Contraintes
— Son Manteau d’un Brun élémentaire
Qu’un Univers en passant a revêtu
Et indépendante comme le soleil,
S’associe ou rayonne seule,
Accomplissant un Décret absolu
En toute simplicité —

***

How happy is the little Stone
That rambles in the Road alone,
And does’nt care about Careers
And Exigencies never fears
— Whose Coat of elemental Brown
A passing Universe put on,
And independent as the sun,
Associates or glows alone,
Fulfilling absolute Decree
In casual simplicity —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était un Poète — (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2020



C’était un Poète —
Cet Être
Qui extrait un sens surprenant
De Signes Ordinaires —
Une si vaste Essence

Des espèces familières
Ayant péri à la Porte —
Qu’on s’étonne de ne pas Soi-même
L’avoir captée — d’abord —

D’Images, Révélateur —
Le Poète — Lui et nul autre —
Nous investit — par Contraste —
D’une incessante Pauvreté —

De la Partie — si inconscient —
Qu’un Vol ne le saurait léser —
Lui-même — pour Lui — Trésor —
Au Temps — étranger —

***

This was a Poet —
It is That
Distills amazing sense
From Ordinary Meanings —
And Attar so immense

From the familiar species
That perished by the Door —
We wonder it was not Ourselves
Arrested it — before —

Of Pictures, the Discloser —
The Poet — it is He —
Entitles Us — by Contrast —
To ceaseless Poverty —

Of Portion — so unconscious —
The Robbing — could not harm —
Himself — to Him — a Fortune —
Exterior — to Time —

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

J’aime un regard d’Agonie, car je sais qu’il est vrai (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2020



J’aime un regard d’Agonie,

Car je sais qu’il est vrai –

On ne singe pas la Convulsion,

On ne feint pas, des Affres –

L’œil se fige d’un coup – et c’est la Mort –

Impossible de simuler

Les Perles sur le Front

Par la fruste Angoisse enfilées.

(Emily Dickinson)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :