Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘enfuie’

L’ENFUIE (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



 

L’ENFUIE

Quand je dis la pluie
Je parle de vous
Sa mélancolie
Constelle de clous
Le mur de grisaille
Sans y faire un trou
Dis-moi qui travaille
C’est un vieux hibou
sous la pluie

Quand je dis la neige
Je parle de vous
Son petit manège
Tourne autour de nous
Que le temps me baille
La maison du loup
Que mon temps s’en aille
À parler de vous
sous la neige

Je dis vent et feuille
C’est parler de vous
Veuille le vent veuille
Encore être doux
Je taille, je taille
D’avril en août
Quand le temps s’écaille
Au vent… c’est pour vous
sous les feuilles

Que ce soit la brume
Que ce soit l’oiseau
Dans tous les costumes
C’est du temps nouveau
Que ce soit la paille
Que ce soit le houx
je me retrouvaille
A parler de vous

MA JEUNESSE

(Gilles Vigneault)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’AI TROUVE … (Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2017



J’AI TROUVE …

… J’ai trouvé la plus ténébreuse place
Où le chant de la source la plus lasse
Compte, compte au profond du bois des fées
Le nombre triste et doux du temps qui passe.

Là je ferai choir le rideau de lierre
Et te couvrirai de lumière amère
Et t’expliquerai les plaintes de l’eau
Et les parfums du vent et de la terre.

Si tu sais que mon âme est comme enfuie
Si tu devines ce que fut ma vie
Souris chèrement le temps d’un sanglot.
Les roses folles s’ouvrent pour la pluie.

En des mots qui ne seraient d’aucun monde
Que ne puis-je te dire, ma profonde,
Profonde et lourde peine qui s’ennuie,
Fille de mai, soeur de la terre blonde.

J’entends ton chant comme à travers le choeur
De bien des voix en longs linceuls de pleurs,
De bien des voix mortes ou vagabondes
Qui m’ont laissé là, seul avec mon coeur…

(Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AU DERNIER QUART DE LA NUIT (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2015



 

François Malespine    premic3a8re-neige-la-nuit-sur-lc3a9tang-gelc3a9 [1280x768]

AU DERNIER QUART DE LA NUIT

Hors de la chambre de la belle
rose de braise, de baisers
le fuyard du doigt désignait
Orion, l’Ourse, l’Ombelle
à l’ombre qui l’accompagnait

Puis de nouveau dans la lumière,
par la lumière même usé,
à travers le jour vers la terre
cette course de tourterelles

Là où la terre s’achève
levée au plus près de l’air
(dans la lumière où le rêve
invisible de Dieu erre)

entre pierre et songerie

cette neige : hermine enfuie

(Philippe Jaccottet)

Illustration: François Malespine

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :