Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘énamouré’

O Seigneur, donnez-moi mon Rêve quotidien ! (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2018



Qu’importe, au loin, la vie, et les appels des cors
Les liesses du cuivre énamouré sont brèves;
Et notre âme sait bien qu’il n’y a que les Rêves
Qu’on puisse aimer toujours comme on aime les morts.

Les Rêves ! Eux, du moins, sont une amitié sûre,
Joyaux où dort une lumière qui s’azure
Éternelle et multicolore comme l’eau…
Et cela met en nous un trésor frais et beau.
Ah ! Seigneur ! augmentez en moi cette richesse
Dont je suis à la fois le maître et le gardien;
Et, de rêves nouveaux, refaites-moi largesse.
O Seigneur, donnez-moi mon Rêve quotidien !…

(Georges Rodenbach)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Résumons-nous (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Résumons-nous :
Je suis enamouré
Le ciel se propage de feuille
En feuille
Comme dans les annonciations
Et sur la rive du fleuve où nous regardons les péniches
Emplies de vieux charbon passer au chevet de Notre-Dame
Puis chavire à coup sûr quand
Tu m’attires
Dans les cinq mètres carrés de la cabine
Où convoler
En vertu d’une science infuse et légère

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Entre-Temps
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enamouré (Tan Taigi)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2017



Enamouré
le chat oublie le riz
qui colle à ses moustaches

(Tan Taigi)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Sois heureux (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Sois heureux un instant, cet instant c’est ta vie
Vois, la brise a déchiré la robe de la rose,
De la rose dont le rossignol s’était enamouré ;
Faut-il pleurer sur elle, faut-il pleurer sur nous ?
La mort viendra nous effeuiller et d’autres roses refleuriront.

(Omar Kayyâm)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le printemps (Marie Nizet)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2016



femme fleur de pêcher 82

Le printemps

La terre est refleurie; elle est verte, elle est blanche.
Mon coeur enamouré vers votre coeur se penche,
Mais si timidement que je n’ose approcher…
Tant je crains de troubler le charme de cette heure
Pour qu’il s’effraye et qu’il s’envole et que je pleure
De n’avoir pas compris qu’il n’y fallait toucher.

Et je songe au pêcher fleuri qui vous ressemble
Ronde comme son fruit, rose comme sa fleur.
Je ne veux même pas l’effleurer d’une lèvre
Tant j’ai peur de ternir, sous mon baiser de fièvre,
Sa fraîcheur délicate et sa tendre couleur.

(Marie Nizet)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ilot des lacs au fond des bois (Gustave Kahn)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2015



Ilot des lacs au fond des bois
cœur des fleurs élargies dans les soirs
tours d’ivoire et sons de cor aux clairières des bois
divans dans l’éventail des anciens soirs.

Chœur des captives énamourées
vers l’orée, l’arcade qui se dérobe au loin des pas
les bois troublés qui fuient et passent
et les allures des anciens cœurs énamourés

Et l’Eden attristé et les heures dans les soirs
et celle qui pleurait sans douceur ni nonchaloir

(Gustave Kahn)

Illustration: Anna Lea Merritt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand je serre, plein de tendresse (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2015




Quand je serre, plein de tendresse,
Ton corps si svelte et qu’exalté,
Dans mon étreinte je t’adresse
De doux propos énamourés,
Tu fais s’échapper en silence
Ton corps si souple de mes mains:
Un sourire de méfiance,
Est tout ce que de toi j’obtiens.
Ta mémoire étant sans faiblesse
Pour mes nombreuses trahisons
Tu m’écoutes avec tristesse,
Lointaine, sans attention.
Je maudis les ardeurs traîtresses
Dont fut coupable ma jeunesse,
Les attentes pour rencontrer
Quelqu’un le soir sous les ramures.
Je maudis l’amoureux murmure,
Le vers si habile à charmer,
Les baisers des filles naïves,
Leurs larmes, leurs plaintes tardives.

(Alexandre Pouchkine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :