Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘empoigner’

UNE MATINÉE EN ASSYNT (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



UNE MATINÉE EN ASSYNT

Assis sur un rocher en Écosse
pensant aux phases orogéniques

ce sol est le plus ancien de tous
plus ancien que l’antique calédonien
plus ancien et de loin que l’hercynien
ou que le tout récent alpin

c’est un paysage
quasi indéchiffrable dans sa taciturnité

mais le rouge de la bruyère
nous empoigne le coeur
et le vol de cet oiseau blanc
qui franchit la crête
illumine l’esprit.

***
A MORNING IN ASSYNT

Sitting on a rock in Scotland
thinking of orogenic phases

this is the oldest of the old
older than the ancient caledonian
older by far than the hercynian
or yesterday’s alpine

it is a landscape
almost unreadable in its taciturnity

but the red of the heather
goes straight to the heart
and the flight of that white bird
over the ridge
enlightens the mind.

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHOSES À EMPOIGNER ET CHOYER (Chawqi Baghdadi)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

CHOSES À EMPOIGNER ET CHOYER

Il est certaines choses…

Je ne cherche pas à percer les secrets
Si j’entre dans la caverne surveillée
et franchis des murs
je ne cède à l’opium
ni ne m’abandonne aux rêves des marchands
Je sais…
Il est des portes verrouillées
des coursiers à l’inflexible croupe
des galaxies refusant le retour
des femme ignorantes de l’amour
des hommes aux sourires creux
Ce que je cherche
Je ne sais
Il est certaines choses…
Pain cuit à point
amour très pur

Certaines choses qui adviennent…
Partage entre les enfants
sincérité dite avant la mort
fleur sauvage
pointant dans la fange d’une tranchée
et donnant vaillance au combattant
histoire d’amour
née dans l’effroi
et survivant aux armes

Certaines choses qui adviennent…
Si ma main pouvait s’étendre
ne point sombrer dans l’abîme
je saisirais un appui
moi qui vacille sur l’étroite passerelle
poussé
dépassé
piétiné par un cheval
rejeté par une femme
quand un soir
je lui vouai
corps et folie
Il est des choses
qui ne peuvent grandir
sans voix pour les animer
dans tant de bruit
flûte unique
langage secret
coeur se souvenant

Il est certaines choses qui adviennent
que révèle ce monde
que nous empoignons
ne lâchons
choyons faisons croître
et offrons ailleurs.

(Chawqi Baghdadi)

Découvert chez Lara ici

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Poèmes des brimades (Gemma Tremblay)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Poèmes des brimades

L’enfant inachevé grommelle près du fourgon
du globe
politisé jusqu’aux moelles
dans les fours crématoires de pollution
l’enfant paie trop cher le don du lait
n’a plus le temps d’empoigner sa vie

(Gemma Tremblay)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Beauté, mon cher souci (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2017



Est-ce moi qui pleurais ainsi
– Ou des veaux qu’on empoigne –
D’écouter ton pas qui s’éloigne,
Beauté, mon cher souci?

(Paul-Jean Toulet)


Illustration: Fanny Verne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Acte de foi (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2015



Acte de foi

Alors que l’arbre offre son feuillage
Au premier oiseau venu
Que le soleil éclabousse le sol
Et que l’horizon bouscule les nuages
Je me partage avec le monde entier

Alors que la clarté lisse les cailloux du chemin
Et que les oiseaux qui s’abattent sur les sillons
Lacèrent jusqu’à la faire saigner
La poitrine du champ
Je bois l’espace
À longues lampées

Ma pensée crée le monde
Si je meurs il meurt avec moi
Être de chair je marche vers l’éternité

Sous un soleil assoupi
J’écoute le rire des enfants dans le pré
Et respire les odeurs de la grange

Tandis que la brise fait frissonner les arbres
Je contemple le bleu mouvement de la mer
Plus pures
Les couleurs se dépouillent de leurs formes
Dans la valse des vagues

J’empoigne l’univers
Et défie le mystère profond
Des plus banales choses.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SANS NUIRE (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2015



JE suis servante dans la rue
je ne sais rien Mes seins
se serrent Oh ! qu’on empoigne
Tous ceux-là sans chevalerie

Mes yeux fermés C’est un trésor
Sans le tenir que je soupèse
Doux comme un soleil qui me chauffe
Au mur très bon où je m’endors

Mes épaules à la fenêtre
Pour accourir pour échapper
Les trains les camps les gares
Pour attendre je revenais

Ma chambre ô mon pauvre savon
Et ma valise de carton
J’ai seulement rêvé dans la ville de pierre
D’un bain qui me caresse et me serre
Plus profond et plus long que la mer

(Pierre Morhange)


Illustration: Amedeo Modigliani

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :