Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘en dehors’

LA-BAS (Raymond Federman)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2021



LA-BAS

d’abord quand on entre
on pense que c’est juste
comme d’où on vient
sauf qu’il fait un peu plus noir

mais en fait on ne pense pas
on ne peut plus s’entendre penser
c’est pour cela qu’il nous semble
que tout est plus noir qu’avant
non seulement en dehors
mais aussi en dedans de nous
comme si la lumière était en train
de s’éteindre doucement vers le noir

c’est un endroit étrange
où nous aurions préféré ne pas aller
mais il est trop tard

***

OVER THERE

at first when you enter
you think it’s just like
whence you came
except it’s much darker
that’s what you think
but in fact you are
not thinking at all
because you can
no longer hear
yourself think
that’s why it feels darker
both outside and inside of you
as if the light was slowly dimming
towards total darkness

(Raymond Federman)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poème se fait chalut (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2021



Le poème
Se fait chalut

Dans lequel se prend
On ne sait quoi

Qui n’existe pas
En dehors de lui

Et qui restera
Vivant en lui,

A la fois vibrant
Et figé.

(Guillevic)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Nous allons par un défilé (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2019




    
Nous allons par un défilé
qui se resserre peu à peu.
Nul ne sait s’il sortira.
Nul ne sait s’il avance ou recule
Nul ne sait si l’ombre est au bout ou la lumière.

Cette marche secrète nous confirme
Qu’entre l’oeil et son objet
s’interpose une pellicule obscure :
un filtre fait d’ombre
qui isole le regard pour toujours.

Regarder est un geste en dedans,
non en dehors.

***

Vamos por un desfiladero
que se estrecha poco a poco.
Nadie sabe si saldrá.
Nadie sabe si avanza o retrocede.
Nadie sabe si al final esta la sombra o la luz.

Esta marcha sigilosa nos confirma
que entre el ojo y su objeto
se interpone una oscura película,
un filtro hecho de sombra
que aisla para siempre la mirada.

Mirar es un gesto hacia adentro,
no hacia afuera.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être ? (Miriam Silesu)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2019



Illustration: Pierre Corratgé
    
Être ?

Je ne suis que ce désir
de suivre un mouvement,

de ne pas mourir en dehors
de mon vrai corps.

(Miriam Silesu)

 

Recueil: Cinéraire
Traduction:
Editions: Lettres vives

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

EN MARGE (Jean-Pierre Lemaire)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
EN MARGE

Cet été, les montagnes sont restées lointaines.
Autour de ta chaise,
tu ramasses au hasard
pommes tombées, brindilles, feuilles rousses.
Tu regardes sur le mur
les pas perdus de l’ombre qui s’agite
et s’évapore au crépuscule.
L’espérance
est en dehors du spectre,
dans l’infrarouge ou l’ultraviolet,
sensible seulement
à l’instinct muet, aux animaux de l’âme.

(Jean-Pierre Lemaire)

 

Recueil: Figure humaine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le génie (Saint-Pol Roux)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



 

pointillisme

Le génie est un désordre qui produit de l’ordre.
L’artiste, — surtout le peintre — qui a les yeux en dedans est un dieu.
Mais le peintre qui a les yeux en dehors n’est qu’un singe.

(Saint-Pol Roux)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La dernière boucle (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2018



Illustration: Walasse Ting
    
La dernière boucle tracée par Walasse Ting
s’achève en dehors de sa feuille,
ton propre geste s’achève par la fenêtre
pour mourir devant la maison, sur le trottoir.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne cherche plus en dehors de toi-même (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018



Illustration: Odilon Redon
    
Ne cherche plus en dehors de toi-même
l’azur, l’extase et le feu !
Ne sois ni esclave ni maître:
un seul caillou du Nalón

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La durée (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2017




La durée
que ton coeur réclame
existe ici
en dehors de toi.

(René Char)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’ESPÉRANCE (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017



Illustration: Annagol
    
L’ESPÉRANCE

Craintive amie que l’Espérance;
Assise en dehors de ma geôle,
Elle guettait ma destinée
Comme font les coeurs égoïstes.

Elle était cruelle en sa crainte :
Un morne jour que, pour la voir,
J’épiais entre les barreaux,
Elle détourna le visage!

Faux veilleur faisant fausse garde,
Chuchotant paix quand je luttais,
Chantant si je versais des larmes,
Pour se taire quand j’écoutais!

Fausse, certe, autant qu’implacable :
Mes joies dernières humiliées,
L’Affliction même fut contrite
De voir leurs ruines dispersées.

Mais l’Espérance — dont un souffle
Eût guéri mon dément chagrin —
Gagnant les cieux à tire-d’aile,
S’en fut, et jamais ne revint.

***

HOPE

Hope was but a timid friend;
She sat without my grated den,
Watching how my fate would tend,
Even as selfish-hearted men.

She was cruel in her fear;
Through the bars, one dreary day,
I looked out to see her there,
And she turned her face away!

Like a false guard false watch keeping,
Still in strife she whispered peace;
She would sing while I was weeping;
When I listened, she would cease.

False she was, and unrelenting;
When my last joys strewed the ground,
Even Sorrow saw, repenting,
Those sad relics scattered round;

Hope—whose whisper would have given
Balm to all that frenzied pain—
Stretched her wings and soared to heaven;
Went—and ne’er returned again!

(Emily Brontë)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :