Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘enfuir’

Que la lune brouillardeuse éclaire (Jacques Chessex)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2018



Illustration: Caroline Duvivier
    
Que la lune brouillardeuse éclaire

Cette nuit que je voulais sereine et solitaire à ma table

Voici la mémoire pauvre, l’idée enfuie
Tellement je suis perméable à cet air blanc
Dans la boule de la terrestre chambre
Blanche et peu bénéfique à mon projet

Terre lunaire, brouillard d’une table
Appauvrissement du souvenir et de la volonté
Quel bénéfice ouvrirait l’air
Au cahier de
Diane et de l’orage
Entre boule blanche et vierge enfouie
Quand la seule mémoire de l’Instant
Tue la lumière du songe Ô paradoxe à vivre dans cette claire ombre et son refus énigmatique

Que la lune à cette fin me laisse

A ma paresse dans mon aire

La pauvreté larvaire de notre calendrier

Me faisant incapable d’affronter l’heure

le passage des astres divins
De lire à la volée le dedans et le dehors
Au-dessus de ma peau les nuées
En moi le rire et le regret de
Ton regret

(Jacques Chessex)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SAISONS (Patricia Ruiz-Gamboa)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018




    
SAISONS

Aux souffles de l’hiver
Nos souvenirs se tissent,
Tout un voile de lumière,
Aux blanches couleurs de lys.

Après les neiges folles,
Enfin quelques bourgeons,
Papillons en farandole,
A nous la belle saison.

L’été tout en folie,
Fait éclater sa joie;
Ciel bleu et frénésie,
Rires par dessus les toits.

Puis le vent se réveille,
En ronde, rousses feuilles,
Enfui le beau soleil.
L’automne frappe à notre seuil.

(Patricia Ruiz-Gamboa)

 

Recueil: Concerto pour une plume
Traduction:
Editions: ARCAM

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Perdre son temps vingt-quatre heures par jour (Dôgen)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018


Tenniel-01

Plus de quarante ans
Ont passé
Aussi vite qu’un lapin
Qui s’enfuit, qu’un corbeau
Dans le ciel immense.

(Dôgen)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

– Devant la Porte – (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2018


jeanne-hebuterne-devant-une-porte-1919

J’avais passé – longtemps – loin de Chez moi –
Et à présent – devant la Porte –
Je n’osais ouvrir – de peur qu’un visage
De moi encore jamais vu

Ne me fixe impassible en ces lieux –
Seulement – une Vie que j’ai quittée –
Demeure-t-elle – toujours là?

Je rassemblai mon courage –
Scrutai longuement les Fenêtres –
Le Silence – comme un Océan déferla –
et se brisa à mon Oreille –

J’éclatai d’un rire Stupide –
A l’dée – de craindre une Porte –
moi qui avais affronté – Danger – et Deuils –
Et jamais tremblé – encore –

A la poignée j’ajustai – ma Main –
Avec d’inquiètes précautions –
De peur que la Porte Terrible ne bondisse –
et ne me cloue – au Sol –

Otai mes doigts, aussi prudemment que si c’était du Verre –

Et tendant l’Oreille – comme un Voleur
M’enfuis – en suffoquant – de la Maison.

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’ANGE (William Blake)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2017




    
L’ANGE

j’ai rêvé un rêve. Que peut-il signifier ?
Et j’étais une jeune reine
Gardée par un doux ange :
Peine ingénue ne fut jamais troublée

Et je pleurais la nuit et le jour
Et il essuyait mes larmes
Et je pleurais le jour et la nuit
Et lui cachais le délice de mon coeur.

Alors il ouvrit ses ailes et s’envola,
Puis le matin rougit comme une rose rouge ;
Je séchai mes pleurs et armai mes craintes
De dix mille boucliers et de dix mille lances.

Bientôt mon ange revint ;
j’étais armé, il vint inutilement ;
Car le temps de la jeunesse était enfui
Et les cheveux gris étaient sur ma tête.

***

THE ANGEL

I Dreamt a Dream! what can it mean?
And that I was a maiden Queen
Guarded by an Angel mild:
Witless woe was ne’er beguil’d!

And I wept both night and day,
And he wip’d my tears away,
And I wept both day and night,
And hid from him my heart’s delight.

So he took his wings and fled;
Then the morn blush’d rosy red;
I dried my tears & arm’d my fears
With ten thousand shields and spears.

Soon my Angel came again:
I was arm’d, he came in vain,
For the time of youth was fled
And grey hairs were on my head.

(William Blake)

 

Recueil: Chants d’Innocence et d’Expérience
Traduction: Marie-Louise et Philippe Soupault
Editions: Quai Voltaire

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :