Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘enjambée’

Poèmes de nuit, poèmes de jour (Anjela Duval)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018



Anjela Duval
    
Poèmes de nuit, poèmes de jour

Si j’écris à l’ombre de ma lampe
Des vers maladroits et creux
Avec ce petit outil mal assuré dans ma main lasse
Si j’écris le soir au dos d’enveloppes
Des poèmes humbles : camelote
Où l’on ne trouve que des fleurs sauvages…
Et quelques miettes d’amour.
Car tout cela je le fais pour ceux que j’aime.

Mais j’écris, moi, d’autres poèmes
Et ce n’est pas à l’ombre de ma lampe
Mais à la lumière du soleil
Ce n’est pas au dos d’enveloppes
Mais sur la poitrine nue de Celui que j’aime
Sur la peau nue du Pays que j’aime
Ce n’est pas avec un outil que j’écris
Mais avec des instruments d’acier.
Je ne parle pas de lance ou d’épée
Mes instruments sont de paix et de culture.

Je n’écris pas des vers de douze pieds
En comptant sur mes doigts
Mais de douze fois douze enjambées… et plus.
Mes vers, je les écris avec l’acier tranchant de ma faux
Andain après andain dans les cheveux blonds de mon Pays
Le soleil en fait des poèmes aromatiques
Que mes vaches ruminent pendant les nuits d’hiver

Mes vers je les écris avec le soc de la charrue
Dans la chair vivante de ma Bretagne, sillon après sillon
— J’y dissimule des graines d’or —
Le Printemps en fera des poèmes :
Mers d’émeraude ondulant dans la brise
L’été en fera des étangs d’épis
Le vent d’août les mettra en musique
Et le chœur de la batteuse me chantera
Les journées ardentes du huitième mois
Les journées de peine de poussière de sueur.
Mes Poèmes sacrés et… méprisés !

(Anjela Duval)

Découvert ici: https://ael56.blog/

Recueil:
Traduction: Paol Keineg
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô montagnes décrépites (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018




    
Ô montagnes décrépites,
Quel mouvement vous agite
Et quel autre vous arrête
Quand vous sembliez être prêtes
A vous élancer au loin,
Lâches, lâches enjambées
Refusant votre destin.
Ô tristesse en plein soleil,
Même les herbes s’y mettent
Et chacun voudrait sa part,
Voyez, même le lézard.

(Jules Supervielle)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Levée de nous (Ludovic Janvier)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



Levée de nous tu quittes la chaleur
où nous étions couchés à nous tenir
d’une enjambée tu donnes à voir et tu reprends
offrant le clair de toi offrant le sombre
emportés par ton allure mais suspendus
avec l’odeur qui m’abandonne pour te suivre
nue à trois pas de l’instant qui tremble
tu poses en équilibre entre le monde et moi
souriante à caresser du geste le regret
dans l’air ténu penche-toi que je désespère
un peu plus de te voir là qui recommences
en essayant sur moi le pouvoir d’apparaître

(Ludovic Janvier)

Illustration Pierre Pelot

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mon esprit est un gros morceau de néant irrévocable (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018




    
mon esprit est
un gros morceau de néant irrévocable dont le toucher et le goût et
l’odorat et l’ouïe et la vue ne cessent de frapper et de tailler avec
des outils fatals tranchants
dans une agonie de ciseaux sensuels j’accomplis des contorsions
de chrome et exécute des enjambées de cobalt
néanmoins je
sens que je ingénieusement suis modifié que je légèrement
deviens quelque chose d’un peu différent, en fait
moi-même
Là-dessus impuissant j’émets des hurlements lilas et des
mugissements écarlates.

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: XLI Poèmes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: La Nerthe

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un – deux – trois (Hannah Senesh)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017




    
Un – deux – trois… huit pieds de long
Deux enjambées, le repos est sombre…

La vie est un point d’interrogation éphémère
Un – deux – trois… peut-être une autre semaine.

Ou le mois prochain pourra me trouver encore ici,
Mais la mort, je la sens proche.

J’aurais eu 23 ans en juillet prochain.

J’ai joué à ce qui importait le plus,
les dés ont roulé.

J’ai perdu.

(Hannah Senesh)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MER (Jean-Pierre Lemaire)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



Illustration
    
LA MER

Assis dans la grande balançoire des collines
sur la route où poussait un clocher après l’autre
nous allions vers la mer à vastes enjambées
comme si nous avions chaussé les bottes de sept lieues
et quand le ciel devenait plus pâle
les champs plus jaunes, nous respirions fort
pour crier tout de suite à l’apparition
derrière les aigrettes d’oyats et les dunes
de la longue ligne bleue ou grise
imprévisible et grave comme Dieu

(Jean-Pierre Lemaire)

 

Recueil: Le Pays derrière les larmes
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la Fontaine des Fougères (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 5 mars 2017



A la Fontaine des Fougères
la rose épousait le lierre.
Sur la rivière
amoureuse enjambée
les bons enfants émerveillés
jouaient à pigeon-vole à coeur flambé
à tendre-alarme
sur la rive sans fin
du tour des larmes
à Pêche-Martin
à Colombe poignardée.

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avant dans ces jardins face à la mer (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2016



heather-dohollau-p

Avant dans ces jardins face à la mer
il y avait une table d’orientation
où les lignes tracées indiquaient des lieux
souvent invisibles de l’autre côté de l’eau
et penchée sur elles suivant du doigt les traits
d’une enjambée à la verticale du vide
je passais par-dessus le mur de la mer.

(Heather Dohollau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui nous attend sur l’autre rive? (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2016



Qui nous attend sur l’autre rive?
L’autre rive n’existe pas
Nous attendons. Et rien n’arrive
rien ne dérive entre nos bras
nos bras n’amarrent que des brises
les brises ne vont qu’aux tournois
dans les tournois le vent s’enlise
avant l’envol des vertes voix
vers le noir des rives promises
Un lent silence cicatrise
les blessures de nos fracas
et les remous de nos eaux vives
Le fleuve coule sans erreur
entre ses berges rectilignes
il fend des terres sans lueur
rigueur et rage des racines
C’est nous qui faisons des faux pas
des faux bonds, de faux entrechats
enfin la plus sûre embardée
la plus véritable enjambée
notre plus véridique entrée
dans ce qui ne nous attend pas.

(Robert Mallet)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

L’invité (Paul Celan)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2016



L’invité

C’est bien avant le soir
qu’entre chez toi celui qui a échangé le salut avec l’obscurité.
Et bien avant le jour
qu’il s’éveille,
et attise avant de partir un sommeil,
un sommeil résonnant de pas :
tu l’entends traverser à grandes enjambées les lointains
et lances au loin là-bas ton âme.

(Paul Celan)

Illustration: Arnold Böcklin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :