Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘entité’

Je suis une entité (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2018



La floraison du bâton

[9]
Pas de fantaisie poétique
mais une réalité biologique,

un fait : je suis une entité
comme oiseau, insecte, plante

ou cellule de plante marine ;
je vis ; je suis vivante ;

attention, ne me connais pas,
nies-moi, ne me reconnais pas,

fuis-moi ; car cette réalité
est infectieuse — extase.

***

No poetic fantasy
but a biological reality,

afact:I am an entity
like bird, insect, plant

or sea-plant cell;
I live; I am alive;

take care, do not know me,
deny me, do not recognise me,

shun me; for this reality
is infectious—ecstasy.

(Hilda Doolittle)

 Illustration: Erina Matsui 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Buzzelli (Balbino)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018


 


Buzzelli   opera

 

Buzzelli

Buzzelli dessinait des démons
et des violoncelles.
Des entités
nocturnes
que nos maîtres
ont connues.
Des oiseaux de plastique
qui laissaient leur odeur
sur
l’immense
vide
de nos fenêtres.
Buzzelli recherchait ses membres
chez des docteurs
offusqués.
Buzzelli et Charlie
mon enfance
et la tendresse…
encadrée.

(Balbino)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La caresse du soir (Jean Royère)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018



 

gare

La caresse du soir sur ce marbre fantôme,
Atome inhabité frôlant d’autres atomes,
Neige, pour une nuque ironique à souhait,
Dans le nonchaloir que le crépuscule fait
Peser sur le ciel gris qui de l’azur se gare
Et tourne au noir ! C’est la mélancolique gare
Où s’embarque, au déclin de l’arrière-clarté,
Le soir espoir humain veuf de son entité.

(Jean Royère)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

NUDITÉ (Jacques Basse)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2017



Illustration: Emmanuelle Not
    
NUDITÉ

l’univers de la nudité
serait-il un blasphème
et pourquoi cette gêne

serait-il malsain
qu’un sein
dénudé à dessein
soit débauche

l’ébauche d’un sein
que révèle le dessin
dans le marbre est beauté

le marbre lui-même
n’est-il pas cette nudité

le temps et l’espace
aussi dans leur entité

c’est le grand émoi
nu
je suis à ses côtés
à mes côtés

elle est à une voyelle près
dans le même état que moi

(Jacques Basse)

 

Recueil: Le temps des Résonances
Editions: Rafaël de Surtis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Par une pratique persévérante (Dalaï-Lama XIVème)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2017



 

Sylvie Lemelin_La fragrance du lilasWEB

Par une pratique persévérante,
la conscience peut être finalement perçue
ou ressentie comme une entité
de luminosité
et de connaissance pures,
à qui tout
peut apparaître.

(Dalaï-Lama XIVème)

Illustration: Sylvie Lemelin

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :