Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘envahi’

Mes châteaux démolis (Paul-Alexis Robic)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2019



Mes châteaux démolis
Des douves aux terrasses,
Mes jardins envahis
Par les ronces voraces,
Mes forêts abattues,
Il n’en reste plus trace,
Mes vaisseaux disparus
Et la mer est si vaste,
Mon printemps, mon été
(Mon automne ?) vécus,
Mes amis en allés
Comme ils étaient venus,
Tant d’amours défleuries,
De cendre sur le coeur,
Tu me restes, Seigneur,
Et commence la vie !

(Paul-Alexis Robic)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Soudain (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2018




un trou dans la nuit
soudain envahi par un ange

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Francisco Goya

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

POÈME ET JOURNÉE D’ÉTÉ (Lu You)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2018



POÈME ET JOURNÉE D’ÉTÉ

Toute la journée, ma porte en branchages
Reste fermée au pied de la montagne
Ombragé par les sophoras, le vieux puits est
Envahi par la mousse
Un nouveau poème psalmodié, je reste sans rien faire
Je tire le lit en rotin pour faire une sieste

(Lu You)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lande desséchée (Rogan)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



Le coeur envahi
d’une profonde tristesse
lande desséchée

(Rogan)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Babel (Pierre Della Faille)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017



Illustration: Maarten van Heemskerck
    
Babel

Sur le chemin de la ville,
que mes électriciens avaient envahie
pour lui donner les yeux de la prochaine nuit,
je vis un homme assis qui jouait avec un bœuf d’ébène,
plus petit que mon rêve et plus grand qu’un château.

Je lui dis : «Père, as-tu froid?», car il était nu.
Il me regarda sans réponse.
Je criai : «Père, es-tu sourd? ».
Mais il ne dit rien non plus.

Quand je fus à l’auberge
où je voulais passer la nuit,
l’hôte me conduisit à l’écurie.

Dans cet étrange pays,
les gens prétendent que je suis un cheval.
C’est vrai, sans doute,
et l’homme ne peut m’avoir compris si je hennis.

Dans mon pays, pourtant,
je suis ingénieur nucléaire.

(Pierre Della Faille)

 

Recueil: L’homme inhabitable
Editions: La Fenêtre Ardente

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les forêts de l’aube (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2016



Les forêts de l’aube

Les forêts de l’aube
toujours lentes et calmes
montent vers les montagnes sombres
envahies par le silence
d’un autre monde
d’un autre temps

le chant des coqs dans la distance
raye par instant l’espace
permet au coeur de mesurer
la transparence de l’étendue

le grand ciel de nuages
aveuglé par son éclat
filtre les pépiements d’oiseaux
les assourdit les espace
le coeur de nouveau rencontre
ce qui l’attendait

les couleurs un peu passées
les lignes pures
l’odeur des feuilles endormies
les courants d’ombre et de lumière
qui murmurent
nous sommes je suis là
au rendez-vous

mais le coeur aussi frémit
à cette pensée
cette intention

avoue murmure aussi
je suis nous sommes là
au rendez-vous.

(Jean Mambrino)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Danaé (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2016



Danae by Klimt

Danaé attentive
Sur le radeau du lit
D’or lentement envahie
Tend la main vers celui
Dont la venue
Reste une absence

Seule richesse
Ce soleil qui peint
Les miroirs de la nuit
D’une poussière d’or
Suspendue en chemin

(Heather Dohollau)

Illustration: Gustav Klimt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Enfance ! (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2016



Enfance ! éloignement d’où lui vient sa douceur
Nuance où la couleur s’éternise en sourdine,
Religieux triptyque ombré d’une patine
Qui met sur les fonds d’or son vernis brunisseur.

Jeunesse ! Enfance ! attrait des choses disparues;
Astres du ciel plus clairs dans l’étang bleu du coeur
Chanson d’orgue criard dont toute la langueur
Expire en sons blessés dans le lointain des rues.

Je veux vous évoquer la ville aux pignons noirs,
Vieille ville flamande où les paroisses proches,
Lorsque j’étais enfant, faisaient pleurer leurs cloches
Comme un adieu de ceux qui mouraient dans les soirs !

Je veux recomposer la maison paternelle
Avant l’absence, avant la mort, avant les deuils;
Les soeurs, jeunes encor, dormant dans les fauteuils
Et le jardin en fleur et la vigne en tonnelle.

Je veux revivre une heure à l’ombre des grands murs,
Dans le collège ancien où nos âmes placides
S’ouvraient comme une église aux profondes absides
Avec des vitraux d’or pleins de visages purs.

Je veux vous reporter à ces calmes années :
Je suis resté le même après bien des douleurs;
Le manteau de mon Ame a toutes ses couleurs
Mais mes yeux sont plus las que des roses fanées.
{…]

Qu’importe ! ma souffrance est bonne ! Je les plains
Ceux qui n’ont plus l’orgueil d’être mélancoliques,
En gardant comme moi les dévotes reliques,
Les reliques d’enfant dont mes tiroirs sont pleins.

Surtout qu’en toi, ma chère ancienne, je m’épanche
Dans un chuchotement de mon esprit au tien
Viens donc; allons-nous-en poursuivre l’entretien
Dans le jardin flétri de ma Jeunesse Blanche,

Dans ce jardin désert, dans ce jardin fermé,
Dans ce jardin fleuri de lis, piqué de cierges,
Où jadis s’avançaient d’incomparables vierges
Dont les lèvres soufflaient l’odeur du mois de mai.

Mais ce parc est en proie à l’insulte des ronces,
Et mes rêves anciens, dans les lointains glacés,
Tels que des marbres blancs, tendent leurs bras cassés
Et de leurs yeux éteints pleurent dans les quinconces.

Pauvre parc envahi par l’automne et le soir,
Qui souffre en évoquant son aurore abolie;
Il est morne, il est vide, et ma mélancolie
L’enferme tout entier comme un grillage noir !

(Georges Rodenbach)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En un très court laps de temps (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



En un très court laps de temps
le brouillard a tout envahi.

Pourquoi cette légère oppression ?
N’est-ce pas ton monde vrai ?

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sans issue (Jacques Bourlez)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2016




Sans issue
mon sang étreint

tes draps
enveloppe tiède
ton corps imprégné

sous ta peau
le rire de ton spasme
envahi du silence

(Jacques Bourlez)

Illustration: William Bouguereau


Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »