Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘enseignement’

Mon apaisement (Râbi’a)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



 

Aaron Westerberg    (7) [1280x768]

Mon apaisement, ô mes frères, est dans l’isolement
Car mon Aimé pour moi se fait Toute-Présence

A mon amour pour Lui je ne vois pas de substitut,
Vécu au sein de la multitude cet amour est ma dure épreuve

Où que je sois, Sa beauté m’est lieu de contemplation
Il est ma chaire d’enseignement, la niche de mon oraison

Si de cet excès je meurs et qu’Il n’en soit guère content
Mon séjour parmi les vivants ne m’aura été que malheur

Ô Toi, Médecin du coeur et Cime de mon désir,
Accorde-moi l’union en Toi, celle en qui l’âme cicatrise

Ô ma Fête, ô ma Vie, profuse éternité :
En Toi ma source ; en Toi, mon ivre ressource !

J’ai délaissé tout le créé par espérance
De m’unir à Toi, c’est la pointe de mon voeu !

(Râbi’a)

Illustration: Aaron Westerberg 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tous ces enseignements (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2018



 

https://arbrealettres.files.wordpress.com/2010/01/sommet_.jpg

Tous ces enseignements —
le sommet, d’accord
le reste, à ma façon

***

All those teachings —
the summit, O.K.
the rest, my own way

(Kenneth White)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

TU FERAIS BIEN D’ÉCLAIRER TON ENFANT… (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018




    
TU FERAIS BIEN D’ÉCLAIRER TON ENFANT…

Tu ferais bien d’éclairer ton enfant :
Les croque-mitaines, ce sont les gens…
Les sorcières ? de vieilles harengères…
Et ce loup ? rien qu’un chien méchant qui crie.

Marchands, savants, tous, contre de l’argent
Échangent leur espoir lui-même.
Ils vendent du charbon, du sentiment…
Et certains vendent des poèmes.

Pour le consoler, dis à ton petit
(Si çа console!): le monde est ainsi!
Ou bien, berce-le d’un conte léger :
Le Communisme en fascisme changé ! …

Car enfin, il faut qu’il y ait de l’ordre !
Et cet ordre à ceci pour but :
Même un enfant, il faut que çа rapporte,
Et ce qu’on aime est défendu.

Quand ton enfant, bouche bée, te regarde
Ou se lamente d’une voix geignarde,
Ne sois pas dupe et ne crois pas vraiment
L’avoir pétri de ton enseignement.

Regarde-le : il lance avec astuce,
Pour être plaint, des cris stridents
Et, tandis qu’il rit au sein blanc qu’il suce.
Poussent ses ongles et ses dents.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu veux ton bien (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2017



 

Kabîr dit : « Ô Sadhu! écoute mes immortelles paroles.
Si tu veux ton bien, fais-y grande attention : tu t’es séparé du Créateur de Qui tu es né;
tu as perdu la raison; tu as mérité la mort.

Toutes les doctrines, tous les enseignements viennent de Lui;
c’est en Lui qu’ils s’épanouissent.
Tiens cela pour certain et n’aie pas peur.
Entends de moi la nouvelle de cette grande vérité !

Quel nom psalmodies-tu et sur qui médites-tu ?
Ô sors de ce labyrinthe !

Il est, Lui, au coeur de toutes choses;
pourquoi te réfugier dans une vaine désolation ?

Si tu places le Maître loin de toi,
c’est donc seulement son éloignement que tu honores.

Si réellement le Maître est loin,
alors par quoi ce monde a-t-il été créé ?

Quand tu crois qu’Il n’est pas ici,
alors tu erres de plus en plus loin
et tu le cherches en vain dans les larmes.

Là où Il est loin, on ne peut L’atteindre,
là où Il est près, Il est la véritable félicité. »

Kabîr dit : « De peur que son serviteur ne souffre, Il le pénètre profondément.
Connais-toi donc, ô Kabîr, car Il est en toi de la tête aux pieds.
Chante de joie et affermis-toi inébranlablement dans ton coeur. »

(Kabîr)

Illustration: William Blake

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DES CONTEMPTEURS DU CORPS (Frédéric Nietzsche)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



Christian Schloe   75_b [1280x768]

DES CONTEMPTEURS DU CORPS

C’est aux contempteurs du corps que je veux dire leur fait.
Ils ne doivent pas changer de méthode d’enseignement,
mais seulement dire adieu à leur propre corps — et ainsi devenir muets.

« Je suis corps et âme » — ainsi parle l’enfant.
Et pourquoi ne parlerait-on pas comme les enfants ?

Mais celui qui est éveillé et conscient dit :
Je suis corps tout entier et rien autre chose ;
l’âme n’est qu’un mot pour une parcelle du corps.

Le corps est un grand système de raison,
une multiplicité avec un seul sens,
une guerre et une paix, un troupeau et un berger.

Instrument de ton corps, telle est aussi ta petite raison que tu appelles esprit,
mon frère, petit instrument et petit jouet de ta grande raison.

Tu dis « moi » et tu es fier de ce mot.
Mais ce qui est plus grand, c’est — ce à quoi tu ne veux pas croire —
ton corps et son grand système de raison : il ne dit pas moi, mais il est moi.

Ce que les sens éprouvent, ce que reconnaît l’esprit, n’a jamais de fin en soi.
Mais les sens et l’esprit voudraient te convaincre qu’ils sont la fin de toute chose : tellement ils sont vains.

Les sens et l’esprit ne sont qu’instruments et jouets : derrière eux se trouve encore le soi.
Le soi, lui aussi, cherche avec les yeux des sens et il écoute avec les oreilles de l’esprit.

Toujours le soi écoute et cherche : il compare, soumet, conquiert et détruit.
Il règne, et domine aussi le moi.

Derrière tes sentiments et tes pensées, mon frère, se tient un maître plus puissant, un sage inconnu — il s’appelle soi.
Il habite ton corps, il est ton corps.

Il y a plus de raison dans ton corps que dans ta meilleure sagesse.
Et qui donc sait pourquoi ton corps a précisément besoin de ta meilleure sagesse ?

Ton soi rit de ton moi et de ses cabrioles.
« Que me sont ces bonds et ces vols de la pensée ? dit-il.
Un détour vers mon but. Je suis la lisière du moi et le souffleur de ses idées. »

Le soi dit au moi : « Éprouve des douleurs ! »
Et le moi souffre et réfléchit à ne plus souffrir — et c’est à cette fin qu’il doit penser.

Le soi dit au moi : « Éprouve des joies ! »
Alors le moi se réjouit et songe à se réjouir souvent encore — et c’est à cette fin qu’il doit penser.

Je veux dire un mot aux contempteurs du corps.
Qu’ils méprisent, c’est ce qui fait leur estime.
Qu’est-ce qui créa l’estime et le mépris et la valeur et la volonté ?

Le soi créateur créa, pour lui-même, l’estime et le mépris, la joie et la peine.
Le corps créateur créa pour lui-même l’esprit comme une main de sa volonté.

Même dans votre folie et dans votre mépris, vous servez votre soi, vous autres contempteurs du corps.
Je vous le dis : votre soi lui-même veut mourir et se détourner de la vie.

Il n’est plus capable de faire ce qu’il préférerait : — créer au-dessus de lui-même.
Voilà son désir préféré, voilà toute son ardeur.

Mais il est trop tard pour cela :
— ainsi votre soi veut disparaître, ô contempteurs du corps.

Votre soi veut disparaître, c’est pourquoi vous êtes devenus contempteurs du corps !
Car vous ne pouvez plus créer au-dessus de vous.

C’est pourquoi vous en voulez à la vie et à la terre.
Une envie inconsciente est dans le regard louche de votre mépris.

Je ne marche pas sur votre chemin, contempteurs du corps !
Vous n’êtes point pour moi des ponts vers le Surhumain ! —

Ainsi parlait Zarathoustra.

(Frédéric Nietzsche)

Illustration: Christian Schloe

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :