Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ensemble’

MA JEUNESSE (Gilles Vigneault)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2019



 

Edvard Munch, Despair  500

MA JEUNESSE

Je n’ai pas fait tout mon chemin
Que déjà je tourne la tête
Pour découvrir comment s’est faite
Ma jeunesse et je n’en sais rien
Ma jeunesse et je n’en vois rien

Elle a dû passer poliment
Et pour ne déranger personne
N’a laissé que l’écho qui sonne
Au fond de la tête et qui ment
Au fond de la tête et qui ment

Peut-être sans que je l’aie su
Avons-nous fait la route ensemble
Tout le long de ces jours qui tremblent
D’être passés inaperçus
D’être passés inaperçus

J’ai pourtant cueilli mes saisons
Sans en laisser échapper une
J’ai pourtant payé à la lune
Ma part de rime et de raison
Ma part de rêve et de chanson

Je m’en venais d’après le vent
Afin que tu m’y reconnaisses
Et si j’ai croise ma jeunesse
L’aurai laissé passer devant
Je l’ai laissé passer devant

(Gilles Vigneault)

Illustration: Edvard Munch

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ensemble’ment (Patrick Laupin)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019



ensemble’ment
seuls

(Patrick Laupin)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , | Leave a Comment »

Chanson de la gitane (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2019



Chanson de la gitane

Mets sur ton coeur si tu vas à la guerre
mon portrait de San Feliu de Léon
vienne la balle meurtrière
ensemble nous mourrons.

(Armand Lanoux)


Illustration: Maurice Callewaert

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ensemble (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2018


das_schiff_maria_im_sturm

Plutôt être ensemble – ballotés sur la houle –
Qu’un Havre – non partagé par toi.
Plutôt la Cargaison – à bord – ici –
Que les « îles aux épices » –
Et toi – absent –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Silence des morts (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Silence des morts;
L’indicible :
Que voudrais-tu que je dise?
Mon amour, quand sur terre nous demeurions ensemble
Étais-tu alors ce mystère?

***

Silence of the dead;
The untold:
What would you have me say?
Dear love, when we on earth kept house together
Were you then this mystery?

(Kathleen Raine)

Illustration: Diane Marineau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mémoire (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Mémoire : au-delà du souvenir
Chant de la linotte,
Trèfle odorant dans l’air;
Pourtant nous fûmes là,
Mon amour et moi ensemble sous un toit.
Maison, somme de tous
Les jours qui nous ont abrités;
Le lieu sans retour.

**

Memory: beyond recall
The linnet’s song,
The clover-scented air;
Yet we were there,
My love and I together in one house.
Home is the sum of all
The days that sheltered us;
The place of no return.

(Kathleen Raine)

Illustration: Evelyn de Morgan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’invitation au voyage (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018


matisse

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble!
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble!
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

(Charles Baudelaire)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 9 Comments »

Longue semaine (Jean Pérol)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2018



 Illustration: Oreste Conti 
    
longue semaine longues heures
la nuit s’étire dans le ventre
longue semaine longues heures
chaque bateau dans son port rentre

je fais semblant de tout de rien
je tire un peu sur trop de liens
longue semaine longues heures
ce n’est pas là que je suis mien

longue semaine longues heures
je sais où tremble ta fraîcheur
et que mes mains ont des mains soeurs
longue semaine longues heures

ton bras mince qu’il me serre
dans la vraie nuit dans la vraie mer
que pour toujours ensemble on meure
longue semaine longues heures.

(Jean Pérol)

 

Recueil: Poésie I (1953-1978)
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AINSI SOIT ELLE (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
AINSI SOIT ELLE

Oui, nous ferons la croix ensemble,
Et je te clouerai sur le lit
Et je mêlerai mes membres
Aux tiens, ma petite amie.

Oui, cela ferons ensemble
Et je te prendrai la main
Comme à l’enfant pour descendre
Dans le ravin.

Nous jouirons de nous surprendre
Ainsi liés, oui, c’est promis,
Et caresserons nos cendres,
Avec mépris.

Nous regarderons en face
Nos deux pauvres corps meurtris
Sans y voir malice, et fasse
Que le bon Dieu n’y soit. Ainsi

Nous pourrons tous deux survivre
A cet enfer et paradis
Ainsi nous mourrons, et vive
Après l’hiver, l’âpre fruit.

Car il faut que tout finisse
En splendeur, chemise ou non
Ah! que le jour serait triste
Sans la nuit qui dit son nom.

Le plaisir veut qu’on y pense
Un rien de plus qu’il ne vaut
Que la bête en nous dépense
Son crescendo.

A l’amour rendons les armes,
Il nous dérange si peu!
Sois tel un soldat. Les larmes
Ne sont rien qu’un coup de feu

Qu’à personne l’on destine
Sans savoir pourquoi, comment,
Dresse ton corps et calcine
Ton sempiternel tourment.

Laisse-toi souffrir, ma belle,
Moi je laisse aller mon coeur.
Ainsi le navire appelle
L’ancre. Ainsi l’âme soeur, ma soeur.

(Georges Perros)

 

Recueil: J’habite près de mon SILENCE et 27 autres poèmes
Traduction:
Editions: Finitude

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNE FOULE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



UNE FOULE

Il y a trop de personnages dans cette toile,
mais c’est exprès.
Pour mieux cacher ces deux amants qui ne peuvent se joindre
et qui se parlent du regard.
Dans une foule, on est presque seul comme dans une forêt.
Et ces deux amoureux seront ensemble
dès que nous aurons tourné le dos.

(Norge)


Illustration: Emily Grenader

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :