Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘épandre’

A la pleine lune qui se lève (Goethe)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2017


Vas-tu sitôt m’abandonner?
A l’instant tu étais si proche!
De lourdes nues t’entourent d’ombre,
Et maintenant tu n’es plus là.

Mais tu sens quelle est ma tristesse,
Ton bord surgit comme une étoile!
Tu viens me témoigner qu’on m’aime,
Si loin de moi que soit l’aimée.

Monte donc! Epands ta clarté
Au ciel pur, dans tout son éclat!
Si mon coeur bat plus vite et souffre,
La nuit est transportée de joie.

(Goethe)


Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je ne vous parlerai (Henri de Régnier)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2016



Je ne vous parlerai que quand l’odeur des roses
Fera frémir un peu votre bras sur le mien,
Et lorsque, la douceur qu’épand le soir des choses
Sera entrée en vous avec l’ombre qui vient.

(Henri de Régnier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vous vous multipliez au sommet du vertige (Alain Bouchez)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2016



Pierres scellées, bouches unies
Où fourraille une saveur,
Nuit rouge de l’avant-lueur
Je m’épands en vous de mes reflux
De mes ressacs.

Pure géométrie,
Conjugaisons de soupirs et d’extases
Vous vous multipliez au sommet du vertige.

(Alain Bouchez)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

OISEAUX DES ILES… (Ruben Dario)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2015



oiseau des îles [1280x768]

OISEAUX DES ILES…
(Pájaros de las islas…)

Oiseaux des îles, en votre affluence
il y a une volonté,
il y a un art secret, une divine science,
grâce d’éternité.

Vos évolutions d’élégance expressive,
signes sur l’azur,
épandent rêve à l’Orient, à l’Occident passion,
paix au Nord et au Sud.

Le triomphe des roses et la candeur des lys
sont pour vos yeux;
pour vos ailes lyriques, les brises d’Ulysse
et les vents de Jason.

Âmes douces, hermétiques, à l’éternel problème
vous êtes, abrégé prompt,
de même que le roc, l’ouragan et la gemme,
la voix et l’arc-en-ciel,

Oiseaux des îles, oiseaux marins !
Votre essor, en dépit
du bonheur de mes yeux, est problème divin
de ma méditation.

Et avec les ailes pures de mon désir ouvertes
vers l’immensité,
j’imite vos envols en quête des portes
de l’unique Vérité.

(Ruben Dario)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :