Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ensevelie’

CITÉS DISPARUES (Jaime Labastida)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2018


 


 

Teotihuacán

CITÉS DISPARUES

Le plus certain : le bruit effrayant
du silence. Où est restée Troie ?
Ensevelie. Où est Teotihuacán ?
Objet de tourisme. Et le Parthénon ?
Et l’Acropole ? Pierres lépreuses,
un peu d’air entre des colonnes gangrenées.
Venise ? Ensevelie sous la vase et le commerce.
Ainsi moururent Thèbes, aux portes
inhospitalières, et Palenque
dans son luxuriant catafalque de verdure.
Les pierres souffrent du cancer. L’ère
du pétrole a succédé enfin
à celle du fer. Et ce Mexique-là,
d’il y a à peine quelques heures,
celui dans lequel on pouvait dormir
et respirer, dans quel puits
de sang et de bitume nous enfonce-t-il ?
Tant de cités mortes,
avalées par des mers de cendre ?
Qui a élevé les murs de Corinthe ?
Ses portes ne s’ouvraient, dit-on,
que pour faire entrer
les épices. Et, au déclin du jour,
les volets se rapprochaient et la clef
enfermait non seulement la cité
mais aussi le temps et le savoir.
Ceux qui arrivaient trop tard ne trouvaient pas
les paroles du repos : le pont
avait divisé les hommes.
L’eau était muraille. L’air durcissait
subitement comme une roche vive. C’était un temps
tranquille celui de la langue qui vibrait
dans sa conversation d’azur, cette voix
qui glissait les mots comme un écho
de l’écho du feu, près du foyer
domestique, attentif, dans la pénombre certaine
des fantasmes. Les questions trouvaient
réponse. On nous l’a raconté: l’eau était cristal.
Les volcans avaient cessé de jeter
leur feu. Seulement neige et douceur, seulement
lumière et silence. Ah ! cités somptueuses,
perroquets solennels ! Maintenant nous marchons
dans leurs os, peut-être
dans leur intestin. Où sont
les esclaves ? Les rameurs,
où sont-ils ? Il y eut un jour ici des lacs.
Maintenant ce sont égouts et pourriture.

Y aura-t-il un autre temps semblable, mensonger ?
Et d’autres cités moins dures?
Mangerons-nous alors autre chose
que le temps cruel
et la cendre? Et comme aujourd’hui,
nos fils lutteront-ils contre les assassins ?
Chichén Itzá éblouira-t-elle,
somnambule, mortelle ?

D’autres viendront creuser pour nous chercher.
On sourira en voyant nos crânes.
La cité se fera rouille.
Et la poussière révérencieuse fera tomber
avec douceur et clarté
sa queue de topaze
dans la colère rouge des heures.

(Jaime Labastida)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alors, ne bougeons plus sur la terre nocturne (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2017



Alors, ne bougeons plus sur la terre nocturne,
et gardons notre souffle, et gardons notre coeur,
puisque le geste en nous glisse d’étroites lances,
et que le coeur s’essouffle un peu plus chaque jour.

Prenons message de la cire et de la pierre,
plus que de l’arbre au ciel encore mouvant,
plus que de l’eau qui dort au creux des seins,
mais qu’une voix vite réveille.

Juste un instant, laissons nos mains ensevelies,
nos corps cernés de vastes transparences
trouver mesure et force de la nuit,

car alors notre vie se joue sur des terrasses
illuminées, entre mer et brouillard,
dans la seule clarté d’une terre fugace.

(Jean Joubert)

Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et moi je chante (Gérard Lenorman)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



Et moi je chante

Je vois un train venir sur un nuage d’autrefois
Je vois une main tenir des fleurs mais elle n’a pas de doigts
Je vois un chien mourir d’avoir voulu suivre mes pas
Je vois l’hiver sourire aux années bleues de l’au-delà

J’entends tomber la pluie dans le jardin des magiciens
J’entends des symphonies jouées par mille musiciens
J’entends un oiseau gris hurler au vent dans le lointain
J’entends pleurer la vie dans ma mémoire sans lendemain

Je vois couler des villes au milieu d’océans cachés
Je vois des yeux qui brillent au silence des grands rochers
Je vois un jeu de quilles que je ne peux pas faire tomber
Je vois une petite fille ensevelie au miroir des années

Et moi je chante, je chante, je chante,
Je ne sais faire que ça je chante
De tout mon désespoir je chante, je suis heureux
Et moi et moi je chante, je chante, je chante
Je ne sais faire que ça je chante
De tout mon désespoir je chante, je suis heureux .

J’entends tomber la pluie dans le jardin des magiciens
J’entends des symphonies jouées par mille musiciens
J’entends un oiseau gris hurler au vent dans le lointain
J’entends pleurer la vie dans ma mémoire sans lendemain
J’entends un vieux tambour sonner la charge des statues
J’entends un cri d’amour que je n’ai jamais reconnu
J’entends les derniers jours frapper à mort ma tête nue
J’entends un troubadour chanter le temps qui ne reviendra plus

Et moi je chante, je chante, je chante
Je ne sais faire que ça , je chante
De tout mon désespoir je chante, je suis heureux
Je chante, je chante, je chante
Je chante
Je chante

Je chante, je chante, je chante
Je ne sais faire que ça je chante
De tout mon désespoir je chante !

(Gérard Lenorman)

Illustration: Zohre Etezadolsaltaneh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le regard c’est le silence tout entier (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016



Maintenant les mots crépitent comme pin été souterrain et sauvage.
C’est un incendie blanc dans un corps abandonné.

Le chant et le sanglot se confondent dans un feu liquide, dans un cercle d’or.
Là où était la bouche ensevelie, se trouvent les lèvres proches de l’énigme vivante.

Une chevelure vibre transparente, aérienne.
Le regard c’est le silence tout entier, la lumière tout entière.

(António Ramos Rosa)

Illustration: Benoit Colsenet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BLANCHEUR (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2016



BLANCHEUR

Il posa sa main sur la page
pour ne pas voir la feuille blanche.
Et il vit dessus sa main nue. Alors
il ferma aussi les deux yeux, et entendit
monter en lui, ensevelie,
la ténébreuse, l’indescriptible blancheur.

(Yannis Ritsos)

Illustration: Peter Callesen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CHEVALIER ET LA NUIT (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2015



 

LE CHEVALIER ET LA NUIT

Chevalier errant que la lune pâlit
Chevalier
Qui t’es assis au seuil d’un château
Penché sur l’éclair de ton épée rompue
Devant la plage et devant la mer qui s’argente.

C’est assez pleurer tes reines ensevelies
Chevalier l’heure naît
Laisse leurs os moisis aux chiens aux sables fauves
Tous les drapeaux sont morts à cette profondeur
Tous les drapeaux sont noirs dans la nuit maternelle
Et la plus grande reine est fille de la nuit.

La pleine nuit se mêle avec la pleine mer
Écoute le cri d’un songe qui se perd.

Qui te dit son secret si tu veux bien l’entendre
Le long secret qui monte de la mer nocturne
De l’eau froide tendue vers la lune froide
Dans l’extase d’une haute marée

Son secret ton secret tout le secret du monde
Si tu veux seulement regarder plus loin
Vers la mer et vers la grande nuit
Vers l’astre rond qui embrasse les eaux
Si seulement tu peux laisser à la terre
Les cendres de tes reines et de tes fées défuntes.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :