Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘emmitouflé’

Si nous avions une vision (George Eliot)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2019


 


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Si nous avions une vision et un sentiment aigus de toute la vie humaine ordinaire,
cela équivaudrait à entendre l’herbe pousser
et le coeur de l’écureuil battre,
et alors, nous mourrions de cette clameur
située de l’autre côté du silence.
Les choses étant ce qu’elle sont,
les plus rapides d’entre nous circulent bien emmitouflés
dans une épaisse couche de stupidité.

(George Eliot)

Illustration: ArbreaPhotos

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

SOIR D’HIVER (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2018



 

SOIR D’HIVER

Les immeubles, le soir, font danser leurs carreaux
Dans des liqueurs d’orange où flottent des pépites
D’or et d’argent fondus en sanglots minéraux
Et changent le ciel noir en flocons qui palpitent.

Les gens emmitouflés, délivrés des bureaux,
Soufflant des halos blancs de froid, se précipitent
Vers les reflux venteux des bouches de métro
Et leurs pas sur l’asphalte, en cascade, crépitent.

Riant au ciel, plusieurs guirlandes vermillon
Ordonnent d’être heureux ce soir de réveillon :
Noël revient, avec ses douceurs de châtaignes.

Personne ne m’attend : mes souvenirs épars
Bercent des bonheurs morts ; vers le fleuve je pars
Marcher, jusqu’à l’heure où les lumières s’éteignent.

(Marie-Anne Bruch)

Découvert ici: Lucarne Poétique

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

COIN DE FORÊT (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2016



COIN DE FORÊT

Quand j’y allai, deux ailes claquèrent affolées, et ce fut tout.
On y va seul. C’est un grand édifice composé de fissures,
un édifice qui vacille toujours, mais jamais ne s’abat.
Le soleil flotte au centuple par les fissures.
Dans le jeu des lumières règne une pesanteur inversée :
la maison est ancrée dans le ciel, et ce qui tombe, tombe vers le-haut.
Là-bas, on a le droit de se retourner.
Là-bas, on a la permission de porter le deuil.
Là-bas, on ose regarder en face certaines vérités anciennes,
celles qui d’ordinaire restent emmitouflées.
Mes rôles des bas-fonds, là-bas, remontent à la surface,
ils pendent comme ces crânes desséchés dans la case des ancêtres,
sur une île perdue de Mélanésie.
Une lueur enfantine sur ces affreux trophées.
Si douce est la forêt.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Automne (Mireille Gaglio)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2015




Automne

Madame l’Automne, d’un geste désinvolte,
A fait virevolte:
Me voici nez à nez
Avec l’Hiver emmitouflé.

Madame l’Automne a emporté
Des couleurs chaudes, un peu rouillées,
Les souvenirs d’un été…
Monsieur l’Hiver emmitouflé
Dis-moi ce que tu nous apportes,
Dis-moi ce que tu nous promets:
Sera-ce la neige immaculée,
Les fils de la Vierge gelés,
Les odeurs de marrons grillés?
La poésie devant mes volets?
Et quand elle sera morte,
S’ouvrira grand la porte
Sur le printemps tant espéré…
Celui qui nous transporte
Dans un tourbillon de senteurs fortes:
Capiteux prélude,
A la plénitude
Du plein été…

(Mireille Gaglio)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La Petite Marchande de fleurs (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 4 septembre 2015




La Petite Marchande de fleurs

Le soleil froid donnait un ton rose au grésil,
Et le ciel de novembre avait des airs d´avril.
Nous voulions profiter de la belle gelée.
Moi chaudement vêtu, toi bien emmitouflée

Sous le manteau, sous la voilette et sous les gants,
Nous franchissions, parmi les couples élégants,
La porte de la blanche et joyeuse avenue,
Quand soudain jusqu´à nous une enfant presque nue

Et livide, tenant des fleurettes en main,
Accourut, se frayant à la hâte un chemin
Entre les baux habits et les riches toilettes,
Nous offrir un petit bouquet de violettes.

Elle avait deviné que nous étions heureux
Sans doute, et s´était dit: « Ils seront généreux. »
Elle nous proposa ses fleurs d´une voix douce,
En souriant avec ce sourire qui tousse.

Et c´était monstrueux, cette enfant de sept ans
Qui mourait de l´hiver en offrant le printemps.
Ses pauvres petits doigts étaient pleins d´engelures.
Moi, je sentais le fin parfum de tes fourrures,

Je voyais ton cou rose et blanc sous la fanchon,
Et je touchais ta main chaude dans ton manchon.
Nous fîmes notre offrande, amie, et nous passâmes;
Mais la gaîté s´était envolée, et nos âmes
Gardèrent jusqu´au soir un souvenir amer.

Mignonne, nous ferons l´aumône cet hiver.

(François Coppée)

Illustration: Jean-Marie Lemire

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :