Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘en deça’

L’AU-DEDANS DE L’EN-DECA (Robert Goffin)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2022



 

Emilia Castaneda  (16) [1280x768]

L’AU-DEDANS DE L’EN-DECA

Belle d’aube et de caresses
Bulles de fard et de fleurs
Tout ce qui fut notre ivresse
Remonte des profondeurs

Des bruyères me reviennent
Au rythme des baisers las
Est-ce ta lèvre ou la mienne
Qui brûlait cette nuit-là

Est-ce plaie ou plainte Sont-ce
Des ecchymoses de ciel
Ou les lisières de ronces
D’un météore charnel

Sais-je quand surgit le doute
Entre la sève et le sang
Ou quand s’effeuillèrent toutes
Les fleurs du buisson ardent

Etait-ce un soir de dimanche
Que la lézarde s’ouvrit
Quand je touchai sur ta hanche
Un pressentiment d’oubli

Ce qui fut à jamais passe
Au gré de l’ombre et des jours
Tes mots n’ont sur la terrasse
Qu’un lointain reflet d’amour

Etait-ce un soupçon d’abîme
Est-ce toi serait-ce moi
Qui retombait de la cime
Qu’on n’atteint jamais deux fois

Est-ce pour la trop cruelle
Loi vaine d’un vain destin
Que notre flamme éternelle
N’eut qu’un instant de matin

Je cherche et toi sais-tu qu’est-ce
Qui lie et qui délia
Au tréfonds de notre ivresse
L’en-dedans de l’au-delà

(Robert Goffin)

Illustration: Emilia Castaneda

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reste en-deçà de l’approche (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2021



Reste en-deçà de l’approche. Tout se lève
en cet en-deçà .

I1 ne faut pas désirer la rose pour l’atteindre.
Ne pas même la regarder, pour la voir.

Tout n’est au fond qu’à mi-chemin. Mais
i1 faut faire avec un soin extrême cette moitié
de chemin.

Cela n’est proprement ni caché, ni visible.

(Roger Munier)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poésie (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2019



Poésie

Par-delà les mots
Elle sécrète la parole

En deçà du verbe
Elle questionne l’univers

Au-delà des murailles
Elle nomme la liberté

En deçà de chaque flot
Elle révèle l’océan

Désertant les conquêtes
Elle promet l’équipée

Elle remue le souffle
Sacre l’humble outil

Elle assemble les fragments
Du visage dispersé

Et désigne le mystère
Qui demeure entier.

(Andrée Chedid)


Illustration: Eloi Flore

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La mort (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2019


Lankou

La mort ne se trouve ni en deçà,
ni au-delà.
Elle est à côté,
industrieuse,
infime.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 4 Comments »

Le nom ne sert qu’a nommer (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2019


 


 

Pierre Marcel

Le nom ne sert qu’a nommer.
Dé-nommer les choses
les rejoindre en deçà du nom.
Dans le nom même qui les biffe,
les rature, les gomme,
le nom blesse la chose.
La chose blessée s’ouvre déjà
dans le nom, qui, dès lors, ne l’enclôt plus.

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Pierre Marcel

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES CARACTÈRES ILLISIBLES (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2019




    
LES CARACTÈRES ILLISIBLES

Ce que tu assembles, ce que tu divises
se passe au fond de ton sang
hors de ta volonté : tu assistes
et tu te révoltes de n’être qu’un témoin
sans nul pouvoir.

Cette faible vie, tu aurais voulu la dominer
et tu ne parviens
(à force de vigilance)
qu’à percevoir en deçà et au-delà
des éclairs indéchiffrables
quelques lointains roulements
annonçant que tout se prépare.

Bientôt ce qui est imprévu sera là
et ce que nous attendions s’enfuira.
Nous serons atteints par surprise
sans avoir compris sans savoir lire
les figures de nos propres rêves
pourtant inscrites en lettres géantes
sur la face changeante des nuages.

(Jean Tardieu)

 

Recueil: L’accent grave et l’accent aigu
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A CHAQUE INSTANT (Paul de Roux)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2019



Illustration: Josephine Wall
    
A CHAQUE INSTANT

Dans les veines du temps un filon plus précieux
que l’or, que les châteaux, que les grandes actions
un filon invisible et que nul ne connaît
en deçà des idées, en deçà de tout geste
un filon lancinant et qui n’existe pas
même en tant que filon, même en tant qu’invisible
à chaque instant sauve la terre.

(Paul de Roux)

 

Recueil: Les pas
Traduction:
Editions: L’Alphée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dieu – à toutes les Portes – (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2018


portes

Notre Voyage était avancé –
Nos pieds avaient atteint presque
Cette étrange Croisée sur la Route de l’Etre –
Son terme – Eternité –

Notre marche soudain s’effraie –
Nos pieds – réticents – nous entraînent –
Devant – s’offrent des Villes – mais en Deçà –
C’est la Forêt des Morts –

De retraite – nul Espoir –
Derrière – une Route Bloquée –
Devant – le Drapeau Blanc de l’Eternité –
Et Dieu – à toutes les Portes –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HOMME EST DERRIÈRE SON REGARD… (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



L’HOMME EST DERRIÈRE SON REGARD…
A Charles Autrand,

L’homme est derrière son regard
Comme derrière une vitrine
Lavée à grande eau par le jour.

Lui-même est en-deçà, très loin
Il pourrait durer aussi bien
Les yeux clos sur le monde ancien.

Mais il lui faut, sauf à hurler
D’épouvante dans son linceul
Coller son front contre la vitre

Dont l’inaltérable fraîcheur
Le persuade : il est caillot
Dans les bronches du paysage.

Et l’homme broute, à longueur d’homme,
Sans faim, pour ne pas avoir peur,
Des rues, des pays, des automnes.

(Jean Rousselot)

Illustration: Martin Jarrie

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Inaugurer la transparence (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



Illustration: Laurence Dutilleul
    
Inaugurer la transparence.
Voir à travers un corps, une idée,
un amour, la folie,
distinguer sans obstacle l’autre côté,
traverser de part en part
l’illusion tenace d’être quelque chose.
Non seulement pénétrer du regard dans la roche
mais ressortir aussi par son envers.

Et plus encore :
inaugurer la transparence
c’est abolir un côté et l’autre
et trouver enfin le centre.
Et c’est pouvoir suspendre la quête,
parce qu’elle n’est plus nécessaire,
parce qu’une chose cesse d’être interférence,
parce que l’au-delà et l’en-deçà se sont unis.

Inaugurer la transparence
c’est te découvrir à ta place.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Martine Broda pour Roberto Juarroz
Traduction: Martine Broda
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :