Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘enseigner’

Le voyage (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2019




    
Le voyage m’a enseigné
à lire le temps
tracé par la main du nuage.

(Adonis)

 

Recueil: Toucher la lumière
Traduction: Anne Wade Minkowski
Editions: Imprimerie Nationale

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le coup de foudre (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2019



Le coup de foudre

les jardins froissent leurs soies
les fleurs sans remuer les lèvres
chantent la gorge d’une passante dont les yeux ne voient rien

en quelques pas tout est dit
de ce qu’enseigne une longue vie dans les livres

(Daniel Boulanger)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’art d’abandonner (Clarice Lispector)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2019




    
L’art d’abandonner n’est enseigné à personne.

(Clarice Lispector)

 

Recueil: Un souffle de vie
Traduction: Jacques Thiériot & Teresa Thiériot
Editions: Des femmes

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Je reprends grâce à toi (Jean Sénac)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2019




Illustration: Odilon Redon

    
Je reprends grâce à toi le souffle et la mesure
le coquillage d’eau est au creux de ta chair
il m’enseigne à rouler aussi vrai que la mer
les galets dans ma gorge
avant de les donner aux hommes qu’ils rassurent.

(Jean Sénac)

 

Recueil: Oeuvres poétiques
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quoi, nul amour encor (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2019



Illustration: Claude Ducher  
    
Quoi, nul amour encor ne t’enseigna ses veilles,
Paradis que n’ont pas animé les abeilles?

(Paul-Jean Toulet)

 

Recueil: Les contrerimes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Encore un tout petit peu de temps (Jean-Hugues Malineau)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2019



Encore un tout petit peu de temps
et je pourrai vous enseigner
le beau métier de vivre

(Jean-Hugues Malineau)


Illustration

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Tu n’écris pas pour obscurcir ce qui est clair (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019




    
Tu n’écris pas pour obscurcir
ce qui est clair,
tu es venu de la source
cherchant la transparence.

Tu es venu de la rose
et de l’intérieur du bleu,
cherchant la voix des yeux
avec sa frise de nuit.

Ce qui bouge en toi, ce que
tu donnes,
est un rivage léger.

Ce qui appelle en toi, voix
du proche, enseigne et construit
des signes d’éternité.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Syllabes de sable Poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La paix de la colombe est-elle paix ? (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2019



La paix de la colombe est-elle paix ?
Le léopard fait-il la guerre ?

Pourquoi le maitre enseigne-t-il
la géographie de la mort ?

Qu’arrive-t-il aux hirondelles
qui sont en retard au collège ?

Est-il vrai qu’elles distribuent,
à travers ciel, des lettres transparentes ?

(Pablo Neruda)


Illustration: Pablo Picasso

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui donne ses noms et ses chiffres (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019



Pourquoi mon linge délavé
s’agite-t-il comme un drapeau ?

Suis-je parfois un mauvais drôle
ou chaque fois un bon garçon ?

Nous enseigne-t-on la bonté
ou le masque de la bonté ?

Le rosier du méchant n’est-il blanc,
et noires les fleurs du bien ?

Qui donne ses noms et ses chiffres
à l’innocent indénombrable ?

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Certaine clarté Oblique (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2018



Certaine clarté Oblique,
L’Après-midi d’Hiver –
Oppresse, comme la Houle
Des Hymnes Liturgiques –

Céleste Blessure, elle ne laisse
Aucune cicatrice,
Mais une intime différence –
Là où les Sens, résident –

Nul ne peut l’enseigner – Non –
C’est le Sceau du Désespoir –
Une affliction impériale
Que des Airs on nous envoie –

Elle vient, le Paysage écoute –
Les Ombres – retiennent leur souffle –
Elle s’en va, on dirait la Distance
Sur la face de la Mort –

(Emily Dickinson)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :