Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘enfermée’

Elle (Jean-Marie Le Huche)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018


Elle

Je l’ai d’abord enfermée dans l’armoire mais elle a
déchiré mes draps
Je l’ai collé dans le frigidaire mais elle a dévoré
mon kilo de beurre
Je l’ai transformée en fourneau à gaz mais elle a
cramé mon plat de nouilles
J’en ai fait une cocotte en papier mais elle a caqueté
jusqu’à minuit
Je l’ai flanquée excédé à la porte mais elle est revenue
par la fenêtre
Je l’ai poussée dans le canal Saint-Martin mais elle
nageait comme une anguille
Enfin je me suis tué
Et quand j’ai été mort je l’ai vue fondre en larmes
Devant son café crème place Saint-Michel
Alors j’ai ressuscité. Je lui ai dit
Viens. On rentre. Il faut pas pleurer
Et puis ça a recommencé.

(Jean-Marie Le Huche)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Inès (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2018



 

Jacques Damville (2)

Inès

Je ne dis rien de toi, toi, la plus enfermée,
Toi, la plus douloureuse, et non la moins aimée !
Toi, rentrée en mon sein ! je ne dis rien de toi
Qui soufres, qui te plains, et qui meurs avec moi !

Le sais-tu maintenant, ô jalouse adorée,
Ce que je te vouais de tendresse ignorée ?
Connais-tu maintenant, me l’ayant emporté,
Mon coeur qui bat si triste et pleure à ton côté ?

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Jacques Damville

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’innocence (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2018



Carol Carter  4001

L’innocence

Beau fantôme de l’innocence,
Vêtu de fleurs,
Toi qui gardes sous ta puissance
Une âme en pleurs !

Ô toi qui devanças nos hontes
Et nos revers,
Es-tu si grand que tu surmontes
Tout l’univers !

Le reste, comme la poussière,
S’est envolé,
Devant le feu de ma paupière
Tout s’est voilé,

Tout s’est enfui, flamme et fumée,
Tout est au vent ;
Toi seul sur mon âme enfermée
Planes souvent.

Pour courir à ta voix qui crie :
 » Éternité !  »
Pour monter à Dieu que je prie,
J’ai tout jeté.

La nuit, pour chasser un mensonge
Qui me fait peur,
Ta main, plus forte que le songe,
Étreint mon coeur.

Quelle absence est assez profonde
Pour te braver,
Quand ton regard perce le monde
Pour nous trouver ?

De mon âme ont jailli des âmes
Dignes de toi :
Au milieu de ces pures flammes,
Ressaisis-moi !

Beau fantôme de l’innocence
Vêtu de fleurs,
Oh ! Garde bien en ta puissance
Notre âme en pleurs.

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Carol Carter

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Premier degré (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2018



Premier degré

Ils ont arraché mes jarretelles
ils m’ont serré les poignets
avec des cordes
ils ont volé mes jonquilles
avec leurs canifs ils m’ont griffée
ils m’ont appelée pucelle
ils m’ont photographiée nue
ils m’ont fouettée
ils m’ont jetée dans la neige
ils m’ont enfermée avec les noires
ils ont dit : Elle est trop belle
Roger avait raison
Ils m’ont mordue jusqu’au sang.
Alors
de dégoût et de rage
j’ai coupé ma langue avec mes dents
et je l’ai crachée au visage
du gros à la dent d’or
à la tache de son
que les autres appelaient
avec respect
Monsieur Ferdinand.

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Opéra des girafes (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



L’Opéra des girafes

Comme les girafes sont muettes,
la chanson reste enfermée dans leur tête.
C’est en regardant très attentivement les girafes dans les yeux
qu’on peut voir si elles chantent faux ou si elles chantent vrai.

(Jacques Prévert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Quand nous aurons rendu nos parts de brise, d’onde et de fumée (Robert Ganzo)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2017



Ton torse lentement se cambre
et ton destin s’est accompli
Tu seras aux veilleuses d’ambre
de notre asile enseveli.
Vivante après nos corps épars
comme une présence enfermée
Quand nous aurons rendu nos parts
de brise, d’onde et de fumée.

(Robert Ganzo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson du geôlier (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Chanson du geôlier

Où vas-tu beau geôlier
Avec cette clé tachée de sang
Je vais délivrer celle que j’aime
S’il en est encore temps
Et que j’ai enfermée
Tendrement cruellement
Au plus secret de mon désir
Au plus profond de mon tourment
Dans les mensonges de l’avenir
Dans les bêtises des serments
Je veux la délivrer
Je veux qu’elle soit libre
Et même de m’oublier
Et même de s’en aller
Et même de revenir
Et encore de m’aimer
Ou d’en aimer un autre
Si un autre lui plaît
Et si je reste seul
Et elle en allée
Je garderai seulement
Je garderai toujours
Dans mes deux mains en creux
Jusqu’à la fin des jours
La douceur de ses seins modelés par l’amour.

(Jacques Prévert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :